BTP : la croissance de l’activité sera divisée par 2 l’année prochaine

La Fédération française du bâtiment (FFB) vient de publier son bilan pour 2017 et ses prévisions pour 2018. Si une augmentation de 4,7% de l’activité est attendue cette année, ce rythme de croissance devrait être divisée par deux l’année prochaine.

L’heure est au bilan de fin d’année pour le secteur du bâtiment. La FFB établit que la croissance amorcée en 2016 continue son chemin. Cependant, son rythme sera divisé de moitié en 2018. Cela serait dû à un durcissement des prix dans le logement neuf.

Selon Jacques Chanut le président de la FFB, « malgré une baisse des mises en chantier d’environ 10.000 unités, imputable aux dispositions prises en loi de Finances, le logement poursuivra son essor mais de façon beaucoup plus mesurée ».

Une baisse des chantiers prévue

Si le rythme de croissance se réduira l’année prochaine, la baisse prévue du nombre de chantiers y joue un rôle important. Sur la totalité de l’année 2017, la fédération estime à plus de 409 000 le nombre de mises en chantier concernant les logements, soit plus de 40 000 chantiers supplémentaires par rapport à 2016. Mais en 2018, il est prévu que ce chiffre redescende à 389 000.

Cette annonce intervient peu de temps après que la Capeb (Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment) ait partagé son inquiétude face aux intentions du gouvernement de rénover 500 000 logements par an dans le cadre du Plan rénovation énergétique, pour réduire notamment de 38% la consommation d’énergie du secteur bâtiment.

Moins de marge pour les entreprises

Sur le graphique ci-dessus extrait de la publication de la FFB, on constate une baisse des marges dans la construction cette année. Ces marges sont bien inférieures à celles de l’industrie manufacturière et même des services marchands.

Moins de chantiers pour plus d’emplois ? Dans ses prévisions, la FFB annonce la création de 30 000 postes dans le bâtiment en 2018, avant deux années qui seront « vraisemblablement plus difficiles ». Et ce malgré les mesures structurelles annoncées dans le cadre de la future loi pour l’Évolution du logement de l’aménagement et du numérique (Elan) qui se décompose en trois parties : « construire plus, mieux et moins cher ».

« Au global, à prix constants, l’activité bâtiment ne retrouvera en 2018 que le niveau atteint en 2013, encore très loin des plus hauts enregistrés sur la période 2006-2008 »

Fédération française du bâtiment

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
Législatives : le Conseil constitutionnel annule l’élection d’un député accro à Facebook

Le Conseil constitutionnel a annulé ce lundi l'élection du député LR Jean-Pierre Door pour un nombre de bulletins ne correspondant...

Fermer