Le chiffre d’affaires de l’industrie baisse de 4,5% en juin

Le chiffre d’affaires de l’industrie manufacturière française a baissé de 4,5% en juin 2016 par rapport à mai de la même année d’après les données de l’Insee. Sur l’ensemble de l’industrie, le repli représente 3,8%. Sans doute une mauvaise nouvelle pour le trimestre en cours… mais « ça va mieux » dit-on !

Toute l’industrie dans le rouge

Après un mois de mai marqué par plusieurs rebondissements, le chiffre d’affaires de l’industrie en France s’est replié de 3,8% dans son ensemble (B à E) et de 4,5% dans l’industrie manufacturière (CZ) comme nous montre ce rapport de l’Insee :

industrie

D’après ce tableau, tous les secteurs de l’industrie sont touchés par la baisse, principalement les matériels de transport (-19,5%)  en raison de la forte hausse de 27% enregistrée en mai. La seule note positive revient à l’ensemble du deuxième trimestre qui a affiché une timide progression par rapport au premier trimestre : +0,6% dans l’industrie manufacturière et +0,9% dans l’ensemble de l’industrie. Un résultat rapidement déchanté si on le compare à l’année 2015 avec respectivement des baisses de 1,2% et de 1% (2e trimestre).

Un bilan décevant en 5 ans

Dans le graphique suivant, vous verrez l’évolution du chiffre d’affaires de l’industrie manufacturière française depuis 5 ans par rapport à 2010 :

industrie

À première vue, les 5 années d’activité n’affichent qu’une stabilité frustrante du chiffre d’affaires dans les 5 secteurs de l’industrie manufacturière. L’agroalimentaire (C1), les biens d’équipement (C3) et les autres industries (C5) n’ont pratiquement pas bougé, et le secteur de la cokéfaction et raffinage (C2) évolue de pire en pire. L’unique progression enregistrée dans les matériels de transport (C4) ne suffit malheureusement pas à tirer une conclusion positive de ces 5 dernières années.

Alors, « ça va mieux » ? Ce seul secteur ne justifie pas non plus cette expression martelée par les acteurs du quinquennat Hollande qui ont pourtant multiplié les promesses économiques depuis 2012. À l’approche des présidentielles de 2017, l’État n’a plus que quelques mois pour tenter de renverser la tendance. Jusqu’ici, aucune réforme n’a apparemment pu redresser l’industrie, et visiblement, « la reprise n’est pas encore là »… ou est déjà partie !

print

2 Trackbacks & Pingbacks

  1. L'emploi industriel continue sa chute en 2016 - Décider et Entreprendre
  2. La production industrielle dans la Zone euro baisse de 1,1% en juillet - Décider et Entreprendre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
AFD: le coût de Merkel pour l’Europe

Angela Merkel est devenue chancelière allemande en 2005. Onze ans après, le visage de l'Europe et de l'Allemagne elle-même ont...

Fermer