Canada : paralysée pendant des jours par un piratage, la ville de Midland a payé une rançon en Bitcoins

Victime d’une attaque massive qui a paralysée pendant 48h tous ses systèmes informatiques, la ville canadienne de Midland explique avoir payé la rançon que demandait les hackers. 

C’est l’une des pires nouvelles qui pouvait arriver : reconnaître la victoire de hackers. Dans la nuit du 1er septembre, la ville de Midland (Canada) voit toutes ses administrations et ses systèmes informatiques tomber conjointement en panne. La bourgade de 17 000 habitants vient de subir une attaque informatique majeure. Elle n’a pas eu le choix que de payer la rançon.

Ni emails, ni paiements, ni permis

Ici.radio-Canada expliquait que la ville s’est retrouvée paralysée pendant 48h. Seuls les services d’urgences n’ont pas été touchés. Mais pendant ces longues heures, il était impossible pour les habitants ne serait-ce que réaliser des retraits ou des paiements, tous les terminaux étant hors services.

Les administrations n’ont pas non plus été épargnées : emails, titres de transports ou encore émissions de permis. Rien ne fonctionnait. Seuls les services d’urgence n’ont pas été touchés.

Incapable de résoudre le problème pendant 48h, la municipalité a préféré céder aux exigences des hackers et payer, en Bitcoins, la rançon qui était demandée. 

Nous avons préféré la payer plutôt que de tenter de solutionner le problème durant des semaines au risque de perdre toutes nos données informatiques.

Gord McKay, maire de Midland

Le montant payé n’a pas filtré. Mais le maire assure que les citoyens n’auront pas à supporter le poids de cette rançon car la municipalité avait souscrit une assurance contre les attaques numériques et les rançons. Une enquête est en cours mais il sera difficile d’identifier les auteurs du fait de l’intraçabilité des cryptomonnaies.

Pour Gord McKay, il faut absolument comprendre et endiguer ce phénomène. 

Ces attaques deviennent de plus en plus fréquentes et certains fraudeurs en font même un fonds de commerce pour rançonner des usagers d’Internet, puisque presque toutes les transactions se font maintenant sur Internet, que ce soit pour payer vos impôts fonciers, vos contraventions ou votre abonnement à l’aréna municipal. 

Gord McKay, maire de Midland

La ville voisine de Wasaga Beach avait aussi été victime du même type d’attaque au printemps dernier. Et elle aussi avait payé une rançon, 35 000$, en Bitcoins. 

1 commentaire sur Canada : paralysée pendant des jours par un piratage, la ville de Midland a payé une rançon en Bitcoins

  1. 48H, c’est largement suffisant (et nécessaire) pour remettre des serveurs normaux en ordre de marche, si tant est qu’ils utilisent un OS sérieux et des protections actives comme passives contre l’intrusion.

    Disons que c’est la plus pure illustration de la haute toxicité de la nsa, qui a connaissance de la plupart des failles existantes, mais se la joue perso en les gardant pour elle-même – elle oublie juste que ce que l’un a découvert, l’autre, qui n’est pas plus bête (et souvent, plus intelligent), peut aussi le découvrir, car, tout comme en france et ailleurs, le shadow government a bien peu d’intelligence et fonctionne presque uniquement à la théologie…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
« Pognon de dingue » : la boutique de l’Elysée est sous le coup d’une enquête de la Cnil

La Cnil a ouvert, le 17 septembre dernier, une enquête qui vise la boutique officielle de l'Elysée. Plusieurs points montrent...

Fermer