Bug national du Crédit Agricole : de quoi légitimer la généralisation des cryptomonnaies et de la blockchain ?

Vendredi 12 octobre, le Crédit Agricole subissait une importante panne de tout son réseau. Absolument aucun service n’était disponible. De quoi donner encore plus de crédit aux défenseurs de l’utilisation des cryptomonnaies et de la blockchain ? Pas sûr. 

via GIPHY

Vendredi dernier, nous informions nos lecteurs qu’un bug national avait paralysé pendant plusieurs heures ceux qui utilisaient le Crédit Agricole. Impossibilité de se rendre sur son compte en ligne, application hors service et parfois paiements en carte bleue tout simplement refusés.

Des serveurs hors d’état après les intempéries dans le Sud

Plus problématique, nous apprenions aussi que les ordinateurs des conseillers étaient eux-aussi hors service, de même que les services téléphoniques. Impossible pour eux de faire la moindre action. 

Une source nous indique que les problèmes internes sont survenus alors même que le site fonctionnait encore. Et la cause serait météorologique.

Apparemment c’est a cause de la tempête qu’il y a dans le sud, nos serveurs sont là bas. Nous ça a planté de 9h45-10h à 14h45 en interne mais le site marchaient bien avant.

Du côté du Crédit Agricole, silence radio. Nous avons bien essayé de les joindre mais le service presse ne semblait pas être au courant de la panne nationale. De même, aucun communiqué sur le sujet n’a fait son apparition. Il faut se rendre sur Twitter pour glaner quelques informations. On observe que le secteur communication de la banque y répétait son message : 

Bonjour, nous sommes navrés de la gêne occasionnée. Notre équipe technique met tout en oeuvre afin que le souci soit réglé au plus vite. En attendant, n’hésitez pas à vous rapprocher de votre conseiller pour vos opérations si besoin. Bien à vous…

Ce bug peut-il sonner l’avènement de la blockchain ?

L’incident fut néanmoins résolu quelques heures après. Mais à l’heure du tout numérique, tout internet, quelques heures sont une éternité. Ce bug n’est pas non plus sans rappeler celui qu’avait connu la société de paiement Visa en juin dernier.

A l’époque, les utilisateurs de Visa s’étaient aussi vu opposer des refus de paiement en pagaille. A la différence près que le bug n’avait pas seulement concerné le territoire français mais toute l’Europe.

La question se posait donc déjà de savoir s’il ne vaudrait pas mieux utiliser les technologies blockhain et les cryptomonnaies qui lui sont attachées plutôt que les systèmes financiers actuels. 

L’avantage des cryptomonnaies et de la blockchain résident dans le fait que ces technologies ne sont pas soumises aux incidents physiques et techniques qui peuvent survenir. Une coupure de réseau ne peut mettre en panne ces systèmes décentralisés. 

De même, ces technologies ne peuvent, en théorie, pas subir l’ingérence des Etats et des systèmes financiers actuels, quand bien même de nombreux gouvernements travaillent sur de possibles régularisation et donc taxations de ces technologies.

Pour autant, les structures classiques restent encore leader dans au moins un domaine : le nombre d’opérations possibles à la seconde. En effet, pour réaliser une opération à l’aide de cryptomonnaie et d’un contrat intelligent inscrit dans la blockchain (contrat sécurisé, automatique, limitant le nombre d’intervenants), il est encore nécessaire que la transaction soit approuvée. Un processus parfois long qui réduit le nombre de transactions possibles à la seconde.

Le système Bitcoin atteindrait péniblement les 7 transactions par secondes. Ethereum serait à 15. Donc très loin encore des 2 000 opérations par seconde du système Visa. Les équipes affirment même être en mesure d’atteindre les 24 000 transactions par seconde.

Mais cette suprématie serait de moins en moins importante.  En juillet dernier, le site Decentral annonçait que le système EOS aurait atteint un nouveau record avec plus de 2 000 opérations par seconde, et se rapprochant rapidement de la barre des 3 000. 

Encore bien loin du maximum que peut atteindre le système Visa. Néanmoins, on constate qu’il s’agit d’un nombre d’opérations mesuré durant des périodes au trafic régulier. Ainsi, le système EOS devient globalement plus rapide que Visa. Si ce n’est que ce dernier peut atteindre dix fois plus d’opérations en période faste.

Reste aussi que les systèmes actuels bénéficient d’une image globalement bonne car même si les banques sont régulièrement la cible d’attaques, de critiques en tout genres, leur influence reste importante et n’est que peu remise en questions.

Mais là encore, il s’agit peut-être d’un point qui est en train de changer puisque les nouvelles technologies financières s’intègrent de mieux en mieux dans la société et dans les moeurs. S’il faudra encore du temps pour qu’elle le soit pleinement, une étude Qapa-Paypite publiée en mai dernier montrait que plus d’un français sur deux se disait prêt à recevoir au moins une partie de son salaire en cryptomonnaie. 

2 commentaires sur Bug national du Crédit Agricole : de quoi légitimer la généralisation des cryptomonnaies et de la blockchain ?

  1. lizez l’article et regarder la méteo du 12 holala comment mener en bateau pour masquer autre chose
    Météo du vendredi 12 Octobre 2018

    Un temps presque estival.

    Après dissipation de quelques grisailles ou brouillards matinaux, le soleil s’impose du Sud-Ouest au Nord et Nord-Est, le temps est estival l’après-midi avec des températures très douces.
    Sur les régions bordant la Manche, le ciel est très nuageux le matin. Le vent de sud souffle fort, jusqu’à 90 km/h à la côte, la mer est bien agitée. Les nuages se limitent à la Bretagne l’après-midi, avec quelques pluies essentiellement sur le Finistère. Le ciel est également couvert autour du golfe du Lion avec quelques petites pluies ou bruines en plaine, et des pluies faibles mais plus continues sur les Cévennes. Le vent d’Autan souffle modérément en Occitanie. Enfin, un ciel chargé se maintient sur l’est et le sud de la Corse, avec quelques averses.
    Les températures sont exceptionnellement douces. Les minimales vont de 10 à 14 degrés sur la moitié nord, 13 à 18 au sud. Les maximales varient entre 20 et 23 degrés près de la Manche, 23 et 28 degrés sur le reste du pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
Agnès Buzyn s’est engagée sur les tarifs des complémentaires santé devant l’Assemblée Nationale

La saison du PLFSS a commencé. Devant la commission des affaires sociales, Agnès Buzyn s'est fermement engagée sur la stabilité...

Fermer