Merci, Marlène Schiappa, de nous dévoiler le substrat du macronisme, par Eric Verhaeghe

31 mai 2017 Eric Verhaeghe 3

Marlène Schiappa est en passe de devenir la risée des esprits libres après ses sorties baroques auprès de Cyril Hanouna ou d’Alain Finkielkraut. Il faut plutôt lui dire merci d’éclairer notre lanterne sur ce qu’est le substrat idéologique du macronisme. Est-elle la Nadine Morano du nouveau Président? Vas-y Marlène, on t’aime et on croit en toi Marlène Schiappa ne ménage ni son temps ni sa peine pour exister médiatiquement, et cette débauche d’énergie a quelque chose de sympathique. Elle agace certains, qui s’étonnent de voir une secrétaire d’État au droit des femmes intervenir sur des sujets qui ne sont pas les siens. Ce procès d’intention est injuste, dans la mesure où Marlène Schiappa l’a jusqu’ici fait pour répondre aux nombreuses critiques qui lui étaient adressées sur ses prises de position passées. Ce fut le cas notamment avec Alain Finkielkraut, qui a dénoncé sa tribune obsédée par une islamophobie imaginaire. C’était hier le cas dans sa réponse dilettante à notre article sur ses incitations à la fraude à la sécurité sociale. Au fil de cette parole désordonnée et libératrice (pour sa conscience, surtout), c’est un portrait en creux de l’idéologie macronienne qui se dégage. Et c’est pourquoi il ne faut surtout pas censurer […]

Moralisation et exemplarité, par François Baudillon

31 mai 2017 Redaction 0

Article paru sur Ambipolis. Nous sommes entrés dans le nouveau monde, celui de la moralisation et de l’exemplarité. Si on veut moraliser les comportements des élus et responsables politiques, c’est que ces comportements ne sont pas naturellement moraux, éthiques et exemplaires. Comme on se limite au monde politique, cela signifie que seuls les politiques doivent être exemplaires, irréprochables. Comme si pour avoir notre confiance ils devaient avoir un comportement que beaucoup de ceux qui les élisent n’ont pas. Si on veut moraliser, il faudrait d’abord moraliser sinon à la base, du moins dans les corporatismes qui orientent les politiques, la finance, les médias, les magistrats, les organisations professionnelles, les partis politiques et les micro-partis notamment. En un siècle ou deux, on devrait pouvoir y arriver. En attendant, si le Garde des Sceaux proposait au Premier ministre et au président ces médias dominants qui en surfant sur les sondages et sur la presse dite d’investigation influencent le vote des électeurs, il entrerait au Panthéon de la moralisation. Pas de risque. S’il posait le problème de la responsabilité des magistrats, il devrait aussitôt démissionner. Les affaires imputées à François Fillon et à son épouse sont à cet égard exemplaires. On sait qu’il […]

Législatives : la drôle de guerre, par Vincent Fromentin

31 mai 2017 Eric Verhaeghe 0

Article paru sur La Lettre de Galilée. Marisol Touraine, qui se présente aux législatives, va-t-elle rentrer dans le dictionnaire des girouettes s’interroge Aurélie Haroche dans le Journal International de Médecine. Pourtant, lors des interventions sur le santé d’Emmanuel Macron lors de la campagne présidentielle, elle avait marqué son profond désaccord sur ses positions au cours d’un live-tweet enragé. Sentant certainement le vent tourner, ralliée à la majorité présidentielle de dernière minute, Marisol Touraine se présente aux législatives. Pourtant investie officiellement par le PS, elle se réclame exclusivement de la « majorité présidentielle » et son affiche de campagne est à l’image de son paquet de cigarette : sans logo. Aucune référence au parti. Du coup, son grand écart suscite une bronca tant du côté des macronistes que de ses militants. La Fédération PS de sa circonscription a saisi la commission des conflits du PS en vue d’une sanction pouvant aller jusqu’à son exclusion du parti. »Il n’y a que deux positions : être dans la majorité ou dans l’opposition, il n’existe pas d’autre option. Je serai dans la majorité. Je le serai sans oublier d’où je viens, la gauche réformiste, mais sans esprit de parti, sans calculs, car l’enjeu appelle tous les progressistes à dépasser les vieux […]

RSI: le gouvernement prépare un superbe cadeau aux Libérés

31 mai 2017 Eric Verhaeghe 1

De sources concordantes, c’est la piste de la délégation de gestion du RSI au régime général qui devrait être retenue par le gouvernement. Cette orientation pourrait être une bénédiction pour les Libérés. Selon plusieurs sources concordantes, le gouvernement s’orienterait vers une solution « molle » dans sa volonté de réformer le RSI: il opterait pour la délégation de gestion auprès du régime général. C’est ce qu’évoque notamment le bien informé Bati Actu, à l’issue des diverses consultations ministérielles. Concrètement, les règles de calcul du RSI ne seraient pas modifiées et les cotisations resteraient fixées à 47%. La seule modification porterait sur la gestion du système, qui serait confiée au régime général. Autrement dit, le gouvernement s’apprêterait à créer une sorte de régime spécial au coeur même du régime général. Cette solution est très loin d’un big bang qui changerait la donne dans la protection sociale. Une opportunité pour les Libérés En quoi cette solution constitue-t-elle une opportunité pour les Libérés? Certes, le monopole du régime reste intact. Mais, pour le coup, la solution gouvernementale comporte un biais discret qui devrait donner du grain à moudre à tous ceux qui se battent pour la reconnaissance du statut de mutuelle au RSI: le régime […]

Paprec: un patron anti-FN qui pratique la discrimination syndicale?

31 mai 2017 Redaction 0

On se souvient de la campagne anti-FN menée il y a quelques semaines par le patron de Paprec, Jean-Luc Petithuguenin. Mais le même voit aujourd’hui son entreprise épinglée pour… discrimination syndicale. Des dangers, pour un grand patron, de vouloir se mêler de politique. Quand le président de Paprec faisait campagne contre le FN Il avait fait du bruit à l’époque, en écrivant à tous ses salariés pour leur expliquer qu’il ne fallait pas voter pour Marine Le Pen aux présidentielles. Jean-Luc Petithuguenin, président de Paprec (recyclage industriel), s’était surtout concentré sur les risques d’une sortie de l’euro, annoncée à l’époque par le FN. Mais il avait ajouté: Au delà du seul aspect économique, l’entrepreneur s’inquiète également de l’aspect social, craignant que la lutte contre « le travailleur immigré » conduise à « des ratonnades et ce genre de choses ». C’est évidemment les risques qu’un patron prend lorsqu’il se pique de dire à ses salariés pour qui voter ou ne pas voter: on appelle ça l’effet boomerang. On retrouve donc, aujourd’hui, dans la presse syndicale, un papier bien senti sur les discriminations chez Paprec. Ce papier fait mal vis-à-vis d’un groupe qui s’est mis en avant sur le terrain de l’éthique. Cela ne signifie […]

Les ordonnances apporteront-elles vraiment 1% de PIB en plus en 2018?

30 mai 2017 Redaction 0

L’action militante commence pour vanter les bienfaits macro-économiques attendus des ordonnances sur le marché du travail. La Banque de France vient de sortir une étude, dans son Bulletin Bimestriel, qui tente de chiffrer les effets de cette politique de convergence avec la moyenne européenne. Les ordonnances et la convergence européenne Le Bulletin de la Banque de France a le mérite de rappeler des évidences, pourtant contestées par une presse complaisante: la réforme du marché du travail est d’abord dictée par le souci de « converger » vers les autres pays de l’Union. En l’espèce, il s’agit de mener des « réformes de structure » destinées à assurer une harmonisation des politiques budgétaires en Europe. Dans la théorie économique, cette convergence est la condition de réussite d’une zone monétaire (théorie dite de la zone monétaire optimale). 1% de PIB en plus dès la première année L’intérêt du document de la Banque est d’affirmer que les ordonnances permettraient d’assurer 1% de PIB en plus la première année de leur adoption. L’affirmation est risquée et on saura s’en souvenir. Cette position s’explique essentiellement par l’effet de convergence entre les économies du continent. Rendez-vous en septembre 2018 pour vérifier les effets de cette théorie. « Sur la base des […]

Le nombre de mutuelles a baissé de 10% en un an

30 mai 2017 Redaction 0

Le secteur des mutuelles, en France, au-delà des polémiques ponctuelles, connaît un mouvement de concentration systémique. Il reste en France moins de 450 mutuelles, dont un peu plus de 300 seulement disposent de leur indépendance financière. La lecture du dernier rapport annuel de l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (ACPR) le confirme. Source: rapport annuel 2016 ACPR Un secteur en concentration permanente Comme l’indique clairement ce tableau, le secteur de l’assurance, qui appartient à la sphère de l’économie financière, est en concentration permanente. 56 organismes d’assurance ont disparu en 2016, sur un total de 902 en 2015. Le rythme des concentrations est donc de 5% par an environ. Mais… 80% de cette concentration a lieu dans le secteur mutualiste. Celles-ci étaient près de 500 en 2015. Elles sont désormais moins de 450. Certes, elles représentent encore une bonne moitié des acteurs du secteur. Mais l’accélération de leur disparition devrait durablement les « minorer ». Le secteur mutualiste, partie intégrante de l’économie sociale et solidaire, présente une particularité originale: il distingue les « mutuelles de plein droit » et les « substituées ». Lorsque ces dernières ne remplissent pas les conditions réglementaires pour effectuer par des opérations d’assurance, elles se « substituent » en s’adossent à une mutuelle […]

L’INSEE illustre le choc fiscal de Hollande

30 mai 2017 Redaction 1

L’INSEE vient de publier une batterie de chiffres tout à fait intéressants. L’un d’eux souligne la portée du choc fiscal de Hollande. On peut s’amuser à noter les différentes étapes d’augmentation des prélèvements et des dépenses publiques. Ainsi, en dehors de l’épisode de 1968, les dépenses publiques sont restées sous 40% du PIB jusqu’en 1974. C’est à partir de Giscard d’Estaing (réputé libéral…) que les dépenses publiques franchissent allègrement le saut de 45% de PIB. Avec Mitterrand, elles franchissent la barre des 50%. En dehors de l’épisode Chirac de 1986, ce cap ne sera plus jamais franchi à la baisse. En 1993, elles approcheront (sans les atteindre) le cap des 55%. Des moins de 35% de PIB de 1960, la France a donc porté, en l’espace de 20 ans, ses dépenses publiques à 20 points de PIB supplémentaires. Nous sommes donc très loin de l’exaltation néo-libérale évoquée dans certains discours de gauche. Surtout, on notera avec amusement que c’est la crise de 2008 qui fait franchir aux dépenses publiques un nouveau cap historique, avec une explosion du plafond des 55% de PIB, toujours dépassé depuis dix ans maintenant… Du côté des prélèvements obligatoires, la situation est tout aussi drolatique. S’ils […]

Sarnez, Ferrand: la démoralisation de la vie politique est En Marche, par Eric Verhaeghe

30 mai 2017 Eric Verhaeghe 1

La démoralisation de la vie politique française avance à grand pas. Au-delà des discours officiels et du bétonnage par les médias, les signaux se multiplient sur les difficultés de la moralisation et la lutte contre la corruption en France. Mais qui seront les prochains sur la liste? Comment Ferrand démoralise En Marche Tous les Français connaissent désormais l’histoire de ce ministre qui fut secrétaire général d’En Marche, après avoir été député socialiste frondeur, après avoir été dirigeant effectif de mutuelle. Dans le cadre de ces fonctions mutualistes, et au nom des principes bien compris de l’économie sociale et solidaire, Richard Ferrand a fait payer 41.000 euros de loyers annuels par sa mutuelle (donc par les assurés…), tombés directement dans les poches de la SCI de sa femme, propriétaire d’un bien qu’elle a acheté uniquement avec la certitude que la mutuelle de son mari en deviendrait la locataire. Au passage, la mutuelle a financé 180.000€ de travaux qui valorisent un bien appartenant à la compagne du directeur général. Ferrand soutient que la pratique est légale. Nous avons exposé dans nos colonnes les doutes sérieux sur cette idée. Mais, au pays de Jupiter, il n’est manifestement plus possible de s’en tenir aux […]

Augmenter la CSG pour financer le chômage? Vraiment? par Frédéric Buffin

30 mai 2017 Redaction 0

Frédéric Buffin livre son analyse de la fiscalisation par la CSG de l’assurance chômage et de ses principaux défis. Si j’étais professeur de finances sociales, je mettrais a priori, un zéro pointé aux rédacteurs du programme d’En Marche qui ont proposé de redonner du pouvoir d’achat aux salariés. La suggestion consiste à augmenter la csg-crds de 1,7 % et de diminuer conséquemment les cotisations des salariés de 2,40% concernant le chômage tout en supprimant le peu de cotisation sociales maladie (0,75%) qu’ils doivent assumer. La finalité première de la mesure consiste à redonner du pouvoir d’achat aux salariés. Dans le programme « d’en marche », il y a de quoi faire rêver: « au total tous les actifs verront le revenu de leur travail augmenter. Par exemple pour un salarié qui gagne 2200 euros net par mois, ce sera 500 euros supplémentaires par an. » Au passage, que se passera-t-il  pour les agents publics qui ne payent pas de cotisation chômage, on ne sait pas trop, mais ça ne fait rien, une proposition pareille, ça ne se refuse pas! Frédéric Buffin, dit Frédo la Sécu, tient un blog à suivre avec attention. Frédéric Buffin Le Conseil Constitutionnel face à la CSG Seulement voilà, il […]

1 2 3 15