Création d’entreprises en France : l’INSEE nous mène-t-elle en bateau ?

Le rapport de l'INSEE est dithyrambique sur le sujet : la création d'entreprises en France accuse un sérieux rebond. On parle de taux jamais atteint depuis six ans. Cependant, nous restons loin derrière nos voisins européens. 

On se souvient en avril 2016 de la phrase d'Alain Juppé qui plaçait sur le toit de l'Europe l'hexagone en matière de création d'entreprise. "La France est championne d'Europe de la création d'entreprises". 

Plus de 500 000 entreprises créées en 2016

Et le maire de Bordeaux a toujours raison. La France est en plein regain d'activité, laissant la morosité loin derrière. D'après l'INSEE, en 2016 nous avons profité de la hausse de l'investissement et de l'amélioration de l'activité d'entreprises de l'année précédente. Il en résulte une conjoncture positive qui a permis la création de 554 000 entreprises dans l'économie marchande non agricole, soit une amélioration de 6% par rapport à 2015. 

Et aux mauvaises langues qui argueraient que ces chiffres se retrouvent boostés grâce à l'apparition des micro-entreprises, l'INSEE rétorque que ce sont plus de 300 000 entreprises de 10 employés ou plus qui ont vu le jour. 

Mais la France reste loin derrière le Portugal

De son côté, l'agence Eurostat a enregistré, au 18 octobre 2017, un taux de création d'entreprises en France de +9,5% en 2015 par rapport à 2014 (le champ d'étude comporte les entreprises dans l'industrie, la construction et les services, sont exclues les activités de holding). Cocorico donc ! Et bien pas vraiment puisque ce taux nous place dans la moyenne européenne. Le Portugal a enregistré un taux de 15,7%, le Royaume-Uni de 14,3% et les Pays-Bas de 10,1%. 

Alors comment-expliquer une telle différence sachant qu'un demi-million d'entreprises ont été créés ? La raison est simple : l'INSEE gonfle ses statistiques. Clairement, l'écart entre les deux instituts résultent de critères distincts. L'INSEE prend en compte la création d'entreprises sans salariés quand Eurostat se concentre sur la création d'emplois. Ainsi, c'est de cette manière que nous pouvons affirmer être les champions européens de la création d'entreprise. Mais lorsque l'on place le curseur sur les entreprises avec salariés, la France se retrouve à peine dans la moyenne européenne. 

Le troisième trimestre 2017 se place aussi sous de bons auspices puisque l'on constate une baisse globale du nombre de défaillances d'entreprises.  Le nombre de jugements d’ouverture baisse encore sensiblement ce troisième trimestre
(- 5,2 % / 3e trimestre 2016), mais un peu moins vite que sur 9 mois (- 6,4 %) et sur 12 mois (- 8,3 %). Le chiffre repasse dans le rouge (+3,7 %) pour les PME de 20 à 49
salariés après avoir, comme les TPE, connu des améliorations rapides sur de nombreux trimestres.

Source : Agence Altares

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
La “task-force” pour diminuer l’intervention de l’UE dans les législations des pays membres

Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne, a institué une "task-force" concernant la subsidiarité et la proportionnalité dans un...

Fermer