Affaire Johnny : Marne-la Coquette ou le discret charme des sociétés civiles

Voici le volet numéro 3 de notre série d’articles consacrés à l’affaire de l’héritage de Johnny Hallyday.

La résidence du chanteur à Marne la Coquette apparaît en vente .Détenue par la SCI SLJ, cette opération apporte un premier éclairage sur les dispositions successorales de Johnny Hallyday.

Crée en 2007, Johnny en possède 51% , Laetitia 48% et Jade 1% .Le régime matrimonial du couple s’avère être régit par un contrat de mariage avec séparation de biens pur et simple.

A chacun ses biens, à chacun ses dettes . Dans la vie, comme dans l’au delà.

Toutefois, le chanteur apporte à la création de la SCI sa propriété de Marne La coquette, la Savannah pour 4 711 K€. Madame et sa fille voient un patrimoine se constituer en leur faveur.

Plus encore , la gérance est dévolue à partir de 2012 a Mamie , Elyette Boudou, établie à demeure avec le couple . Johnny, il n’aura vraiment rien fait comme les autres. A la caricature de la belle-mère possessive, il a substitué la grand-mère.

Nul doute que chacun aura scrupuleusement suivi les dispositions statutaires obligeant une consultation des associés avant tout cession d’un bien immobilier. Reste à dater l’autorisation de cession antérieure ou postérieure au décès du chanteur avec ou sans démembrement des parts sociales.

La mise en vente suscite des regrets , peu d’interrogations .Elle lève pourtant le voile sur le souhait de Johnny Hallyday de protéger son épouse .Toutefois à ce stade, ses parts dans la SCI devaient rentrer dans processus classique de succession et revenir à ses descendants :David, fils d’un Mariage avec Sylvie Vartan, Laura , Fille d’une union avec Nathalie Baye , Jade et Joy , filles adoptives avec Laetitia.

Simple, efficace, offrant une part d’héritage à chacun tout en protégeant son épouse  et peu sujet à polémique.

Enfin , pas tout à fait.

Les statuts comportent une clause d’agrément de tout nouvel associé y compris lors d’une transmission en cas de décès ……

Exit les enfants du chanteur hors Jade ?Et la polémique justement. Les successions cristallisent les rancoeurs .Les non dits, les attentes insatisfaites , les frustrations, les blessures narcissiques  se focalisent sur ce dernier instant ou chacun pense faire valoir ses droits vis à vis des biens du défunt. Toute la finesse de l’Estate Plannning , jonglant entre les volontés réelles ou supposées du défunt et les capacités d’acceptations des héritiers sans contestation (à suivre).

Article écrit par

Véronique HERMET

Diplômée d’expertise comptable

Spécialiste Estate Planning

 

Jacques AMAR

Maitre de conférences HDR

Université Paris-Dauphine

Associé fondateur Legal-tools, www.legal-tools.fr

1 Trackbacks & Pingbacks

  1. Affaire Johnny : Marne-la Coquette ou le discret charme des sociétés civiles - Veronique Hermet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
Macron recourt-il à la pipolisation de la vie politique pour contourner le débat public?

Le mandat d'Emmanuel Macron entre de plein pied dans une logique de pipolisation (on nous pardonnera, espérons-le, cet anglicisme contestable)....

Fermer