Attentat de Nice: le témoignage d’une policière

Temps de lecture : 1 minute

Cet article a été lu 9216 fois

L’attentat de Nice laisse des trace. Le syndicat SGP Police (FO) a publié un témoignage utile et intéressant d’une policière présente ce soir-là. Cette vidéo mérite d’être regardée avec attention:

On regrettera juste les questions un peu “idéologiques” à la fin de l’interview… et on saluera le courage des forces de police qui sont intervenues, ce qui ne dispense pas de s’interroger sur l’efficacité du dispositif conçu par le commandement.

print

2 commentaires sur Attentat de Nice: le témoignage d’une policière

  1. J’ai vu cette vidéo hier soir. Cela m’avait immédiatement porté à 2 remarques 1) soit cette jeune fille n’a pas été correctement formée soit elle n’était pas faite pour devenir policière (soit dit en passant bonjour les amateurs de la réserve nationale menée notre colonel d’opérette Jean Vincent Placé avec Wendy Bouchard dans le r^le de la cantinière le jour où ils seront réellement confrontée au feu). 2) dans cette interview elle déclare être intervenue après “l’incident du scooter” et là ces termes m’ont immédiatement révulsé car trop bien inscrit dans l’aura nauséeuse qui continue à entourer cette malheureuse affaire. En effet on connaît plus ou moins cette “incident”: on nous a dit à ce moment là qu”‘un homme” (qui?) circulant sur son scooter aurait essayé d’ouvrir la portière du camion pour essayer d’arrêter son chauffeur et sa trouée tragique et finissant ainsi par passer lui aussi sous les roues … mais ce n’était qu’un homme ordinaire (peut être un simple livreur de pizza bien sûr pas un bobo rive gauche )et se laissant aller à essayer de se comporter de façon (après tout avec son scooter il avait largement les moyens de se sauver lui aussiet aujourd’hui il pourrait donner des interview en disant “j’y étais” ). En Amérique il aurait était glorifié ici on continue donc à parler du bout des lèvres “d’incident du scooter”: j’en déduit qu’il est clair, qu’en France, il ne faut surtout pas qu’un Homme ordinaire sorte de son rôle de mouton à tondre( éventuellement à égorger). Message subliminal:”Dormez en paix” brave gens laissez faire le pouvoir central et ses agents et “les veaux seront bien gardé”. A Nice, le 14 juillet au soir, ce n’était pas la peine que des “gens d’en bas” se mobilisent,il est entendu que tout était sous contrôle… Trêve de colère rentrée, celle que l’on ressent quand on a l’impression d’être pris pour des cons, pourriez vous chercher, trouver, le nom de ce citoyen ordinaire et le citer(éventuellement en réponse à ce commentaire). Je ne suis pas de ceux qui peuvent citer son nom à l’ordre de la Nation même pas citer son nom dans la cour de Invalides mais j’aimerai gardé son nom en mémoire car il me semble qu’il a été le seul à la hauteur ce soir là. merci

  2. Pour tout dire, je me suis posée la question “pourquoi cette vidéo ?” Il y avait tant de gens à qui demander un témoignage…..
    Je pense savoir sur quel blog la trouver, mais je n’y irai pas et ne le citerai pas, afin de ne pas grimper le nombre de vues de ce blogueur, dont j’ai eu apprécié les billets à ses débuts. Ce n’est plus le cas !

    La santé des enfants, leur avenir, vous y pensez ? Comment vont-ils réagir en grandissant ? Fuite, agression ou inhibition d’action ? Non, pas un mot sur les gosses !
    http://www.lemonde.fr/societe/article/2016/09/12/je-suis-inquiete-pour-la-sante-des-enfants-nicois_4996236_3224.html

    Et, toutes ces personnes présentes ce soir là ? Celles qui ont vu passer un de leur proche sur les roues du camion, un gosse, un conjoint, un parent venu de loin ? Non, pas un mot ! Et surtout pas sur ces familles musulmanes qui ont été autant touchées que les autres……. Sélectif en plus !
    http://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/rencontre-avec-une-survivante-toujours-hospitalisee-de-l-attentat-de-nice-854863.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Le MEDEF est-il pour ou contre la liberté syndicale des patrons?

Au chapitre des contradictions inhérentes au corporatisme français, la question de la liberté syndicale des patrons français mérite une mention...

Fermer