Brexit: le début de la fin de l’Europe?

15 juin 2016 Jean-Marc Boyer 0

L’inquiétude grandit. La livre sterling s’effrite à 1,27€. George Soros* investit dans l’or pour se mettre à l’abri des aléas du monde (début de la fin de l’UE, incertitudes aux USA et en Chine). La Gazette avait plusieurs fois alerté du risque de Brexit, que les médias ne prenaient pas au sérieux. Les raisons de l’aversion à l’UE « Abursdistan » Le RU a intégré tardivement le dispositif européen, essayant un contre-feu de libre échange (AELE). Après 2 refus du Général de Gaulle, le RU a été autorisé par un Georges Pompidou déjà très malade, à intégrer le club européen. Les interventions des thuriféraires de l’Union Européenne (y compris FMI, USA, …) ont été mal ressenties. Les Britanniques admettent mal les invasions. Ils en ont eu (romaine en -54, celle des Angles, des Saxons et autres Jutes au 5ème siècle, celle de 1066 par Willelm « the bastard ») mais cela remonte à mille ou deux mille ans et c’était souvent dans l’optique de se protéger (des Pictes et Scots, des Vikings, etc). Les leçons de morale sur leur manque de solidarité supposé ont provoqué l’agacement. Lors des 2 guerres mondiales, les Britanniques (et leur empire) se battaient sur le sol de France, sans […]

Indigestion de Taux Fous

15 juin 2016 Jean-Marc Boyer 0

Des Taux Fous au Japon La Gazette avait déjà alerté sur l’insuffisante prise en compte des taux bas. Après des taux négatifs en Europe (Suisse, Allemagne,…), les obligations nippones à 10 ans passent à leur tour en territoire négatif. D’après Bloomberg, 8000 Md$ d’obligations souveraines auraient un taux négatif dans le monde (dont 2.700 Md$ pour la zone euro). Même les taux britanniques baissent à 1,2% pour le 10 ans. Les marchés anticipent qu’en cas de Brexit, la Banque d’Angleterre aura une politique accommodante. La BCE, sortant d’ailleurs de son mandat en faisant de la politique, prône des réformes structurelles. Cela revient à acter l’impact limité de son action monétaire, pourtant au maximum des possibilités. Joseph E. Stiglitz, le prix Nobel d’économie, détaille même les effets pervers de cette politique des banques centrales. Constatant un fragile mieux coté croissance, les banques centrales (BCE, Federal Reserve) en sont réduites à maintenir le statu quo. Sans doute faudrait-il revoir le mandat de la BCE (n’autoriser des prêts que dans les pays qui se réforment) sous le contrôle d’un organe politiquement habilité. Mais la volonté d’un gouvernement économique et financier de l’UE (qui aurait dû précéder une monnaie commune) percute la volonté de […]

Assurance-chômage: les faucons remportent le morceau au MEDEF

15 juin 2016 Eric Verhaeghe 0

La nouvelle est tombée hier: le MEDEF n’a pas donné de mandat de négociation et de signature de la convention d’assurance-chômage à son chef de file. Les partenaires sociaux devraient donc déboucher sur un constat de désaccord, comme en 1982, et laisser l’Etat agir. L’un des points de désaccord porte sur la taxation des CDD, dont la CGPME ne voulait pas entendre parler. Malgré le plaidoyer de l’UIMM en faveur d’une conclusion de la négociation, les « faucons » ont donc dominé les instances du MEDEF. Ce point remarquable illustre deux évolutions. D’une part, l’UIMM semble définitivement marginalisée aujourd’hui, ou en tout cas minimisée au sein d’un MEDEF présidé pourtant par l’un de ses adhérents indirects. D’autre part, cette position du MEDEF annonce probablement un retour en arrière du gouvernement sur l’article 2 de la loi Travail et l’annonce d’un « veto » des branches qui serait accordé en contrepartie d’un apaisement à la CGT.

Pourquoi la SNCF doit organiser un referendum

8 juin 2016 Eric Verhaeghe 0

Les grèves à la SNCF sont en passe de s’ancrer dans la vie politique et sociale française comme une donnée brute contre laquelle personne ne peut lutter. Contrairement au discours dominant, qui incriminie volontiers les seuls syndicats contestataires dans ce conflit, il paraît difficile aujourd’hui d’exonérer la direction de l’entreprise de ses responsabilités dans le pourrissement du conflit. La CGT et sa responsabilité Certes, depuis le départ de Bernard Thibault, la CGT Cheminots traverse une phase difficile. Ses leaders successifs ont peiné à renouveler leur genre et c’est aujourd’hui un syndicalisme en roue libre qui agite le communisme ferroviaire (puisque celui-ci existe encore). Didier Le Reste, qui avait succédé à Thibault (tout en restant officiellement contrôleur dans les trains, son métier d’origine), puis l’actuel secrétaire de la Fédération, Garrel, n’ont pas l’étoffe de leur illustre prédécesseur et s’appuient sur une logique de clientèle pour mener leur combat: ne pas fâcher les militants. Cette conception est certes toxique et illustre le déclin de l’intérêt général dans le syndicalisme contestataire. C’est un fait: l’esprit de 1947 où la CGT avait renoncé à la grève pour reprendre la production n’existe plus. Mais cet abandon n’explique pas tout. La surenchère due à la loi […]

Inondations de dettes

8 juin 2016 Jean-Marc Boyer 0

La BCE vient de se réunir. Constatant la reprise –très relative- de l’inflation et de la croissance*, elle n’accélérera pas sa fuite en avant. Cela fait suite à sa précédente position indiquant qu’elle n’irait pas au-delà (au lieu de l’illimité « whatever it takes »). La BCE avait reçu des critiques de Jeroen Dijsselbloem (Président de l’Eurogroup), de la Bundesbank, des économistes comme Joseph Stiglitz, et courait le risque d’invalidation par la Cour de Karlsruhe. Inversement, les marchés financiers –qui sont court-termistes- sont dépendants et demandeurs des décisions laxistes des banques centrales. La dette hors contrôle Les déficits publics (Etats, collectivités locales, SS) se sont légèrement réduits, mais ils excèdent les 3% de Maastricht et durent depuis 40 ans. La dette continue d’augmenter en conséquence, malgré des taux proches de zéro, qui allègent le poids du service de la dette**. Le Gouvernement affiche des taux de dette/PIB déconnectés des réalités, en ne prenant que la partie émergée de l’iceberg. Pourtant, l’Etat, qui fait appel public à l’épargne, devrait publier un bilan et un hors bilan (au moins en IFRS), et devrait donner une image sincère depuis la LOLF (Loi Organique relative aux Lois de Finances). L’Etat pourrait le faire à […]

Désignations : la Cour de cassation suit la CJUE et soutient les partenaires sociaux

8 juin 2016 Redaction 0

La Cour de cassation a rendu hier une décision relative à la désignation d’IPGM dans la pharmacie d’officine (IDCC 1996). Le point a d’abord été fait sur la transparence de la procédure de désignation, c’est sans surprise que la Cour applique la jurisprudence de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE). Puis un autre volet de la procédure de désignation est abordé par la Cour, il s’agit de l’indépendance des partenaires sociaux face au classement des offres finalement retenues à l’issue de l’appel d’offres.   Transparence de la désignation : l’alignement sur la jurisprudence de la CJUE Comme Tripalio le signalait début janvier, la CJUE, par sa décision du 17 décembre 2015, a statué sur la transparence à respecter lors de la désignation d’un organisme assureur. Il ressort de cet arrêt que la désignation d’un organisme assureur n’impose pas un formalisme d’appel d’offres conforme à ce qui est prévu par le code des marchés publics et ne relève donc pas de l’article 56 du Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (TFUE). En l’occurrence, la Cour de cassation s’aligne logiquement sur ce raisonnement de la CJUE et considère que seule la procédure ayant mené à l’arrêté d’extension de l’accord […]

L’Etat belge devant la CJUE pour le port du voile en entreprise

8 juin 2016 Eric Verhaeghe 1

Malgré les attentats du 22 mars 2016, l’Etat belge prend une position stupéfiante: il délègue un avocat, aux frais du contribuable, pour combattre devant la Cour de Justice de l’Union Européenne l’interdiction du port du voile en entreprise. L’Union Européenne accepte l’interdiction du voile en entreprise Rappelons d’abord cette décision de la Cour de Justice de Luxembourg dans le cadre d’une question préjudicielle posée par la Chambre de Cassation belge, concernant une salariée licenciée parce qu’elle portait un voile islamique dans son entreprise: Dans ses conclusions de ce jour, l’avocat général Juliane Kokott estime que l’interdiction faite à une travailleuse de religion musulmane de porter au travail un foulard islamique ne constitue pas une discrimination directe fondée sur la religion, dès lors que cette interdiction s’appuie sur un règlement général de l’entreprise interdisant les signes politiques, philosophiques et religieux visibles sur le lieu de travail et ne repose pas sur des stéréotypes ou des préjugés relatifs à une ou plusieurs religions déterminées ou aux convictions religieuses en général. Dans un tel cas, il n’y a en effet pas de traitement moins favorable fondé sur la religion.   On ajoutera ici les considérations pleines de bon sens exposées par l’avocate générale: […]

Les rémunérations dans l’entreprise seront-elles plus encadrées ?

1 juin 2016 Eric Verhaeghe 0

Une proposition de loi visant à encadrer les rémunérations dans les entreprises a été déposée, le 13 avril 2016, par les députés du Parti Communiste Français : Gaby Charroux, François ASENSI, Alain BOCQUET, Marie-George BUFFET, Jean-Jacques CANDELIER, Patrice CARVALHO, André CHASSAIGNE, Marc DOLEZ, Jacqueline FRAYSSE et Nicolas SANSU. Elle a été adoptée, le 26 mai 2016, par l’Assemblée Nationale en première lecture.   Les raisons de la déposition de la proposition de loi Les députés expliquent avoir déposé cette proposition dans un contexte de hausse du taux du chômage et de menace de pauvreté et de précarité. Ils ajoutent que les écarts de rémunération, la répartition des richesses et l’inégalité de revenu constituent une injustice à leurs yeux. D’après les députés, malgré la proposition d’un décret plafonnant la rémunération fixe et variable annuelle des dirigeants, le problème n’a pas été résolu, c’est pourquoi leur proposition de loi est déposée.   La proposition de loi déposée par les députés La proposition de loi visant à encadrer les rémunérations dans les entreprises, défendue par la Confédération européenne des syndicats, a pour principal objectif de limiter les écarts de rémunération au sein de toutes les entreprises. Elle pourrait également, d’après ses auteurs, éradiquer […]

Le dernier rapport indépendant de l’ACPR

1 juin 2016 Jean-Marc Boyer 0

Le site de l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (ACPR) fournit les présentations de ses Présidents de Collèges, son rapport annuel*, les slides de présentation et les chiffres clés** de son activité pour 2015. Inflation normative sans limite Outre les derniers textes d’application de solvabilité 2, l’ACPR participe aux travaux de l’IAIS (l’association mondiale des superviseurs d’assurance) qui prône une norme prudentielle supplémentaire au niveau mondial (Basic Capital Requirement + Higher Loss Absorbency). La banque n’est pas en reste avec la mise en place du Mécanisme de Supervision Unique, du Mécanisme de Résolution Unique et du Conseil de Résolution Unique. Moins d’assureurs Cet afflux règlementaire et de réunions peut expliquer des dépenses de l’ACPR en légère augmentation pour un nombre d’entreprises contrôlées en diminution. En assurance, le nombre d’organismes d’assurance baisse de 83 à 826 (dont 149 substituées). L’ACPR met en avant dans ces chiffres les 1739 agréments et autorisations, mais il n’y a eu que très peu d’agréments proprement dits (2 en assurance). L’essentiel du travail réside dans le « jardinage » du secteur (suppression des organismes n’ayant pas la taille critique, la gouvernance appropriée, etc). Une situation apparemment bonne L’ACPR se félicite, dans son rapport, de la bonne santé du secteur […]

Hollande, le plus anti-keynésien de tous

1 juin 2016 Eric Verhaeghe 1

Hollande se prétend social-démocrate. L’analyse des chiffres montre que sa politique est pourtant fondamentalement anti-keynésienne et aux antipodes des préconisations économiques de la gauche réformiste. Les premières analyses de l’INSEE sur la comptabilité nationale 2015 le montrent. 1.042 milliards de recettes fiscales En lisant le tableau de synthèse de la comptabilité nationale produit par l’INSEE, il est impossible de ne pas souligner les points les plus frappants de nos finances publiques: On notera que la totalité des recettes publiques dépasse les 1.165 milliards d’euros (pour un PIB de 2.181 euros…), dont 1.042 milliards d’impôts et cotisations sociales. Cette somme coquette est en soi un premier indice sur la logique économique qui prévaut au sein du gouvernement. Les impôts ont en effet augmenté de 2,1% en un an. Pas mal! mais pas très keynésien, dans la mesure où, dans le même temps, le mot d’ordre était de réduire le déficit public et, comme on le sait, Keynes préférait l’inverse: augmenter le déficit et baisser les impôts… La lente mort de l’investissement public Parallèlement à cet étouffement progressif par la recette publique, un autre phénomène anti-keynésien se produit: la baisse de l’investissement public. Sur l’ensemble des administrations publiques, celui-ci a baissé de 5% […]

1 37 38 39 40 41 59