Bitcoin : les causes de la chute historique sous la barre des 6 000$

Le 21 juin dernier était historique pour les cryptomonnaies. Le cours du Bitcoin a fait une chute spectaculaire, passant sous la barre des 6 000$. Une valeur qu’il dépassait depuis novembre 2017. Pour autant, les spécialistes ne s’accordent pas sur les raisons de ce plongeon. Tour d’horizon.

Les soldes ne commencent que mercredi. Et pourtant, la valeur du Bitcoin, plus généralement des cryptomonnaies, a accusé un sacré coup de rabais jeudi 21 juin. Alors qu’il était plutôt bien stabilisé, le cours du Bitcoin s’attaquait à la barre symbolique des 10 000$ avant de subir une chute spectaculaire en moins de 24h. Plusieurs causes sont privilégiées par les experts.

Cyberattaque et perte de confiance

31 millions de dollars qui s’évaporent dans la nature. Dans la nuit de mercredi, c’est l’un des plus gros braquages de l’histoire des cryptomonnaies qui s’est produit en Corée du Sud. C’est la société Bithumb qui a été visée. Immédiatement, l’entreprise a gelé les transactions sur sa plateforme d’échanges et transférant les cryptos sur un « portefeuille froid » car non connecté à Internet.

Pour l’instant, l’enquête piétine et les autorités peinent à identifier les auteurs de ce braquage de grande envergure. Néanmoins, les soupçons sud-coréens se tournent vers leurs homologues du Nord. En 2017, la Corée du Sud avait démontré que plusieurs attaques émanaient directement de la Corée du Nord de la part d’agents extérieurs.

La société a annoncé vouloir rembourser les clients concernés par ce vol. Mais même si Bithumb a fait part d’une grande réactivité face à cet événement, la confiance des investisseurs était déjà touchée et les cours des cryptomonnaies souffraient de chutes vertigineuses : -6% pour le Bitcoin, -6,6% pour l’Ethereum et -6,7% pour le Ripple.

Le spectre de la régulation plane toujours

Deuxième événement qui pourrait expliquer cette chute aussi importante que rapide : la régulation étatique fait toujours aussi peur aux investisseurs. Ainsi, la semaine dernière, la FSA japonaise, le régulateur japonais, a dressé un courrier de recommandations à six plateformes d’échanges, parmi les plus importantes du pays, pour améliorer leurs procédure.

L’annonce arrivait deux jours après le braquage de Bithumb. Si les plateformes ont toutes saluées l’initiative qui permettra de mieux sécuriser les échanges, la nouvelle s’est aussi accompagnée de fermetures temporaires des plateformes afin de se mettre en conformité. Seulement, même un arrêt très court à des effets immédiats sur les marchés financiers. 

De même, les utilisateurs se sont aussi montrés plus que prudents par rapport à ces nouveautés. L’annonce d’une régulation provenant d’une institution financière concernant des monnaies qui souhaitent justement se passer des systèmes financiers traditionnels a peu de chance de satisfaire les utilisateurs. Au point de limiter les investissements et le nombre d’investisseurs. 

Explosion de la bulle spéculative et fin de la hype

Le document avait de quoi faire frémir les marchés. Le 14 juin dernier, John Griffin, professeur de finance à l’Université du Texas publiait un texte dans lequel il expliquait que la prise de valeur du Bitcoin en 2017 était due à une manipulation du marché. Ni plus, ni moins. Pour rappel, la valeur de la cryptomonnaie avait grimpée de près de 500% en l’espace d’un an, dépassant les 7 000$. 

L’universitaire a découvert que des achats majeurs d’une seconde cryptomonnaie, le Tether, étaient synchronisés avec les baisses du cours du Bitcoin. Le Tether dont la valeur est indexée sur celle du dollar américain, permet alors de stabiliser le plancher du Bitcoin. Or, sur les 2 milliards de Tether qui étaient en circulation début 2018, aucun dollar correspondant n’ait jamais été provisionné. Une enquête a été ouverte fin mai aux Etats-Unis. 

D’après Tristan Colombet, fondateur de DomRaider, il pourrait aussi s’agir de la fin de la hype qui entoure que les cryptomonnaies et que l’on assisterait à l’explosion de la bulle spéculative. 

Nous sommes, depuis quelques mois, dans une séquence réglementaire qui attire moins la lumière. Pour  ceux, comme nous chez DomRaider, qui ont déjà procédé à levées de fonds en cryptomonnaies, nous sommes dans le temps du développement  des usages. Tandis que le législateur a ouvert, depuis quelques mois, l’étape de la réflexion et de la régulation. Diverses thématiques qui, évidemment, ne soulèvent pas vraiment les foules.

Tristan Colombet, fondateur de DomRaider

L’âge de la maturité ?

Enfin, l’une des hypothèses les plus probable reprendrait la thèse de Tristan Colombet. En somme, les cryptomonnaies seraient entrée dans leur phase de maturation. Leur champ d’applications serait actuellement en discussion.

En clair, de nombreux jetons sont maintenant sur le marché, que ce soit des Bitcoin pour le plus connu, comme des Ripple ou des Ethereum. Les grandes levées de fonds réalisées ont permis de faire rentrer les cryptomonnaies dans l’esprit commun. Il est maintenant tant de définir comment ces jetons peuvent être utilisés quotidiennement, de même que la technologie blockchain. 

Et ces applications, qui peuvent être plus que communes, attirent beaucoup moins d’investisseurs que les ICO qui présentent les projets. Le marché des cryptomonnaies est encore au début de cette maturation. Il reste, par exemple, encore très en retrait par rapport au marché de l’or. Ce qui pourrait expliquer le fait que des événements « mineurs » puissent causer des fluctuations importantes des cours. 

1 commentaire sur Bitcoin : les causes de la chute historique sous la barre des 6 000$

  1. Monnaie mondiale
    Il est une réponse qui ne peut subir la peur ou l’avarice, les sautes d’humeur des boursicoteurs ou des gouvernants, l’érosion ou l’ajustement, qui est, fixe jusqu’à la 23ième décimale et + encore, inamovible, intangible, inaliénable, universelle tant à Lima, qu’à Vladivostok en passant par Dubaï, qui échappe aux lobbies, au combines à la spéculation et tant d’autres choses, vous n’avez pas deviné? allons, allons un petit effort…c’est la monnaie basée sur l’énergie !
    1 kilowatt/heure (ou le coulomb, mais c’est bien moins pratique ou même compréhensible pour le commun des mortels) a la même valeur dans tout l’univers et rien de plus facile que de convertir des €, $, £ et autres yuan en « energ » ou tout autre mot (en science fiction c’est le stellar qui est majoritairement utilisé, mais d’autres noms peuvent peut-être convenir)…

1 Trackbacks & Pingbacks

  1. Bitcoin: les causes de la chute historique sous la barre des 6 000$. snbchf.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
La semaine de Pierre Tilly : Vous faites quoi cet été ? Je polémique à la plage ! Attention à ne pas prendre les méduses pour des tongues

Vous lisez le deuxième épisode de notre nouvelle chronique hebdomadaire de D&E ! Retrouvez chaque semaine l’analyse de l’actualité sous...

Fermer