En 2016, 1 Français sur 1.000 dénoncé à Bercy par son banquier

Tracfin vient de publier son rapport d’activité 2016. Les banques ont dénoncé près de 47.000 de leurs clients aux autorités de Bercy pour différents motifs, dont la fraude fiscale. 

Le rapport d’activité de Tracfin pour 2016 est sans appel: les « signalements » à la cellule de Traitement du Renseignement et Action contre les Circuits FINanciers clandestins (TRACFIN) ont augmenté de 44% en un an, passant de 42.000 à 62.000. Sur cet ensemble, 58.500 dénonciations proviennent des professions financières. 

C’est le banquier qui a le plus dénoncé en 2016

Alors que les compagnies d’assurance, moins exposées à la lutte contre le blanchiment, ont procédé à 3.200 dénonciations, l’essentiel de cette activité provient des banques: près de 47.000 signalement en proviennent, sans compter les 4.500 signalements provenant d’établissements de paiement. 

En outre, les changeurs manuels ont pris leur part avec 1.700 dénonciations. On a même compté 6 dénonciations provenant d’intermédiaires en financement participatif. 

Des dénonciations largement tournées vers la fraude fiscale

Le rôle de la cellule Tracfin était initialement dédié la lutte contre le blanchiment, c’est-à-dire a démantèlement des mafias. Progressivement, il s’est mué en une annexe de la direction des finances publiques dédiée à la lutte contre la fraude fiscale.

Ainsi, l’essentiel des dossiers transmis à la justice à l’issue des enquêtes réalisées par la cellule porte sur des infractions bien connues qui n’ont rien à voir avec des fonctionnements mafieux: fraude fiscale (principal cas de déféré devant la justice), abus de biens sociaux, travail dissimulé.

Une fois de plus, donc, les motifs grandiloquents invoqués pour justifier la traque de tous les citoyens apparaissent comme des motifs accessoires pour justifier une mise sous contrôle généralisée des clients des banques. 

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
Hommage minimaliste de la ministre des Armées au général de Villiers

Hommage minimaliste! C'est le mot. Lors de la séance de question au gouvernement, hier, la ministre des Armées a dû...

Fermer