Exclusif: « Nous les nationalistes grecs, contre l’Europe des gay-prides et des usuriers »

3 septembre 2017 Eric Verhaeghe 0

Christos Pappas, numéro deux du parti grec réputé d’extrême-droite Aube Dorée (Chrysi Avgi), nous a reçu au sein de la Vouli, le Parlement grec. C’était l’occasion de faire un point sur l’ancrage idéologique de ce parti. La scène se passe face à l’ambassade de France à Athènes, sur la Vassilis Sofias. C’est l’entrée latérale de la Vouli où les visiteurs se pressent. J’ai rendez-vous avec Christos Pappas, le numéro deux d’Aube Dorée. Les policiers, à l’accueil, me demandent qui je viens voir. Quand je parle de Christos Pappas, ils font mine de ne pas comprendre. Quand je dis « Chrisy Avgi », des regards entendus s’éclairent. Les têtes se lèvent comme si elles imploraient le ciel. Immédiatement, un policier est affecté à ma sécurité, et le chef de poste lui indique que j’ai une « camera », mot ambigu puisque l’anglais désigne autant l’appareil photo que la caméra. Je dois attendre à l’accueil, parce que le policier en civil qui est chargé de m’encadrer s’est éclipsé. Puis, mystérieusement, il revient me chercher et me fait patienter à l’accueil du bâtiment principal. De longues minutes d’attente commencent où je finis par comprendre que le parti doit demander l’autorisation pour accueillir un journaliste muni d’une « camera ». Je […]

« Tsipras a rétabli les exonérations fiscales en faveur de l’Église grecque »

24 août 2017 Eric Verhaeghe 1

Tsipras est-il vraiment, comme beaucoup se forcent à le croire en France, un chantre de la modernité grecque? ou est-il systématiquement revenu aux pratiques les plus rétrogrades de la classe politique locale, empilant privilèges  et népotisme? Sa mansuétude vis-à-vis des privilèges de l’église grecque est pour le moins étonnante… Dernier épisode de l’interview de Georges Papakonstantinou. Le prêt-à-bien-penser français a rapidement paré Alexis Tsipras de nombreuses vertus, parfois contradictoires. Entre résistance à l’Allemagne, posture morale et redistribution à la Robin des Bois, Tsipras et Varoufakis, durant leurs premiers mois au pouvoir, se sont forgé une légende de sauveurs de gauche. Les réalités sombres de Tsipras L’examen pragmatique de la légende ne résiste pas aux faits. Le retournement de Tsipras, à l’été 2015, en faveur d’un maintien dans la zone euro, et donc d’un accord sur les mesures d’austérité exigées par les créanciers de la Grèce, a montré de quoi le personnage était capable. Alors même qu’un référendum initié par ses soins lui donnait une majorité pour sortir de l’eurozone, Tsipras recule et accepte tout ce contre quoi il s’était battu. Ce coup fumant illustre bien la distance qui sépare la politique de Tsipras de l’apparence qu’il a voulu se donner […]

Papakonstantinou: « Goldman-Sachs a aidé tous les Européens à truquer leurs comptes »

22 août 2017 Eric Verhaeghe 2

Le rôle de Goldmann-Sachs dans la crise grecque a prêté à de nombreux fantasmes, comme celui de l’Allemagne d’ailleurs. Nous continuons l’interview de Georges Papakonstantinou, qui s’explique aujourd’hui sur ces sujets… Assez curieusement, l’opinion française s’est emparée de la crise grecque non pas comme un sujet d’étude historique ou politique, mais comme un objet de preuve et de passion partisane pour ou contre l’euro, pour ou contre l’Europe, pour ou contre la finance internationale. Dans ce tourbillon d’enjeux plus ou moins irrationnels, des légendes urbaines sont tenaces. Par exemple, la banque Goldman Sachs aurait conspiré pour organiser la crise grecque. Goldman-Sachs et la crise grecque La banque d’affaire Goldman-Sachs n’a aucune raison d’inspirer une sympathie ou une amitié particulière. De là à dire qu’elle est un repère d’illuminati qui manipulent le monde, il y a sans doute un « monde », voire une galaxie, voire plusieurs, à franchir avant d’y croire. Cette opinion s’est pourtant répandue ces dernières années dans certaines couches de l’opinion. Georges Papakonstantinou a le mérite de rappeler que l’intervention de Goldman-Sachs dans les comptes publics ne s’est pas limitée à la Grèce et qu’à aucun moment elle n’a conduit à dépouiller les États et les élus de leurs […]

« Je, soussigné Papakonstantinou, ministre qui a signé le premier plan de sauvetage grec »

21 août 2017 Eric Verhaeghe 4

Georges Papakonstantinou fut le ministre grec des Finances par qui la catastrophe est arrivée, en 2009. C’est lui qui a eu le courage de rétablir la vérité des comptes publics grecs et qui s’est exposé au risque personnel du premier plan de sauvetage du pays. Il nous a accordé une longue interview que nous publions en trois parties. Le rendez-vous a lieu dans une maison bourgeoise du quartier périphérique de Kifissia, l’une des banlieues chics d’Athènes. La maison est bourgeoise, mais sans éclat particulier et sans ostentation. Dans le petit jardin qui la borde, des chats paressent au milieu du chant des cigales. La température est écrasante et les moustiques sont virulents. Georges Papakonstantinou, ancien ministre grec des Finances Georges Papakonstantinou ouvre presque timidement la porte. L’homme, depuis son expérience ministérielle au sein du gouvernement Papandreou, entre 2009 et 2011, a subi le traumatisme des réformes. Certains, parmi les opposants au PASOK comme parmi les forces économiques, ne lui ont toujours pas pardonné d’avoir dit la vérité sur les déficits publics grecs et d’avoir voulu moderniser le pays. Il en a payé le prix fort, en faisant l’objet de calomnies sur une accusation de favoritisme fiscal dont la justice grecque […]

La crise des réfugiés est-elle une fake news bobo?

20 août 2017 Eric Verhaeghe 3

Dans le story-telling officiel, des centaines de milliers de réfugiés ont spontanément afflué en Grèce, en 2015, chassés par la guerre en Syrie. Une petite visite sur Lesbos, par laquelle la moitié des réfugiés serait passée, montre que cette version ne tient pas vraiment. Reste à savoir ce que cette mise en scène industrielle a réellement dissimulé. Par exemple une vengeance de Syriza contre l’Allemagne. Le 9 avril 2015, le ministre grec de la Défense, Panos Kammenos, qui est alors l’équivalent local d’un Dupont-Aignan, allié à Syriza dans un gouvernement de circonstance, menace l’Europe d’être inondée par des millions de réfugiés si elle ne cède pas aux injonctions de la nouvelle majorité en Grèce. Au passage, le délicat ministre souhaite que cette marée humaine permette l’infiltration de terroristes sur le sol européen. Ces paroles mal comprises à l’époque se sont finalement révélées prémonitoires. Voire terriblement sincères. En juillet 2015, en effet, l’Europe oblige Tsipras à renoncer à ses projets de révolte contre la zone euro. La Grèce rentre dans le rang. Mais la marée humaine fait son oeuvre et l’Allemagne, fin août, ouvre ses frontières à un million de nouveaux venus. La vengeance de Syriza prend alors toute sa dimension, ou […]

En Grèce, la vie a repris (presque) comme avant

17 août 2017 Eric Verhaeghe 2

Loin des discours hystérisés en vogue dans certaines fractions de l’opinion, la Grèce tient le coup et la vie y a repris comme si la crise n’existait pas. Ou presque. En tout le cas, le pays est très loin du chaos que certains imaginent. À Athènes, le 15 août 2017 a curieusement et furieusement ressemblé à tous les 15 août précédents. Les rues accablées de chaleur grouillaient, dans les quartiers proches de l’Acropole, de touristes en effervescence. Les autres quartiers étaient morts de silence et de calme. La plupart des Athéniens avaient profité des fêtes mariales pour rejoindre leur résidence secondaire, lorsqu’ils en ont une, sur une île: à Spetsae, à Hydra. Ou bien ils se sont terrés chez eux. Ou bien ils sont allés à la plage. Dans Athènes, tous les magasins de la rue Hermès (l’Hermou, comme on dit ici) étaient fermés. La ville, comme tous les ans, a fonctionné au ralenti. Les Athéniens continuent à fréquenter les terrasses Bien sûr, ce sont des apparences. Mais les apparences grecques sont sauves. Aux terrasses, il n’y a pas que des touristes. Même au cossu bar Galaxy de l’hôtel Hilton, les « locaux » se mêlent aux touristes. Aucun signe d’inflexion dans […]

La Grèce est-elle victime ou non de l’euro?

10 août 2017 Eric Verhaeghe 0

L’euro a-t-il ou non sonné le glas de la prospérité grecque? C’est probablement la principale question qui mérite d’être posée dans l’histoire de la Grèce contemporaine. L’entêtement des Grecs à intégrer dès son origine la zone euro a-t-il ou non causé une catastrophe économique évitable? Les Grecs ont intégré la zone euro avec un peu de retard, sans qu’on ne s’en rende vraiment compte: les billets et les pièces de l’euro y sont apparus en même temps que dans les autres pays, c’est-à-dire le 1er janvier 2002. Mais ce fut une décision « forcée », à l’époque, sur le bien-fondé de laquelle on peut encore s’interroger. Les réticences européennes à voir la Grèce intégrer l’euro Lorsque les Européens imaginent la zone euro, ils connaissent tous la théorie de Mundell sur la zone monétaire optimale. Ils savent qu’une monnaie unique peine à fonctionner s’il n’existe pas de convergence entre les politiques budgétaires. Précisément, entre le traité de Maastricht de 1992 et la création physique de la zone euro, la Grèce pose problème. En 1994, le Conseil prend une décision de constat de déficit excessif en Grèce. Le graphique ci-dessous rappelle l’évolution de la dette publique rapportée au PIB depuis 1995. On voit que […]

Istanbul, capitale turque ou capitale grecque?

9 août 2017 Eric Verhaeghe 4

Beaucoup de Français imaginent qu’Istanbul est un mot turc qui désigne une mégapole moderne aux confins de l’Asie et de l’Europe. En réalité, il s’agit simplement de la déformation turque du grec « is tén polin », « dans la ville », comme disaient les héritiers d’un monde où Constantinople avait survécu pendant 1.000 ans, comme capitale de l’empire romain, à l’autre « ville », l’urbs, qui était Rome. La vacuité des programmes d’histoire inoculés par l’Éducation Nationale en France explique très largement l’incompréhension des Français pour les questions grecques et méditerranéennes. Pour le Français ordinaire qui a tété le lait allégé de l’école publique, l’Empire romain s’est effondré au cinquième siècle sous les coups de boutoir infligés par des Barbares. S’est alors ouvert une ère obscure qui a duré environ dix siècles. Vers 1500, la Renaissance commence et l’Europe redécouvre la Grèce, c’est-à-dire Platon, Aristote et quelques autres. Entretemps, la Grèce est devenue un désert finalement occupé par les Ottomans. Istanbul vue par les Grecs Pour les Européens d’Orient, dont les Grecs, l’histoire s’est déroulée un peu différemment. Eux se souviennent en effet de la pression migratoire exercée par les « barbares », les tribus germaniques, dès le IIIè siècle après Jésus-Christ. Ils savent aussi la marginalisation […]