Cryptomonnaie : la Chine bloqué plus de 120 plateformes d’échanges

La Chine vient d’annoncer avoir bloqué 120 plateformes d’échanges de cryptomonnaies ainsi que 8 médias d’informations dédiés aux monnaies virtuelles. La meilleure protection contre les arnaques ne semble pas être le seul argument justifiant cette opération. 

via GIPHY

La lutte contre les arnaques aux cryptomonnaies et les cryptomonnaies frauduleuses continue de s’organiser. Et cette fois, c’est l’une des plus gros pays demandeur qui mène la fronde. L’Office nationale chinois de rectification des risques a identifié plus d’une centaine de plateformes étrangères qui seraient à bloquer.

La Chine à l’heure du protectionnisme

La méfiance de la Chine à l’égard des cryptomonnaies n’est pas nouveau. En septembre dernier déjà, la Chine interdisait les ICO qui ont « sérieusement perturbé l’ordre économique et financier » du pays. Depuis janvier 2017, plus de 400 millions de dollars avaient été levé en Chine grâce aux ICO.

Seulement, ce bouleversement n’aurait eu que peu d’influence, d’abord sur le marché mondial de la cryptomonnie, mais aussi sur le marché chinois puisque le pays restait tout de même l’un des principaux pays demandeur du Monde. 

Plus récemment, les autorités chinoises ont identifié plus de 120 plateformes d’échanges de cryptomonnaies qui seront bloquées afin d’accélérer les efforts de surveillance sur les cryptomonnaies. Parallèlement, le gouvernement chinois a aussi bloqué 8 médias qui relayaient des informations sur les cryptomonnaies. 

La finalité de ces manoeuvres reste néanmoins assez opaque. Protection de la population ? Pas seulement. La banque centrale chinoise a fait savoir qu’elle était en train de développer une cryptomonnaie qui pourrait devenir une monnaie nationale. Bloquer les initiatives privées pour mieux libérer une crypto nationale ?

Enfin, cette cryptomonnaie nationale pourrait permettre à la Chine de renforcer son poids dans les négociations internationales. 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
Chômage et solidarité: la République en Marche prise d’une crise de hollandisme?

Curieusement, la question de la solidarité face au chômage donne l'occasion, à la République en Marche, de resserrer ses rangs...

Fermer