Bientôt une fiscalité de l’obésité?

Temps de lecture : 2 minutes

Cet article a été lu 2140 fois

Les services du Trésor se sont intéressés à l’obésité et à son coût. En particulier, les personnes obèses ou en surpoids contribuent à 56 % des dépenses de santé pour les soins de ville et probablement davantage à l’hôpital. Le coût social annuel de l’obésité serait 20 milliards €. Pour limiter ces coûts, les services du Trésor proposent plusieurs réformes fiscales.

Une réforme de la fiscalité alimentaire

Sur ce point, le Trésor étale une batterie de mesures complexe. En particulier, il suggère soit de taxer fortement le sucre présent dans les produits, mais constate que cette mesure suppose un système administratif complexe. Une autre mesure pourrait consister à taxer les produits selon leur niveau de calories ou à moduler la TVA en conséquence.

Encourager la prévention de l’obésité par les professionnels de santé

Pour y parvenir, Bercy suggère notamment de développer un paiement lié à l’acte de prévention, ou de favoriser la coordination entre professionnels de santé.

Agir sur les mécanismes individuels

Cette piste consisterait notamment à instaurer l’interdiction des distributeurs de confiseries avec une vitre en verre permettant de voir les produits, couplée à une incitation pour les entreprises à mettre à disposition des salariés des fruits plutôt que des confiseries dans les distributeurs, ou l’interdiction des gros conditionnements pour les produits gras qui incitent à constituer des stocks qui eux-mêmes incitent à plus consommer le produit (notamment lorsque ces aliments sont en promotion).

Mettre en place une prévention ciblée

En outre, Bercy propose la mise en place de campagnes de prévention ciblée, notamment dans les écoles.

Taxer la publicité sur les produits à la source de l’obésité

Une autre mesure consisterait en un système de taxation qui dissuaderait les industriels de diffuser toute publicité pour des aliments trop gras, sucrés ou salés. Cette option peut être vue comme étant plus souple, mais, si le niveau de taxation n’est pas suffisant, elle risque de ne pénaliser que les entreprises les plus modestes. De plus, la collecte de cette éventuelle taxe induirait des coûts pour les finances publiques.

print

2 commentaires sur Bientôt une fiscalité de l’obésité?

  1. Au vu des dernières recherches scientifiques, l’obésité c’est plus compliqué que ça. Alors, taxer, taxer, taxer, je ne vois pas à quoi cela peut servir lorsqu’il s’agit de maladie ! Après, il y aura un mr x qui passera dire “la gauche……”

    C’est compliqué la santé et n’est pas médecin qui veut.
    https://www.letemps.ch/sciences/2014/04/14/traumatismes-heritage
    https://www.dailymotion.com/video/x2u0zl8_traumatismes-en-heritage_school
    http://www.franceculture.fr/emissions/science-publique/notre-intestin-est-il-le-pilote-de-notre-sante-0
    https://www.youtube.com/watch?v=IRhobNPXboc

1 Trackbacks & Pingbacks

  1. Bientôt une fiscalité de l'ob&eacu...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
CSG: le Conseil d’Etat précise la question des non-résidents

Le Conseil d'Etat s'est offert quelques cachoteries sur la question de la CSG, cet été. Le 19 juillet 2016, il...

Fermer