A propos Éric Verhaeghe
Fondateur de Tripalio, auteur.
Contact: Twitter

UPA, UNAPL: quand le CESE protège les mariages blancs

2 décembre 2016 Éric Verhaeghe 0

Tôt ou tard, dans la grande et indispensable régénération de la vie publique française, il faudra bien prendre en main de façon carrée et démocratique la question de moins en moins acceptable des connivences qui se développent à l’abri des regards au Conseil Economique, Social et Environnemental (CESE), créé en 1946 par la funeste IVè République. Tout le monde le sait, le palais d’Iéna est le lieu de tous ceux qui se tiennent par la barbichette et continuent à l’envi, au nom de la recherche d’un consensus démocratique, d’un nécessaire rôle des corps intermédiaires (mais nécessaire à quoi?), les combinazioni qui font, au jour le jour, la montée du « populisme ». L’UPA et l’UNAPL: un mariage blanc au CESE Un superbe exemple de ces combinazioni est donné par le mariage blanc décidé en urgence par deux organisations patronales dont les présidents se côtoient au jour le jour au CESE. D’un côté, l’Union des Professions de l’Artisanat (UPA), présidée par Jean-Pierre Crouzet, est, de longue date, à la recherche d’adhérents pour justifier sa représentativité au niveau national. Sur décision historique du gouvernement (ah! la désignation des élus par le pouvoir politique dans la démocratie sociale, ça marche quand même mieux que l’élection!), l’UPA est en […]

François Hollande a sous-estimé son bilan

2 décembre 2016 Éric Verhaeghe 2

Dans sa déclaration de non-candidature (une belle innovation dans la Vè République, une de plus de la part de ce Président!), François Hollande a dressé un bilan sommaire de son quinquennat: remise en marche du pays, rétablissement des comptes publics, baisse du chômage, élargissement des libertés (avec le mariage pour tous). En l’écoutant, on se demandait pourquoi il était impopulaire. En fait, cette impopularité s’explique parce qu’il n’a pas assez vanté toutes ses réalisations. Je me propose donc de les rappeler, histoire que François Hollande ne se dise pas que tous les Français ont été ingrats avec lui. Des comptes publics brillamment tenus… François Hollande a vanté le rétablissement des comptes publics sous son quinquennat. Mais il n’a pas mis en valeur la subtile technique qu’il a utilisée pour y parvenir. C’est vrai que François Hollande a diminué le déficit public d’environ 20 milliards, soit 1 point de PIB. Rappelons que l’engagement de la France était une diminution de plus de 2 points. Mais supposons. Pour parvenir à ces 20 milliards d’économies annuelles, Hollande a agi tout en finesse: les dépenses de l’Etat sont passées de 365 milliards fin 2011 à près de 372 milliards fin 2015. Elles étaient de […]

Encore un effort, François, et tu auras ta crise de régime

30 novembre 2016 Éric Verhaeghe 3

Cher François! On t’avait bien dit, l’an dernier, que l’organisation d’une primaire à gauche rendait difficile la préservation du prestige présidentiel. Ce n’était pas nouveau, et c’était tout à fait prévisible: le matin, tu es président à l’Elysée, tu reçois des chefs d’Etat, Merkel t’appelle pour te remonter les bretelles, tu appelles Trump pour lui mettre un bonnet d’âme. L’après-midi, tu fais des réunions où tu décides de faire la guerre dans des endroits ou des déserts dont on n’a jamais entendu parler. Et le soir, tu te retrouves à un débat télévisé avec Marie-Noëlle Lienemann et Gérard Filoche où tu te fais traîner dans la boue parce que tu ne donnes pas assez d’argent aux pauvres. Et le lendemain, Angela te rappelle pour te demander si tu as bien dormi et si tu ne regrettes pas d’être allé tirer ton coup rue du Cirque avec un ridicule casque de Vespa sur la tête, un de ces casques que même les Napolitains ne portent plus. Parce qu’avec la déculottée que tu t’es prise la veille au soir devant plusieurs millions de Français sur tes frasques, les autres chefs d’Etat (et même les dirigeants d’autres planètes, ceux qui à Jean-Claude Juncker […]

Hollande, meilleur ennemi de la solidarité mutualiste

30 novembre 2016 Éric Verhaeghe 0

Officiellement, François Hollande est un ami de l’esprit mutualiste et de cette fameuse solidarité dont la forme est née en France au dix-neuvième siècle. Dans la pratique, le Président socialiste a patiemment explosé cette forme mutualiste jusqu’à en dénaturer le sens ou à intimer l’ordre, à ceux qui veulent en préserver la quintessence, de renoncer à leur activité. La conférence de presse de Philippe Mixe, président de la FNIM, en a donné une nouvelle démonstration. La solidarité mutualiste, de quoi s’agit-il? Une mode veut diluer la solidarité mutualiste dans un grand ensemble appelé économie sociale et solidaire où se mélangent pêle-mêle des entreprises dont le capital est détenu par leurs salariés, des associations, et des assurances santé (ou des banques) détenues par leurs sociétaires. Cette dilution du monde mutualiste est déjà un signal envoyé sur l’intention des pouvoirs publics de « métamorphoser » les mutuelles du dix-neuvième siècle en un tout obscur porté par des valeurs dont plus personne ne vérifie l’application quotidienne. C’est bien dommage, car ce qu’on appelait une mutuelle est, comme l’a rappelé Philippe Mixe, une logique qui mérite d’être pensée dans notre siècle: de simples particuliers se regroupent sans l’Etat pour organiser leur propre protection sociale. Liberté, responsabilité, indépendance, ces […]

Le Mée, un Coréen à visiter sans tarder

30 novembre 2016 Éric Verhaeghe 0

La cuisine coréenne est souvent mal connue, malgré son extrême finesse évoquée par ailleurs dans nos colonnes. Heureusement, Paris connaît une mode qui met en exergue cette cuisine dont les représentants se multiplient. Parmi eux, le Mée, petite enseigne entre le Louvre et l’Opéra au cadre sympathique et à la cuisine goûteuse. On la recommande chaleureusement. Une profusion de saveurs inattendues Comme toujours, la cuisine coréenne a la bonne idée de réinventer ou de revisiter des plats et des mets en leur donnant des goûts totalement inattendus et qui ravissent très heureusement le palais. Le Mée ne fait pas défaut à cette tradition: il propose avec intelligence des produits simples mais très bien travaillés et riches en goût. On retiendra par exemple la basse-côté de boeuf mijotée sur un ensemble proche du bibim pap. Les produits sont frais, ils sont bien travaillés, et ils sont délicieux. Les cuissons sont souvent complexes dans la cuisine coréenne. Au Mée, elles sont très réussies et méritent d’être savourées arrosées d’un Saju, la liqueur la plus populaire de Corée. À base de riz et filtrée au charbon de bois de bambou, cette liqueur de 20° rafraîchit agréablement le repas et met en valeur l’assaisonnement des […]

Les branches protègent-elles les TPE? L’exemple de la boulangerie

29 novembre 2016 Éric Verhaeghe 0

Les branches professionnelles, que tout le monde (même le paraît-il libéral Macron) évoque comme le recours magique pour réformer le droit du travail, protègent-elles les plus petites entreprises, ou bien pour les éreinter? Comme personne n’évoque ce sujet, s’est installé le mythe d’une concurrence terrible pour les petites entreprises, que seul un recours à la branche permet de tempérer. Ces grands enfants que sont les petits entrepreneurs auraient besoin d’une sorte de maman protectrice appelée la branche professionnelle pour éviter les désastres du capitalisme. Qu’est-ce qu’une branche? Cette opinion est largement répandue et colportée par les organisations syndicales qui laissent croire que la branche est un garde-fou au service des petits contre les gros. Bien entendu, personne n’a le souci de vérifier la véracité de cette affirmation qui défie l’entendement. Qu’est-ce qu’une branche, en effet, et qui y siège? Du côté des salariés, le partage est assez simple: sont représentatives dans les branches les organisations qui représentent plus de 8% des salariés aux élections professionnelles dans les entreprises. Du côté patronal, en revanche, dans l’attente de la réforme en cours, la branche reste un maquis où négocient et signent des organisations qui ne représentent qu’elles-mêmes. Dans le cas de la boulangerie, […]

Hollande peut-il démissionner Valls?

29 novembre 2016 Éric Verhaeghe 0

Avec la polémique lancée sur la déclaration (ou non) de candidature de Manuel Valls à la présidence de la République, une question constitutionnelle se pose: un Président de la République peut-il mettre fin aux fonctions d’un Premier Ministre? Contrairement à ce qu’on imagine, la réponse à cette question ne coule pas de source… Valls et sa démission face à la Constitution Constitutionnellement, la fin de fonction du Premier Ministre est bornée par l’article 8 de la Constitution: Le Président de la République nomme le Premier ministre. Il met fin à ses fonctions sur la présentation par celui-ci de la démission du Gouvernement. Sur la proposition du Premier ministre, il nomme les autres membres du Gouvernement et met fin à leurs fonctions. Littéralement, donc, le texte prévoit l’enchaînement de séquences logiques suivant: le Président nomme les ministres sur proposition du Premier Ministre le Président met fin aux fonctions des ministres sur proposition du Premier Ministre le Président nomme le Premier Ministre … le Président reçoit la démission du Gouvernement, ce qui met fin au mandat du Premier Ministre. La Constitution n’a donc pas prévu qu’un Premier Ministre soit « changé » dans démission du gouvernement. Elle n’a pas non plus prévu une cessation de […]

Fillon, un programme pré-impérial

28 novembre 2016 Éric Verhaeghe 2

L’intérêt de la victoire large de François Fillon est d’offrir, enfin! un espace politique clair et légitime à un programme pré-impérial, frappé d’un bonapartisme ambitieux. On l’attendait depuis longtemps, et enfin il arrive. Un programme pré-impérial parce que souverainiste François Fillon a fait campagne, en son temps, contre le traité de Maastricht. Le discours qu’il a prononcé vendredi dernier se situe dans la droite ligne de ce combat: faire de la France, dans les 10 ans, le première puissance européenne. Redevenir la cinquième puissance mondiale (derrière les Etats-Unis, la Chine, le Japon, mais qui sera le quatrième?). Ces idées simples, mobilisatrices sont la base d’une puissance française renouvelée. Quelque chose n’est pas dit, dans ce programme: la relation avec l’Allemagne. Fillon a la prudence de ne pas en parler, de ne pas abattre ses cartes tout de suite. Cette prudence tient aussi à une logique diplomatique: il s’agit, ici, de laisser l’Allemagne sortir du bois avant de prendre une option. Mais il ne faudra pas gratter longtemps pour comprendre que, dans l’esprit de Fillon, le relèvement du pays est antagoniste au développement de l’Allemagne. Cette affaire existait déjà il y a deux mille ans. La France ne retrouvera sa grandeur […]

Ce que les entrepreneurs attendent d’un candidat de droite

27 novembre 2016 Éric Verhaeghe 0

Un candidat de droite est-il forcément soutenu par les entrepreneurs? C’est ce que beaucoup croient, mais la réalité est beaucoup plus nuancée et complexe que les apparences ne le suggèrent. La campagne qui s’ouvre à droite devrait le montrer une fois de plus. Un candidat de droite n’est pas un candidat de l’entreprise Combien de « grands élus » de la droite ont-ils déjà mis les pieds dans une entreprise? Il suffit de regarder le casting de la primaire (les sept candidats initiaux, en l’occurrence), pour comprendre que la droite pratique à peine plus que la gauche le recrutement de ses notables dans le secteur privé. La primaire de la droite comptait quatre hauts fonctionnaires dans ses rangs: Alain Juppé, bien sûr, qui fut inspecteur général des finances… Bruno Le Maire était diplomate. Jean-François Copé était administrateur de la Caisse des Dépôts et Nathalie Kosciusko-Morizet a intégré le ministère des Finances à sa sortie de l’Ecole Polytechnique. Contrairement aux légendes urbaines, on ne dira pas forcément beaucoup mieux de François Fillon et de Nicolas Sarkozy. Tous deux ont commencé leur carrière politique dès la fin de leurs études, et la politique a constitué l’essentiel de leur occupation. Aucun des deux ne peut se […]

Mort de Castro: une anthologie des plaidoyers pour le totalitarisme

26 novembre 2016 Éric Verhaeghe 1

La mort de Fidel Castro donne l’occasion d’un prurit régressif sur les bienfaits de la dictature. Ceux qui n’ont pas de mots assez durs sur toute une série de régimes abominables trouvent des mots doux à prononcer sur le régime castriste et la sympathie qu’il peut inspirer. Cette discrète nostalgie pour la bonne époque où le marxisme-léninisme imposait sa loi méritait bien une petite anthologie et son décodage. Castro, le De Gaulle cubain? France 24 publie une interview drolatique de Stéphane Witkowski, enseignant à l’IHEAL (Institut des Hautes Etudes de l’Amérique Latine), rattaché à l’université Paris III. Les réponses de l’intéressé laissent songeurs: C’est une très grande figure de l’histoire du XXe siècle qui disparaît. Non seulement c’était un rebelle, un révolutionnaire, un stratège qui admirait Napoléon, mais aussi un homme de communication assez exceptionnel, un homme d’État et, par certains aspects, un grand réformateur de Cuba. Il faut rappeler qu’il a réduit un grand nombre d’inégalités sociales dans son pays. (…) Au delà du bilan du castrisme, les Cubains sont attachés à la personnalité de Fidel. Ils sont fidélistes avant d’être communistes. Ils sont attachés à sa personne comme les Français le sont au général de Gaulle, l’homme de la Résistance et de la […]

1 2 3 15