L’étonnant activisme du gouvernement sur le fait religieux

7 novembre 2016 Éric Verhaeghe 1

Le ministère du Travail vient de publier son Guide très attendu du fait religieux en entreprise. Alors que l’avocat général de la Cour Européenne des Droits de l’Homme a, fin mai, souligné le droit des entreprises à pratiquer une politique de ressources humaines fondée sur la recherche de la neutralité, le gouvernement n’a pas souhaité attendre la jurisprudence qui devrait prochainement intervenir pour prendre position sur le sujet. Le fait religieux bientôt touché par l’Europe? La démarche, l’empressement, étonnent d’autant plus que le gouvernement présente le fait religieux sous un regard extrêmement minimaliste… pour le droit de l’employeur, et collectionne les vieilles jurisprudences pour justifier des comportements internes à la vie des organisations. Double étonnement: rappelons ici que ce que le gouvernement juge bon dans les entreprises, il le proscrit dans l’administration. Le service public français s’est en effet arrogé le droit de poser une interdiction générale et absolue du port du voile (ou de tout autre signe religieux) dans ses locaux. Manifestement, les rédacteurs du guide jugent tout à fait convenable de proposer l’exact contraire dans les entreprises. Une fois de plus, le gouvernement laisse faire une administration intrusive, invasive, qui complique la vie des entreprises tout en ayant […]

La CGPME réagit au Guide du fait religieux en entreprise

7 novembre 2016 Éric Verhaeghe 0

Réaction de la CGPME au « guide du fait religieux dans l’entreprise » (Communiqué de presse) Une entreprise est une communauté d’hommes et de femmes réunie autour d’un même projet et d’une même culture d’entreprise. Chacun y vit avec ses croyances et ses convictions personnelles qui ne doivent pas empiéter sur la vie professionnelle en gênant, par exemple, les relations avec la clientèle ou en s’opposant à des règles telles que l’égalité hommes/femmes. L’erreur serait justement de vider de sa culture, l’entreprise, croyant ainsi solutionner les différences qu’il peut y avoir entre les acteurs. Dans la plupart des TPE/PME le règlement intérieur suffit à clarifier les règles liées à la sécurité ou à la tenue vestimentaire exigée par l’activité.  Pour le reste  la discussion permet de régler simplement par le dialogue les questions les plus courantes telles que les demandes d’absence liées à des fêtes religieuses. C’est pourquoi dans l’immense majorité des TPE/ PME le fait religieux n’est pas une préoccupation actuelle. La CGPME considérait  donc qu’il n’y avait pas lieu aujourd’hui de légiférer sur ce sujet au risque de créer des problèmes généraux qui se règlent actuellement au cas par cas. Pour autant, il arrive que des chefs d’entreprise soient désarmés pour faire […]

Le français perd-il du terrain dans les thèses de doctorat ?

7 novembre 2016 Redaction 0

Cet article sur les thèses de doctorat est initialement paru sur le site The Conversation, sous la direction de Sylvie Pommier. La loi Toubon du 4 août 1994 fait du français la langue de l’enseignement, du travail, des échanges et des services publics. Elle impose le français mais n’interdit pas l’usage d’autres langues. Dès sa promulgation, des exceptions ont été introduites pour l’enseignement supérieur et la recherche, afin de faciliter les échanges scientifiques et les cursus internationaux. La loi Fioraso du 22 juillet 2013 en modifiant la liste des exceptions possibles a suscité, à l’époque, un débat très vif entre défenseurs du rayonnement de la culture et de la langue française et défenseurs de la visibilité de la recherche française dans une mondialisation principalement anglophone. Deux ans après, cette question reste toujours sensible. Dans ma position, je suis amenée à répondre à des collègues qui sont à peu près aussi souvent des fervents défenseurs de la langue de Molière que de celle de Shakespeare. Tous ceux avec qui j’ai eu l’occasion d’échanger sur cette question ont très profondément à cœur le rayonnement international de la France, seulement voilà, ils n’ont pas du tout le même point de vue sur la manière de […]

Il faut « refonder les institutions de sécurité sociale »

7 novembre 2016 Redaction 3

Cet article sur la sécurité sociale est initialement paru sur le site du Monde, sous la signature de Diana Filippova. Par Diana Filippova, cofondatrice de OuiShare, doctorante à TelecomParisTech et écrivain On pouvait espérer de l’irruption du concept d’« ubérisation » – c’est-à-dire le basculement de la création de valeur vers les utilisateurs non salariés d’une plate-forme – qu’il provoque une prise de conscience de la nécessité d’une véritable politique du travail adaptée aux enjeux du XXIe siècle. L’inadaptation des institutions à ces nouveaux paradigmes a été largement soulevée par maints rapports, dont celui du député Pascal Terrasse (PS) et de l’Inspection générale des affaires sociales. Mais à l’exception notable de la création du compte professionnel d’activité (CPA), le gouvernement a choisi de mobiliser les vieilles recettes (« flexisécurité ») et la réglementation répressive, comme en témoignent la loi El Khomri et la récente proposition de loi Grandguillaume concernant les taxis et les VTC. Les entreprises, elles, s’interrogent plus volontiers sur la stratégie à adopter face à l’ubérisation. Les bonnes intentions donnent trop souvent lieu à des recommandations sitôt annoncées sitôt enterrées, à l’instar de l’« open innovation », l’aplatissement hiérarchique ou les structures « horizontales ». Un système fiscal adapté Arrêtons de colmater les fuites sur un bateau qui sombre ! […]

5 conseils au CLIP, le collectif de la police nationale

6 novembre 2016 Éric Verhaeghe 0

Le CLIP, c’est le collectif libre et indépendant de la police. Créé en 2012, il est au coeur de la révolte policière qui secoue les nuits de l’hexagone. Son succès, peu médiatisé et relativement insaisissable, témoigne de la crise profonde que vit l’organisation de la police en France. Revigoré par les récents événements de Viry-Châtillon, voici quelques conseils pour le soutenir et l’accompagner dans sa route vers la représentativité. Une organisation liquide pour éviter la bureaucratisation Le principal danger, pour le CLIP, serait de reconstituer la même bureaucratie syndicale que les concurrents institutionnels. Et une bureaucratie syndicale vient si vite… Elle apparaît dès que des décharges d’heures existent et dès qu’un militant peut avoir un intérêt personnel dans l’organisation divergent de l’intérêt général. La mise en place d’une bureaucratie syndicale est la première arme utilisée pour corrompre ou neutraliser une action collective. Les policiers en colère ont donc tout intérêt à préférer l’organisation liquide qu’ils ont mise en place aujourd’hui (structure informelle et facilement mobilisable). Utiliser Internet pour conquérir la représentativité Assez logiquement, le CLIP devrait accepter un compromis avec le « système » en réclamant la reconnaissance de sa représentativité. C’est la meilleure façon d’accéder rapidement à ses revendications. Pour y […]

Et si on inventait une fiscalité des entreprises intelligente?

5 novembre 2016 Éric Verhaeghe 1

La fiscalité des entreprises constitue probablement le sujet le plus crucial et le plus confus dans les problématiques générales de réforme fiscale. Il se situe au carrefour de tous les « marqueurs » idéologiques de notre temps: quelle richesse faut-il imposer? quelle harmonisation multilatérale (en Europe notamment)? comment lutter contre l’évasion fiscale? comment simplifier l’impôt pour concilier un souci d’égalité et un besoin de rendement? Tous ces noeuds où s’entremêlent les aspects techniques et les grands choix politiques ne font malheureusement pas l’objet d’un débat public posé et clairvoyant. Et l’on peut reprocher à nos élus de l’escamoter systématiquement au profit de positions doctrinaires à courte vue. Pourtant, tout indique que la fiscalité des entreprises est au bout d’un cycle et d’une logique. Les incertitudes concernant la baisse du taux d’impôt sur les sociétés en France le montrent: le sujet n’a pas encore atteint sa maturité, mais il est présent dans les esprits. Les décideurs publics hésitent, comprennent qu’il faut agir, mais ne savent pas encore comment. Malgré l’urgence d’une résolution de crise. La fiscalité des entreprises est en crise Car la crise fiscale est bien là pour les entreprises, singulièrement en France. D’un côté, la pression fiscale est singulièrement inégalitaire: les […]

Nouvelle douche froide pour le couple Field/Ernotte

4 novembre 2016 Redaction 0

Cet article est initialement paru sur le blog de la CGC-Medias. Nouvelle douche froide pour le couple Field/Ernotte et le nouveau venu Couture. « Des sujets concernant …qui font sens »….afin d’éviter ceux qui parlent aux téléspectateurs de « l’obsolescence du matériel électroménager » avait prôné le couple Field/Ernotte au moment de dégagerGuilaine Chenu et Françoise Joly, le binôme d’Envoyé Spécial.  « Revenir à l’ADN des magazines d’info » avait ajouté l’ineffable tandem totalement décrédibilisé aujourd’hui, afin de  regagner en audience. Eh ! bien, il faut croire que les potentiels téléspectateurs n’ont pas capté ce que voulait dire le couple de plus en plus isolé de la télé publique car ils ne sont pas au rendez-vous les « futurs nouveaux téléspectateurs attendus»…en tout cas, sûrement pas plus nombreux qu’avec l’ancienne formule. Et si en réalité « l’obsolescence » c’était justementField/Couture/Ernotte qui la symbolisaient !? Le jeudi 13 octobre, « Envoyé Spécial » sur France 2 n’était que 4ème avec 1,9 million de téléspectateurs et 7,6 % de PDA. L’effet primaire sur TF1 qui avec   5,6 millions de téléspectateurs et 26,3 % de PDA caracolait en tête avec plus de deux fois le score de M6 qui, juste derrière, diffusait « Le journal de Bridget Jones » et raflait 2,8 millions de téléspectateurs pour 12,2 % de […]

Concilier prospérité économique et progrès de la société

4 novembre 2016 Redaction 0

Cet article sur la prospérité économique est initialement paru sur le site The Conversation, sous la signature de Thierry Weil. Les théories économiques qui font référence se montrent de moins en moins capables de répondre aux défis auxquels nous faisons face. Pourtant, les tentatives d’explorer des alternatives sont souvent dénoncées comme de l’obscurantisme. En novembre 2009, sortant de sa réserve habituelle, la Reine d’Angleterre a demandé pourquoi les économistes n’avaient pas prévu la crise. Forecasting. kathyturner1/Flickr, CC BY Sa Majesté était indulgente, car non contents de ne pas avoir imaginé la crise, certains ont pris la plume pour dénoncer l’inquiétude infondée de ceux qui l’envisageaient. Par exemple, alors que Nouriel Roubini avait expliqué en septembre 2006 devant des spécialistes du FMI qu’une crise majeure était en gestation et en avait décrit précisément les mécanismes, Augustin Landier et David Thesmar dénonçaient cette « idée devenue banale » que les marchés dopés par un excès d’endettement étaient sur le point d’exploser (Les Echos, 27 juillet 2007, « Le mégakrach n’aura pas lieu »). Leurs deux arguments étaient l’efficacité technique du contrôle des risques et des incitations d’une part, la diminution du risque systémique grâce aux deux innovations qu’étaient la titrisation et les dérivés de crédits, d’autre part ! […]

Adoption en première lecture du PLFSS 2017 par l’Assemblée nationale

4 novembre 2016 Rado A. 0

Le vote solennel des députés ce mercredi 2 novembre a marqué la fin de la première lecture du PLFSS 2017 au Palais Bourbon. L’Assemblée nationale a adopté l’ensemble du projet de loi de financement de la sécurité sociale, le dernier du quinquennat par 272 voix contre 240. Les prises de parole lors des explications de vote étaient l’occasion pour les groupes politiques de s’exprimer et ainsi de raviver les altercations à quelques mois des élections… Nous reprenons ici les principales interventions de chaque représentant des groupes politiques lors des explications de vote : Mme Jacqueline Fraysse. « Vous avez, madame la ministre des Affaires sociales et de la Santé, mené une véritable campagne de communication pour faire croire à nos concitoyens que le fameux « trou de la Sécu » était comblé. Il s’agit là d’une présentation trompeuse et mensongère. (…) avec le déficit du FSV, le « trou » atteindra 4,200 milliards d’euros en 2017. Décidément, ce sont toujours les plus modestes que vous taxez d’abord. Par exemple, vous élargissez les exonérations de cotisations sociales patronales pour plus de 44 milliards d’euros en 2017, mais vous remettez en cause le dispositif dont bénéficient les chômeurs qui créent leur entreprise ». Alain […]

Rémunération des dirigeants : comprendre ce que « diriger » veut dire

3 novembre 2016 Redaction 0

Cet article a été publié par Blanche Segrestin et Armand Hatchuel sur le site The Conversation.   La tournure que prend le débat sur les rémunérations des dirigeants et l’intervention de l’État ne manquent pas de surprendre. D’un côté, on voit les actionnaires d’une entreprise se rebiffer contre des rémunérations qu’ils jugent soudainement excessives… alors même que depuis longtemps, les actionnaires ont largement approuvé le principe des augmentations par le biais des primes « à la performance », c’est-à-dire en fonction de la valeur actionnariale. Et de l’autre côté, voici que les pouvoirs publics décident de renforcer le poids des actionnaires par rapport à celui du conseil d’administration sur le contrôle des rémunérations afin d’en limiter les excès, alors même qu’ils favorisaient il y a peu l’entrée de salariés au conseil d’administration pour une meilleure prise en compte des parties prenantes de l’entreprise. La confusion dans les débats montre qu’on avait manifestement sous-estimé la difficulté du problème posé par la rémunération des dirigeants : la difficulté à statuer sur ce que diriger une entreprise veut dire.   Rémunérations fondées sur le cours de bourse Si l’explosion des rémunérations depuis les années 70 est intolérable, c’est d’abord parce qu’elle participe d’un accroissement considérable des […]

1 68 69 70 71 72 109