Après le décès de Quévillon, le RSI présidé par le dernier de la classe

L'annonce du décès de Gérard Quévillon des suites d'une longue maladie est à peine connue que déjà le RSI a désigné un président par interim. Il s'agit de Louis Grassi, retraité et ancien marchand de chaussures à Ajaccio. Ce choix ne manque pas de surprendre, puisque le RSI Corse est connu pour sa particulière incompétence. 

In memoriam Gérard Quévillon

On exprimera bien entendu nos condoléances et nos regrets à l'annonce du décès de Gérard Quévillon. Paix ait son âme!

Louis Grassi lui succède

Le président par interim du RSI est son vice-président en titre, Louis Grassi, ancien marchand de chaussures d'Ajaccio. 

Cette élection ne manque pas de surprendre. Nous reproduisons ici les meilleurs moments du rapport de la Cour des Comptes de 2014 sur les comptes de la sécurité sociale. Un chapitre entier était consacré au recouvrement des cotisations sociales sur l'île de Beauté. La Cour avait alors montré que le RSI corse était lanterne rouge, en termes de performance, de tous les RSI de France. 

Les choix du Régime Social des Indépendants ne manquent donc pas d'étonner. Tout porte à croire que Louis Grassi sera le dernier président du RSI, en attendant l'absorption du système dans le régime général. Pour les assurés, cette fin peu glorieuse sonne comme un hallali. Après 10 longues années de dysfonctionnements, le régime disparaît sur un immense bras d'honneur envoyé à tous les travailleurs indépendants qui souhaitent mener une existence paisible, sans tracasseries administratives inutiles. 

le RSI a mis en place à compter du 1er juillet 2006 en métropole un réseau de 26 caisses de base (hors professions libérales et hors DOM). La mise en place de ces dernières s’est faite dans la plupart des cas dans une optique de rationalisation par regroupement d’entités préexistantes, sauf en Corse où une nouvelle caisse a été créée à partir d’un seul organisme, de très faible taille. Si en effet, en Corse, l’assurance maladie des travailleurs indépendants était déjà gérée par une caisse régionale de 18 agents, les assurances retraite des artisans et des industriels et commerçants étaient traitées à Nice, avec de simples guichets - représentant quatre agents - dans l’île. La création d’une caisse régionale de plein exercice s’est traduite par un doublement des effectifs en Corse, passés de 22 à 46 agents. (...) La caisse du RSI a confié les relances téléphoniques à ses agents, en dépit de l’instruction nationale qui prévoit une répartition des tâches à égalité entre le RSI et les URSSAF, car elle estime mieux maîtriser cette activité alors même que l’URSSAF de Corse a une expérience reconnue en ce domaine. Pour autant, le classement du RSI reste très en dessous de la moyenne nationale en ce qui concerne la part des relances téléphoniques (32 %) dans le traitement amiable du recouvrement.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Après l’imposture En Marche, en finir avec la Vè République

La fin de la Vè République est devenue inéluctable. Elle est probablement la seule leçon durable à retenir des élections...

Fermer