À l’hôpital d’Armentières, l’absentéisme représente 77 postes perdus

Le rapport d'observations de la Chambre régionale des comptes (Hauts-de-France) concernant le centre hospitalier d'Armentières, dans le département du Nord, fait le constat d'un absentéisme qui explose en quatre ans.

Le centre hospitalier d’Armentières fait face à de réelles difficultés liées à l'absentéisme. Les congés de longue maladie ont considérablement augmentés entre 2011 et 2015. Comme le montre le tableau ci-dessus, le taux d'absentéisme pour les longues absences a progressé de 185% en quatre ans seulement.

L'absentéisme provoque des dysfonctionnements à l'hôpital

L'établissement hospitalier d'Armentières fait face à une concurrence territoriale. Dans le seul département du Nord, 77 hôpitaux et cliniques sont recensés. A ce titre, la croissance de l'activité de l'hôpital d'Armentières est un enjeu essentiel. La stabilisation des équipes médicales permettrait d'assurer un bon niveau d'activité. Mais l'augmentation de l'absentéisme du personnel non-médical constatée met à mal cet enjeu. Il a plus que triplé entre 2011 et 2015, passant de plus de 5 600 à 16 000 jours de congé longue maladie. Plus largement, l'absence pour maladies (ordinaire et longue) représente 28 600 jours en 2015. Cet absentéisme provoque des dysfonctionnements d'organisation et des coûts importants, équivalant à 77 agents en moins.

Relancer le retour à l'emploi 

Parmi les deux recommandations de la Chambre régionale des comptes pour relancer l'hôpital d'Armentières, l'une concerne la réduction de l'absentéisme :

Recommandation n° 2 : relancer, à court terme dans le cadre du plan de retour à l’équilibre et à moyen terme, les actions de réduction de l’absentéisme et de retour à l’emploi du personnel non médical

Une politique de retour a l'emploi avait été mise en place puis stoppée en 2013. Elle était destinée aux agents ayant connu une absence de longue durée ne  pouvant réintégrer leur poste initial. En septembre 2016, une nouvelle directrice des ressources humaines a été engagée et s'est vu confier la mission de  relancer une politique active et offensive de prévention de l'absentéisme, pour favoriser le retour à l'emploi. 

La chambre relève que l’établissement avait mis en place une politique de retour à l’emploi des agents ayant connu une absence de longue durée et ne pouvant réintégrer leur poste initial. Une commission spécifique était chargée d’étudier ces situations. La démarche a été mise en sommeil depuis 2013.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Comment la France aurait réduit sa consommation de pesticides en 7 ans

En pleine polémique sur le glyphosate, le gouvernement a mis en ligne une carte interactive sur l'utilisation des pesticides en...

Fermer