1/4 des dépenses des ménages est pris en charge par l’État

En 2015, les administrations publiques et les institutions sans but lucratif au service des ménages (ISBLSM) ont financé le quart de la consommation des ménages via les dépenses socialisées selon l’Insee. La vie des Français principalement en termes de santé, pèse de plus en plus sur l’État et le PIB depuis 50 ans.

15 à 25% de dépenses socialisées pour les ménages en 50 ans

En 1959, les dépenses des ménages ont été financées à 14,7% par la collectivité :

evolution-des-depenses-socialisees

Les dépenses socialisées représentent 384 milliards d’euros en 2015, financées à 88% par les administrations publiques (338 milliards d’€) et à 12% par les ISBLSM. Ces dernières s’occupant des services non marchands et de l’action sociale tandis que l’État se charge de la santé, du logement, de l’enseignement et aussi de l’action sociale.

24,9% de la consommation des ménages pèsent ainsi sur le budget de l’État alors que cela n’intègre pas encore les autres dépenses publiques dans les fonctions régaliennes, les prestations directes (indemnités, allocations) et celles pour l’investissement.

74% des dépenses en santé des ménages sont socialisées

154,7 milliards d’euros sur 209,6 milliards d’euros de dépenses de santé des ménages sont financés par la sécurité sociale :

repartition-du-financement-des-depenses-de-sante

Le reste à charge des ménages en matière de santé a diminué depuis 2011, passant de 27,1% à 26,2%. Le remboursement intégral de certains traitements coûteux ainsi que le vieillissement de la population ont particulièrement favorisé la hausse de la prise en charge de l’assurance maladie. Dans un contexte de maitrise des dépenses publiques pour réduire le déficit de la sécurité sociale, l’État a pu tant bien que mal stabiliser la donne.

Plusieurs mesures de désengagement et de réformes ajoutées à l’augmentation de l’intervention des complémentaires santé ne sont pas toutefois restées sans conséquences. Les « mutuelles » constituent maintenant des dépenses pesantes pour les ménages et bon nombre de Français renoncent à se soigner faute de budget, surtout en dentisterie.

Plongée dans ces abyssales ambigüités, la ministre de la Santé a lâché une effarante promesse : «En 2017, le trou de la Sécu aura disparu». Décidément, l’année 2017 est au centre de tous les engagements d’un gouvernement qui termine (paisiblement ?) son quinquennat.

print

1 commentaire sur 1/4 des dépenses des ménages est pris en charge par l’État

  1. LE SOUCI DE L’AUTRE

    Marie de HENNEZEL
    Pour une reconquête de l’humain au coeur de notre système de santé
    Pour la première fois, l’auteur de «La Mort intime» élargit le champ de sa réflexion et de son témoignage à un sujet qui nous concerne tous: la place de l’humain dans le monde hospitalier français.Trop longtemps – et encore aujourd’hui – les problèmes posés par le système médical français, et l’hôpital en particulier, ont été réduits à des problèmes de matériel, de budget, de personnel, d’organisation. Ce livre montre le véritable enjeu: le malade en tant que personne. Une révolution de la relation humaine doit se produire au-delà de la technique, quelle que soit la réalité des problèmes administratifs ou budgétaires: il faut que chaque patient trouve sa place et se sente accepté en tant qu’être humain par les soignants.Maternités, services d’urgence, unités de soins palliatifs, services de cancérologie, hôpitaux de province: Marie de Hennezel a visité ces lieux ou se décide notre santé et interrogé ceux qui y travaillent. Elle y a constaté la réalité d’un désarroi, chez les patients comme chez beaucoup de soignants. Elle multiplie les suggestions touchant à de nombreux domaines, depuis les bases de l’enseignement médical jusqu’à la pratique hospitalière au quotidien.Un constat accablant, parfois humainement bouleversant, en même temps qu’un appel à chaque citoyen à construire la véritable «démocratie du soin».
    http://www.laffont.fr/site/le_souci_de_l_autre_&100&9782221094488.html

    Un jour, ce sera vous…..
    http://www.dailymotion.com/video/xo3yv5_il-fait-si-bon-vieillir_webcam

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
Réfugiés et asile: les propos décomplexés d’une élue écolo en Suisse

La question des réfugiés n'a pas fini de faire des vagues. On peut même parier qu'elle continuera à occuper le...

Fermer