Contre un euro putride, le maire de Naples veut développer sa propre cryptomonnaie

A Naples, en Italie, le maire a exprimé son souhait de voir la ville développer sa propre cryptomonnaie. Une volonté animée par un désir d’indépendance fiscale et politique.

L’annonce postée sur le compte Facebook du maire de Naples, Luigi de Magistris, a fait l’effet d’une bombe. L’élu explique dans un long communiqué qu’il désire s’affranchir de l’euro. Il estime que la monnaie fiduciaire permet à l’Europe de garder son joug sur plusieurs contrées, de pratiquer une « discrimination anti-sud » et de conserver une « dette injuste ».

La cryptomonnaie comme seul recours

De plus en plus, les cryptomonnaies sont considérées comme des moyens crédibles d’échapper aux institutions financières classiques. Seulement, les derniers exemples en date comme l’institution du Petro au Venezuela, semble être voués à l’échec. En l’état actuel des choses…

Qu’importe, le maire de Naples souhaite développer une cryptomonnaie unique à Naples. Elle permettrait alors l’autonomie fiscale et politique de Naples.

Devant un gouvernement à la traction anti-sud évidente, qui renforce l’axe Lombard-Vénétie… et qui s’efforce de détourner la plupart des ressources vers les riches, ne donnant que l’aumône au sud, nous devons lancer un défi historique, jamais pensé ni réalisé jusqu’ici

Nous ne reconnaîtrons pas la dette contractée par l’Etat, notamment dans la gestion post-séisme et l’émergence des déchets. Nous l’avons supprimé de notre budget. Ces dettes n’ont pas été assumées par la ville ni par les habitants de Naples. Nous sommes en fait des victimes et nous devrions être indemnisés, plutôt que de payer une dette aux usurpateurs !

Luigi de Magistris, maire de Naples

Eurosceptique et italosceptique, l’élu souhaite que l’instauration de la cryptomonnaie vienne stimuler l’activité de la ville de Naples. Par ailleurs, il espère aussi que la ville puisse pleinement profiter des retomber du tourisme. Enfin, il estime que le développement d’activités liées à la blockchain permettra de redonner un coup de fouet à l’économie locale.

Un groupe de travail est d’ores et déjà en train de travailler sur le sujet. Pour autant, rien n’indique que l’initiative sera une réussite. Le gouvernement italien risque de ne pas voir d’un bon oeil que l’un de ses plus grandes villes touristiques souhaite prendre son indépendance.

En Russie, un agriculteur qui avait développé sa propre cryptomonnaie car le rouble ne parvenait pas jusqu’à son village, avait été sommé par le Kremlin de mettre fin à son expérience.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
L’assiette des cotisations de Sécurité sociale désormais alignée sur celle de la CSG

Fermer