Comment la majorité LREM a sèchement refusé de revaloriser normalement les prestations sociales

Les prestations sociales ne seront pas revalorisées en suivant l’inflation. Olivier Véran, médecin à l’hôpital de Grenoble et ancien député socialiste, devenu député LREM et rapporteur unique du PLFSS 2019 (faute d’être devenu ministre de la Santé), a sèchement déconstruit, par 60 amendements méthodiques, l’ensemble des apports du Sénat au PLFSS 2019. La méthode, par sa dureté, intrigue à un moment où la « verticalité » du gouvernement est sévèrement sécouée par les Gilets Jaunes.

Le député Véran a rappelé que la Commission Mixte Paritaire a buté sur trois points majeurs: le rétablissement des cotisations salariales pour le chômage, le report de l’âge de la retraité à 63 ans, et l’augmentation de la taxe de solidarité additionnelle pour les complémentaires santé. Ces trois sujets méritaient un bras de fer politique, et la majorité a pris ses responsabilités en revenant sur ces innovations contraires à la politique gouvernementale. 

Pourquoi Olivier Véran a-t-il méthodiquement déconstruit l’apport du Sénat?

Ce qui pose problème, c’est l’extension du domaine de la contradiction portée par Olivier Véran. La réunion de la commission des Affaires Sociales le 21 novembre a ainsi donné le triste spectacle d’une ligne dure, inflexible, portée par le rapporteur général qui a semblé refuser par principe tout amendement non porté par le gouvernement.  

Au fond, Olivier Véran a donné le spectacle de la politique à l’ancienne. On peut penser beaucoup de mal des amendements sénatoriaux (et nous ne nous sommes pas privés d’en dire). De là à balayer systématiquement tous les apports de celui-ci procède d’une vision dépassée de la politique qui participe aussi à la déception inspirée par Emmanuel Macron.  

Un regret pour les femmes entrepreneuses

On regrettera tout particulièrement que le gouvernement n’ait pas retenu l’amendement de la sénatrice Deroche qui permettait aux entrepreneuses de percevoir leurs allocations maternité sans s’arrêter complètement de travailler. On le sait, pour les jeunes entrepreneuses, la cessation de travail durant le congé maternité est souvent compliquée. L’inflexibilité d’Olivier Véran sur une idée qui enrichissait la mesure portée initialement par l’Assemblée Nationale est tout à fait regrettable.  

Prise de risque sur la revalorisation des prestations sociales

En conclusion de sa longue litanie, la majorité a validé comme un seul homme la désindexation de fait des prestations sociales. La mesure s’explique budgétairement. Dans le contexte où nous sommes, elle constitue une dangereuse prise de risque politique… 

1 commentaire sur Comment la majorité LREM a sèchement refusé de revaloriser normalement les prestations sociales

  1. comme pour les retraites, la désindexation de fait des prestations sociales n’est que le premier étage d’un démantèlement du système sociale français qui ne dit pas son nom; en effet une fois la population progressivement installée dans cet état de fait, il n’y a plus qu’à attendre la reprise d’une bonne inflation à 3 ou 4 % (dans leurs rêves les plus fous pourquoi pas 5% l’an à terme..) pour régler tous les problèmes et mettre ainsi en place en 4 ou 5 ans le scénario à la grec pour la réalisation duquel leurs commanditaires ont neursé la macronie et, par ailleurs, cerise sur le gâteau, cela réglera aussi le problème global de la dette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
Naïma Moutchou, rapporteure du projet de loi anti-fake news qui partage elle-même des fake news

Alors que le projet de loi contre les fakes-news a été adopté par l'Assemblée Nationale, bien qu'il soit traîné devant...

Fermer