Buzyn favorise-t-elle son mari? Guérir du diabète, Google révolutionne le dépistage du cancer, et autres nouvelles de la santé

Le Canard Enchaîné révélait mercredi que la ministre Buzyn mènerait campagne pour la réélection de son mari, Yves Lévy, à la présidence de l’INSERM. Son mandat doit se terminer en juin. Il est contesté en interne, mais la ministre souhaiterait le voir reconduit.

La situation est d’autant plus délicate pour le gouvernement que la ministre Buzyn participerait au jury chargé de choisir le successeur de son mari. On suivra de près cette situation peu commune de conflit d’intérêts.  

Pourra-t-on bientôt guérir le diabète?

Il ne faut pas manquer l’article de synthèse que le Figaro consacre au diabète. Cette maladie protéiforme touche 8,5% de la population mondiale. On en connaît désormais mieux les causes et il est acquis que, même si un patient possède des prédispositions à la maladie, c’est une mauvaise hygiène de vie qui précipite la maladie. Une étude canadienne a montré qu’un régime de quelques semaines à 600 calories par jour associé à quelques médicaments permettait des cas de guérison. La même équipe canadienne espère améliorer ces résultats en combinant mieux les médicaments durant la cure.  

Google révolutionne le dépistage du cancer

Google vient de développer un nouveau type de microscope, fonctionnant avec la réalité augmentée, appelé Google ARM. Cette invention améliore fortement le dépistage du cancer. Il peut détecter une tumeur avec une précision de 89 %, contre 73 % lorsque le travail est effectué par un médecin spécialiste du domaine. Pour l’instant, le dispositif est réservé au cancer du sein et de la prostate. Mais son champ de détection devrait être élargi à d’autres cancers et même à des maladies infectieuses.  

Le dépistage gratuit du cancer du col de l’utérus est généralisé

Le dépistage régulier du cancer du col de l’utérus, entièrement remboursé par la Sécurité sociale, va être généralisé en France, a annoncé vendredi le ministère de la Santé. « Près de 3.000 cas de cancers du col utérin sont diagnostiqués chaque année. Beaucoup de femmes ne bénéficient actuellement pas de ce dépistage, principalement dans les populations les plus vulnérables », a indiqué le ministère dans un communiqué. 

Examen pris en charge à 100%. Pour toucher tout le monde, des courriers seront envoyés à toutes les femmes de 25 à 65 ans « qui n’ont pas réalisé de frottis du col de l’utérus dans les trois années précédentes ». Elles seront invitées « à se rendre chez un médecin ou une sage-femme pour effectuer l’examen (…) pris en charge à 100% par l’Assurance maladie« . Selon le ministère, « des lésions diagnostiquées plus tôt, ce sont des traitements moins lourds et des cancers évités ». La mesure entre dans le cadre du plan « Priorité prévention », présenté par le gouvernement fin mars. 

Reblochon contaminé

Personne n’a échappé à l’affaire des Reblochon contaminés par une souche sévère de l’Escherichia Coli, dont 7 enfants auraient été victimes. Cette contamination a obligé les magasins Leclerc, qui commercialisent le produit, à les retirer d’urgence de la vente.  

Le stress monte dans les services du SAMU

Depuis la mort d’une malade qui avait en vain appelé le SAMU de Strasbourg, la tension monte dans les services d’urgence. Dans la Manche, le collectif des médecins a décidé d’alerter la ministre par une lettre ouverte sur la situation du département.  

« Comme nous l’avons écrit plusieurs fois à l’ARS, notre département n’a plus aucun Smur secondaire pour assurer les transferts vers les CHU. Nous sommes le seul département français de cette taille dans ce cas (plus de 400 000 habitants, pas de plateau de coronarographie et pas de Smur 2). Nous n’avons bientôt plus d’hôpitaux de proximité et potentiellement, plus de transports disponibles rapidement pour amener les patients et les médecins les accompagnant vers les CHU. L’Orne, le Calvados, la Seine-Maritime et l’Eure ont tous un Smur secondaire . Nous sommes donc une exception en France mais aussi, en Normandie. » 

On voit bien que le drame de Strasbourg devrait contribuer à jeter une lumière nouvelle sur la situation réelle des hôpitaux et participer à une probable responsabilisation des services concernés.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
Pour la CJUE, la participation à des crimes de guerre n’est pas motif d’expulsion automatique du territoire

La CJUE a rendu, début mai, un arrêt plus qu'intéressant. Alors que deux hommes, soupçonnés d'avoir participé à des crimes...

Fermer