9% des travailleurs indépendants n’ont pas de salaires

Grande Peur

Les dernières informations sur les salaires des travailleurs indépendants montrent que les travailleurs indépendants (hors micro-entrepreneurs) sont près de 9% à ne pas avoir de revenu. Avec les données compilées par l’Insee de l’année 2016, ce sont en effet 8,8% des entrepreneurs en moyenne qui ne se payent pas. Cette information importante s’accompagne d’écarts importants de salaire selon les activités exercées.

La proportion de travailleurs indépendants qui déclarent ne pas avoir de revenus est très variable selon leur statut et selon l’activité pratiquée. La situation en 2016 montre que si certains secteurs sont plutôt épargnés par ce phénomène avec seulement 1,7% de professionnels sans revenus, d’autres sont le symbole du ralentissement d’activité avec jusqu’à 24,4% de travailleurs non salariés qui ne se payent pas. 

Les 3 secteurs où les travailleurs indépendants renoncent à un salaire

Le secteur qui arrive en tête des renoncements à un salaire est celui de l’immobilier : 24,4% des travailleurs indépendants déclarent ne pas avoir de revenu. Pour ceux qui peuvent obtenir quelque chose, leur revenu moyen mensuel s’élève à 2 560 €, en hausse de 6,3% par rapport à 2015. 

Viennent ensuite les arts, spectacles et activités récréatives où le taux atteint 20,1%. Pour eux, la perspective de revenu est moins élevée avec une moyenne mensuelle de 1 430 €, en hausse de 5,2% par rapport à 2015. 

Sur la troisième marche de ce triste podium arrive l’activité de conseil de gestion : 16,9% des travailleurs non salariés annoncent ne pas avoir de paie. Leur salaire moyen potentiel est de 3 480 €, soit 3,4% de plus qu’en 2015. 

Les 3 secteurs où les travailleurs indépendants renoncent le moins à se payer

Trois activités professionnelles sont sous la barre des 2% de renoncement à se payer. 

La première activité est celle des médecins et des dentistes qui sont 1,6% à déclarer ne pas avoir de revenu en 2016. En moyenne, les professionnels de ce secteur touchent 8 620 € par mois, somme en augmentation de 1,5% par rapport à 2015. 

La deuxième et troisième activité sont celle des professions paramédicales et celle du commerce pharmaceutique, toutes deux à 1,7%. Leurs perspectives de revenus sont en revanche différentes. Un travailleurs d’une profession paramédicale touche en moyenne 3 520 € par mois (en baisse de 1,4% par rapport à 2015) tandis qu’un travailleur du commerce pharmaceutique touche en moyenne 6 990 € (en baisse de 3,4%). 

Ces écarts dans la capacité à se verser un revenu est un indicateur de la santé, bonne ou mauvaise, d’un secteur. Une différence s’opère aussi entre les gérants de société et les entrepreneurs individuels. En effet, les gérants de société sont 12,4% à ne pas avoir de salaire tandis que les entrepreneurs individuels ne sont que 6%.

Retrouvez ci-dessous la liste complète des activités :

A propos Leo Guittet 202 Articles
Juriste spécialisé dans les données de santé à Tripalio depuis 2014, j'écris quotidiennement des articles sur le thème de la protection sociale collective et des données de santé. Actuellement en thèse CIFRE sur le sujet de l'accès aux données de santé en France, je suis intéressé par tous les sujets qui touchent aux avancées technologiques et juridiques sur ce thème.

3 commentaires sur 9% des travailleurs indépendants n’ont pas de salaires

  1. Mon pere qui etqit artisan travaillait 60 h et olys même le dimanche quand il avait payé ses ouvriers n qvait plus rien pour se faire un salaire et ma mere 4 enfants devait travailler et une fois tt payer en fin d annee il n y avait plus rien mzis il etzit libre mzis que cette liberté etait dure pour la famille

  2. Mon pere qui etqit artisan travaillait 60 h et olys même le dimanche quand il avait payé ses ouvriers n qvait plus rien pour se faire un salaire et ma mere 4 enfants devait travailler et une fois tt payer en fin d annee il n y avait plus rien mzis il etzit libre mzis que cette liberté etait dure pour la famille

  3. On oublie aussi tout le reste – pour une partie importante des travailleurs indépendants, à savoir : l’absence de mutuelle ou des mutuelles qu’il faut payer bien plus cher puisqu’il n’y a pas d’employeur qui en prend une part à sa charge, des charges sociales qui sont calculées de façon provisionnelle avec des décalages de 2 ans, ce qui amène des fluctuations de trésorerie conséquente, des régimes de retraite calamiteux pour la plupart, etc….
    Je suis moi-même indépendant (gérant d’une société de conseil), depuis 20 ans après 14 ans comme consultant salarié. Sincèrement, si je ne regrette pas mon choix car j’ai choisi une forme de liberté, et j’ai quand même réussi à me payer raisonnablement pendant tout ce temps, je ne le recommanderais absolument pas aujourd’hui. Les indépendants sont en réalité des sous-citoyens dans notre société.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
Prud’hommes : Grenoble, 4e conseil à rejeter la barémisation des indemnités

Troyes, Amiens, Lyon et maintenant Grenoble. Sans oublier le syndicat CGT de l'usine Yto : tous s'élèvent contre la barémisation...

Fermer