Vie des marques : la patte du dirigeant

21 décembre 2017 Redaction 0

Derrière le succès d’une marque, on trouve souvent la patte de son dirigeant. Ses qualités de management, sa vision pertinente du métier, du marché et de l’avenir, mais aussi sa personnalité et son engagement sont autant de facteurs clés de réussite… pour l’entreprise toute entière. Le dirigeant, porteur d’une vision de long terme  « Le succès d’une entreprise ne saurait être éphémère. Il doit durer ». Ces mots sont ceux de Jacques Aschenbroich, le directeur général de Valeo, qui considère que « c’est l’innovation et la croissance qui sont les juges de paix, pas la rentabilité à court terme ». C’est une philosophie qu’il a clairement portée au sein de son entreprise. Lorsqu’il prend la tête de Valéo en 2009, l’équipementier automobile est en plein cœur de la crise. L’entreprise perd de l’argent, et l’on craint la suppression des sites de production français. Jacques Aschenbroich fait un choix dont il a la conviction qu’il est d’avenir : ne pas couper dans les dépenses, mais « augmenter les dépenses de R&D », et « accroître les investissements à l’étranger, notamment en Chine ». Son pari est de miser sur les évolutions du marché qu’il pressent : enjeux autour de la réduction des émissions de CO2, arrivée des véhicules autonomes ou encore […]

Assurance chômage : les promesses d’Emmanuel Macron n’engageaient que ceux qui y ont cru

14 décembre 2017 Mickaël Ciccotelli 0

Emmanuel Macron l’avait promis durant la campagne présidentielle : élu, il entendait à la fois assouplir le Code du Travail et mieux protéger les Français contre le chômage. La voie de la « flexi-sécurité » s’ouvrait ainsi à la France. La partie flexibilité de la promesse a été respectée, avec les ordonnances Travail. Pour l’aspect sécurité, en revanche, les choses se présentent plus mal. Un périmètre moins ambitieux pour l’assurance chômage Alors que l’Unédic affiche fièrement un déficit annuel de quelque quatre milliards d’euros et une dette cumulée de l’ordre de la trentaine de milliards d’euros, le candidat Macron n’avait pas hésité à jugé légitime d’étendre le périmètre de l’assurance chômage. Les démissionnaires – s’entend : désormais, tous les démissionnaires et non plus seulement les cas spécifiques déjà indemnisés actuellement – ainsi que les indépendants allaient être couverts par l’assurance chômage. Patronat et syndicats demeuraient très perplexes, le coût de l’extension aux seuls démissionnaires étant évalué entre 8 et 14 milliars d’euros. Ayant sans doute pris conscience du côté quelque peu intenable de la promesse, l’éxecutif commence à se faire plus restrictif. Hier, à l’occasion du lancement de la réforme de l’assurance chômage, Muriel Pénicaud, la ministre du Travail, est d’une part […]

Être chômeur à l’étranger : l’Etat peut limiter l’indemnisation à 3 mois

8 décembre 2017 Leo Guittet 0

Être chômeur indemnisé et vivre à l’étranger, c’est possible, mais pas éternellement. L’avocat général de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient d’ailleurs de rendre un avis intéressant sur le sujet. L’avocat général s’est prononcé dans le cadre d’une affaire néerlandaise. Il s’agit d’un ressortissant chômeur et indemnisé par les services des Pays-Bas alors en recherche d’emploi en Suisse. Mais, à l’issue d’une période de 3 mois d’indemnisation qui est le minimum prévu par le droit européen (le maximum étant 6 mois), la prolongation du bénéfice des allocations chômage lui a été retiré. De contestation en contestation, l’affaire s’est retrouvée devant la CJUE avec une question simple : le règlement européen permet-il aux Etats membres de partir du principe que le délai d’indemnisation d’un chômeur au-delà de 3 mois n’a pas à être prolongé, sauf si les chances de retrouver un emploi sont démontrées ? L’avocat général pense que oui et justifie son propos. L’Etat membre peut refuser par principe de prolonger l’indemnité du chômeur L’avocat général de la CJUE indique que le législateur européen permet aux Etats membres de définir eux-mêmes les modalités d’octroi, ou non, d’un délai supplémentaire d’indemnité pour chaque ressortissant chômeur vivant à l’étranger. […]

Quels préavis pour une démission dans les règles ?

8 décembre 2017 Charlotte Charlier 0

Dans son programme, Macron prévoit que les démissionnaires pourront toucher le chômage, comme les licenciés ou ceux qui négocient leur départ. Cette semaine, nous vous proposons un dossier sur les démissionnaires afin de faire un point sur une situation qui n’est toujours claire. Abordons ensemble le principe du préavis et les conditions à connaître pour que le salarié démissionne dans les règles. Lorsque le salarié pense démission, il en oublie parfois certaines dispositions liées à la procédure légale. Parmi les principes essentiels : avertir son employeur et afficher clairement sa volonté de démission, pour éviter toute ambiguïté qui pourrait conduire le conseil des Prud’hommes à requalifier la démission en licenciement sans cause réelle. L’ancienneté du salarié est prise en compte Jusqu’au terme du contrat de travail, le salarié est dans l’obligation de continuer à travailler, en respectant le délai de préavis prévu. Ce préavis commence dès que le salarié a notifié son employeur de sa volonté à démissionner. La durée de préavis change selon les cas. Pour les cas généraux, cette durée est établie de plusieurs manières. Soit par convention ou accord collectif, soit par le droit local. Dans certains contrats, un préavis de démission est parfois prévu, mais il ne […]

Pourquoi le CDI n’est plus gage de stabilité

8 décembre 2017 Adrien Pittore 0

Si le contrat de travail à durée indéterminée est la forme dominante de la relation de travail entre un employeur et un salarié, il n’est pas forcément signe de stabilité. Ainsi, une étude de la DARES montre qu’en 2015, 36,1% des CDI sont rompus moins d’un an après leur signature. Et le premier motif est la démission. Contrairement à l’idée que l’on peut s’en faire, les ruptures de CDI à l’initiative du salarié représentent la moitié des fins de contrats. Alors, si le CDI bénéficie encore de l’idée selon laquelle il est un gage de sécurité de l’emploi, la réalité est toute autre. La démission vient particulièrement des jeunes hommes peu qualifiés Au regard des chiffres avancés par le rapport, il est possible de classer les démissions selon plusieurs paramètres. Le premier est que ce phénomène touche principalement les jeunes. Si les 15 à 24 ans concentrent la plus grande part d’entrée en CDI (31,7%), ils sont aussi ceux qui démissionnent le plus avec 45,6% la première année. A l’extrême opposé, on retrouve les 55 ans et plus qui ne rentrent qu’à 4% en CDI mais qui sont un peu moins de 13% à démissionner la première année. En ce […]

Comment les SCOP gèrent leurs « ressources » humaines

8 décembre 2017 Redaction 0

Les SCOP (sociétés coopératives et participatives) sont des sociétés sous statut SARL, SA ou SAS, qui adoptent volontairement un statut coopératif et participatif. À la fin 2016, on dénombrait, en France, 2 991 SCOP (dont 627 SCIC, sociétés coopératives d’intérêt collectif) pour 53 850 salariés (dont 27 800 associés). Le nombre de SCOP est en hausse de 4 % depuis 2015, confirmant une tendance de moyen terme. Le chiffre d’affaires des SCOP était de 4,6 milliards d’Euros en 2016. Les salariés des SCOP sont appelés à être sociétaires de leur entreprise, ils doivent détenir au moins 51 % du capital et 65 % des droits de vote, sachant qu’un associé dispose d’une voix quel que soit le nombre de parts qu’il détient. Le dirigeant est élu par l’Assemblée générale des sociétaires, donc par une majorité de salariés. Le partage du profit est réglementé dans un souci d’équité : au moins 40 % pour la part travail, c’est-à-dire versé aux salariés ; au moins 45 % en réserves, qui restent impartageables même en cas de dissolution de la société ; au plus 15 % en rémunération du capital (dividendes). Dans une SCIC, les mécanismes coopératifs et participatifs sont identiques à ceux de la SCOP. Toutefois, les membres associés au capital peuvent être de toute nature : salariés mais aussi […]

Conjuguer finance, stratégie et gouvernance de l’entreprise

8 décembre 2017 Redaction 0

Cet article est publié dans le cadre du premier festival de la Revue Française de Gestion, « Finance, stratégie, gouvernance : 40 ans de Revue Française de Gestion » organisé le 17 novembre 2017 à l’IAE de Grenoble en partenariat avec le CERAG, The Conversation France et XERFI Canal Productions. Les auteurs du numéro spécial de la RFG « Concilier finance et management » publié en 2009 et coordonné par Michel Albouy, étaient invités à s’exprimer sur le thème : « Une décennie après la crise financière : quel regard, quelles évolutions… ? La vie des entreprises, depuis toujours, est remplie d’évènements de nature diverse : une success story ici, des difficultés, voire un crash là, un spectaculaire redressement ailleurs ; histoires concrètes dont l’analyse met l’accent, selon les faits étudiés, sur la finance, la stratégie ou la gouvernance du/des entreprise(s) concernée(s), parfois sur l’ensemble de ces éléments représentatifs des relations des firmes entre elles et avec les sociétés humaines dans lesquelles ces firmes agissent. Croiser les éléments d’analyse L’analyste peut faire appel aux corpus qui se sont progressivement constitués sur chacune de ces composantes – la Finance, la Stratégie, la Gouvernance – mais ne peut en rester là ; il doit s’efforcer de mettre en relief les relations, parfois antagonistes, entre ces éléments d’analyse. […]

Les syndicats craignent une multiplication des démissions en cas d’indémnisation

7 décembre 2017 Adrien Pittore 0

A l’annonce de l’indemnisation des démissionnaires par l’assurance chômage, François Hommeril (CFE-CGC) avait craint des effets d’aubaine ! Mais même avec les semblants de précisions d’Emmanuel Macron, on a du mal à ne pas s’inquiéter.    » Je fais ce que je dis.  » Avec cette formule, Emmanuel Macron souhaitait montrer qu’il mettrait en place ses promesses de campagne. Parmi elles, l’assurance-chômage universelle, dont il a laissé transparaître plusieurs nuances par rapport au projet initial, lors de sa dernière interview télévisée.  Démission indemnisée et effets d’aubaine Pour François Hommeril, président de la CFE-CGC, cette réforme risque d’avoir des effets désastreux et d’empêcher le retour à l’équilibre des comptes.  » L’indemnisation des démissionnaires va créer des effets d’aubaine. Il suffira qu’un matin ou un après-midi quelque chose se passe mal dans son travail pour qu’il démissionne le soir-même (…) il saura qu’il ne prend pas le risque de se retrouver au chômage non indemnisé. Et on sait qu’il y a des centaines de milliers de personnes qui sont au bord de cette rupture-là. «  Seulement, durant son interview d’octobre dernier, le président de la République a apporté plusieurs nuances qui devraient plus que limiter ces effets d’aubaine. Ainsi, tous les démissionnaires ne seront pas concernés […]

Congés payés : l’obligation d’information de l’employeur affinée par la CJUE

6 décembre 2017 Leo Guittet 0

Le salarié a le droit de savoir si le congé qu’il va prendre est un congé payé ou non payé. C’est ce que vient de préciser la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) dans un arrêt du 29 novembre 2017. La décision est rendue dans le cadre d’une affaire nous venant de Grande-Bretagne. Un travailleur indépendant et uniquement rémunéré à la commission pendant 13 ans réclame à son employeur le paiement de ses congés annuels qui n’ont jamais été rémunérés. Son ancien employeur refusant de lui accorder ce paiement, le tribunal du travail a été saisi. La Cour d’appel a finalement décidé de poser plusieurs questions préjudicielles à la CJUE.   La question des congés payés posée à la CJUE Le juge européen doit répondre à plusieurs questions relatives aux congés payés. D’abord, la question la plus importante posée à la CJUE est de savoir s’il est légal que le salarié puisse être tenu de prendre son congé annuel avant d’être informé par son employeur du caractère rémunéré ou non de ce congé. Si la réponse à cette question est négative, c’est-à-dire que l’employeur ne serait pas autorisé à imposer à son salarié de prendre des congés avant de […]

Toucher le chômage suite à une démission, c’est déjà possible !

6 décembre 2017 Charlotte Charlier 0

Après un focus sur la notion du projet professionnel en cas de démission, D&E propose de s’intéresser à la faculté qui existe déjà de toucher le chômage sous certaines conditions. Pour cela, il faut pouvoir justifier d’une démission légitime. Plus de la moitié des départs d’entreprise correspondent à une démission. Et il est possible de toucher le chômage, si la démission est jugée légitime. Dans ce cas, il faut invoquer des raisons professionnelles, relatives à la vie privée du salarié, ou justifier d’un contrat aidé. Le point sur ces conditions. La démission pour raisons professionnelles Démissionner d’une entreprise pour des raisons professionnelles, c’est possible quand le salarié fait face à des problèmes condamnables en justice. C’est le cas pour un non-paiement de salaires, que le salarié doit justifier d’une ordonnance de référé. Il s’agit là d’une faute de l’employeur qualifiée comme grave. Autre possibilité, si le salarié déclare avoir été victime d’un acte susceptible de relever du délit lors de l’exécution de son contrat de travail. Là encore, la justice doit intervenir avant la démission, puisque le salarié doit justifier d’une plainte déposée au procureur. Si le salarié décide de quitter un CDI pour un autre CDI, mais que l’employeur de la […]

1 13 14 15 16 17 109