Le chômage dans le sud de l’Europe bat des records

En août 2016, les pays du sud de l’Europe sont une nouvelle fois les champions du chômage avec un taux dépassant 23% pour le maximum selon Eurostat. Et c’est reparti pour la France, toujours incluse dans ces pires performances du marché du travail en surpassant de 0,4 point la moyenne européenne !

10,1% de taux de chômage depuis 4 mois

D’après l’étude d’Eurostat, le taux de chômage dans la zone euro est figé à 10,1% depuis mai 2016 :

taux-de-chomage-dans-lue-aout-2016

Avec 10,1% dans la zone euro et 8,6% dans toute l’Union européenne, les taux de chômage enregistrés en Europe en août 2016 sont les moins élevés depuis au moins juillet 2011. Parmi les premiers pourvoyeurs d’emplois, l’Allemagne. Cette petite chanceuse n’enregistre que 4,2% et se retrouve donc derrière la République tchèque (3,9%).

La Grèce, quant à elle, demeure depuis quelques années le pays où les sans-emplois représentent la plus grande part dans la population active. Et quand les taux de chômage des pays du nord de l’Europe varient de 3,9 à 9,5% avec 13 pays sous la barre des 7%, ceux du sud dépassent la barre des 10%, y compris en France (10,5%).

Des données plus ou moins corrigées depuis 2009

En août 2016, la courbe du chômage en Europe s’éloigne lentement, mais sûrement des séquelles de la crise :

evolution-du-chomage-dans-lue

Savourant un plein emploi entre 2007 et 2008 avec des taux avoisinant les 7%, voire moins (UE 28), les pays européens ont subi les effets de la crise depuis 2009. Vous constaterez sur le graphique que la courbe entame une fulgurante ascension à partir de là, et que le pic est atteint en 2013 avec des taux de 12% dans la zone euro et de 11% dans l’UE. On observe ensuite une tendance baissière jusqu’en 2016 malgré une stagnation qui persiste depuis 4 mois.

Et du côté de la France ? L’histoire est toute autre avec une hausse du chômage depuis… hum… 4 mois : 9,9% en mai, 10,1% en juin, 10,3% en juillet et 10,5% en août. On peut évidemment se contenter d’une toute petite baisse de 0,1% par rapport à août 2015 (10,6%), mais cela reste navrant pour un pays où l’inversion de la courbe du chômage est une promesse présidentielle.

Le quinquennat a beau multiplier les mesures pour dynamiser le marché du travail, mais elles ne provoquent qu’un effet boomerang à cause d’une politique fiscale pesante pour les entreprises déjà en manque de marge et une mauvaise conjoncture économique. Chômage à 10,5%… mais « ça va mieux » !

print

2 Trackbacks & Pingbacks

  1. La moitié du commerce européen se fait par la mer - Décider et Entreprendre
  2. Le chômage accable le sud de l'Europe - Décider et Entreprendre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
Médecins des hôpitaux : comment ressusciter la vocation ?

Cet article a été publié sur le site The conversation par Michel Tsimaratos.   Entre l’hôpital et ses médecins, l’heure...

Fermer