Accords de branche et magouilles patronales

Temps de lecture : 1 minute

Cet article a été lu 1926 fois

Les accords de branche, tant vantés par le gouvernement, peuvent-ils être les faux nez d’opérations plus ou moins douteuses organisées par des fédérations patronales? L’exemple que nous donnons aujourd’hui en constitue une belle illustration. En 2006, la branche de la boulangerie artisanale a signé, sous l’impulsion de son président Jean-Pierre Crouzet, un accord qui confiait la gestion de la complémentaire santé à AG2R. Cette désignation sans appel d’offres prévoyait une cotisation mensuelle de 40 euros pour des garanties qui ne les valaient pas. Cette surtarification, dont les salariés étaient les principales victimes, posait d’autant plus problème que Jean-Pierre Crouzet était aussi administrateur d’AG2R.

Jean-Pierre Vallon, courtier à Voiron, raconte le combat qu’il mène malgré lui contre Jean-Pierre Crouzet et AG2R depuis 2007 dans cette branche professionnelle.

 

print

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Code du Travail: trois aberrations de Myriam El-Khomri

La très hors sol Myriam El-Khomri a rendu hier, au Premier Ministre, ses préconisations pour la réforme du Code du...

Fermer