Allemagne : licencié, il est sommé de reprendre son ancien poste en contrat précaire pour garder ses allocations

Licencié, Daniel Linke s’inscrit à l’agence pour l’emploi allemande qui lui propose une offre incongrue pour conserver ses indemnités : il doit accepter de reprendre son ancien poste, avec un contrat précaire et avec un salaire diminué de 70%. 

via GIPHY

Daniel Linke ne s’attendait sûrement pas à recevoir une telle offre d’emploi. Après onze ans de bons et loyaux services, l’homme de 46 ans est licencié à la suite d’un plan économique qui secoua l’entreprise automobile Webasto, spécialisée dans les toits ouvrants et les systèmes de chauffage/ventilation. 

D’après le « Passauer Neue Presse », Daniel linke fait partie des 54 employés que l’entreprise ne peut pas conserver alors qu’elle organise son déménagement en Slovaquie.

Un nouveau contrat d’à peine 30% de son ancien salaire

Travaillant comme opérateur de machines et d’installations sur le site de Hengersberg en Bavière, Daniel Linke s’inscrit à l’agence pour l’emploi allemande. Quelques semaines plus tard, l’agence le contacte.

Elle lui propose alors un contrat à temps partiel dans l’usine qu’il venait de quitter, au poste qu’il occupait quelques semaines auparavant. Le tout avec un salaire qui accuse une baisse de 70%. 

Je suis censé me remplacer, pour ainsi dire, mais pour un salaire inférieur. 

Daniel Linke

Daniel Linke ne souhaite pas accepter l’offre pour repartir à zéro dans une nouvelle structure. Cependant, son refus pourrait aussi signifier la fin du versement de ses allocations chômage par l’agence pour l’emploi allemande. 

Cela peut ne pas sembler agréable dans ce cas, mais le fait est qu’ici c’est un emploi raisonnable et qui relève du domaine d’expertise de l’homme.

Porte-parole de l’agence pour l’emploi

Du côté du syndicat allemand IG Metall, « ce qu’il se passe à « Hengersberg n’est pas digne de l’entreprise. » D’autant que d’après Heinz Hausner d’IG Metall, ces licenciements toucheraient en priorité des personnes handicapées.

Il fallait accepter que la charge de travail diminue à moyen terme. À un moment donné, le travail a disparu, mais tu devrais le finir avec décence.

Heinz Hausner, IG Metall

Daniel Linke continue de chercher du travail ailleurs que chez son ex-employeur. De son côté, Webasto a annoncé que de nouveaux licenciements économiques devraient avoir lieu. 160 employés devraient être congédiés d’ici 2020.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
Le gouvernement tente la limitation des durées de contrôle des TPE/PME

Dans une récente circulaire, le ministère de l'Action et des comptes publics teste la limitation de la durée des contrôles...

Fermer