Cryptomonnaie : la Turquie est le pays européen qui compte le plus d’investisseurs

Une étude ING-IPSOS constate que la Turquie est le pays européen qui dispose du plus grand nombre d’investisseurs en cryptomonnaie. Un taux qui pourrait grimper si les instances religieuses trouvent un consensus autour des cryptomonnaies. 

Crypto or not crypto ? Alors que les monnaies virtuelles continuent leur expansion et leur intégration dans la société, il reste difficile de s’y retrouver et de trouver où investir. Entre réglementation, interdiction voire régulation, cela deviendrait presque du Novlang.

Mais il semblerait que les cryptomonnaies aient particulièrement séduite un pays européen. Pays auquel il était difficile de penser sachant qu’il se place dans un contexte culturel et religieux spécifique vis-à-vis des cryptomonnaies : la Turquie.

18% de la population turque aurait réalisé un investissement sur les cryptomonnaies

Ipsos a mené une enquête, en collaboration avec ING, qui portait sur l’utilisation des cryptomonnaies. Cette étude qui s’est étendue sur une quinzaine de pays en passant par la France, le Royaume-Uni mais aussi l’Australie ou les Etats-Unis, a rendu des conclusions étonnantes.

On apprend par exemple que la Turquie est le pays qui compte le plus d’investisseurs en cryptomonnaie par rapport à sa population totale. Ainsi, c’est près de 18% des turcs qui auraient réalisés des investissements sur le marché des cryptomonnaies depuis leur démocratisation. Et comme le montre le graphique ci-dessus, la moyenne européenne se situe à peine à 9%.

En France, seulement 6% des citoyens déclarent avoir investi dans les monnaies virtuelles. 

De la même façon, l’étude montre que 53% des turcs pensent que l’avenir du paiement en ligne se trouve dans les cryptomonnaies et 45% songent à investir dans un avenir proche. 

En Europe, 25% des répondants déclarent que les cryptomonnaies sont l’avenir du paiement en ligne. La France se trouve loin derrière avec « seulement » 17% de personnes prête à se rallier à cette thèse.

Halal ? Haram ? Les cryptomonnaies peuvent-elles se développer en Turquie ?

On le sait, le principal obstacle au développement des cryptomonnaies dans le monde musulman réside dans leur nature et dans leur conception. Ainsi, les communautés ne s’accordent pas encore pour établir si les cryptomonnaies sont conformes à la charia. En somme, pour savoir si elles sont halal ou haram.

Le 17 avril dernier, le rapport sur les « applications de la mudarabah dans les institutions financières islamiques » publié par Muhammad Abu Bakar expliquait que « le bitcoin est permis en principe (par la charia, NDLR), car il est considéré comme reflétant le prix du marché dans les échanges internationaux et est accepté comme moyen de paiement auprès de beaucoup de commerçants ».

De même, le journal marocain Telquel avait contacté l’expert Badr Bellaj. ce dernier estimait que « pour l’Etat marocain, la question n’est pas de savoir si le bitcoin et charia compliant ou non. Le régulateur n’a pas interdit le bitcoin parce qu’il est haram ou halal, il l’a interdit parce qu’il représente un danger financier, car il est dans l’impossibilité de contrôler les flux. »

De son côté, on se souvient que le grand mufti égyptien Shawki Allam déclarait que faire du commerce avec la cryptomonnaie Bitcoin est illicite au regard du Coran. « Le Bitcoin peut nuire à la sécurité économique et sociale du pays. Cette monnaie virtuelle présente le risque de faire tomber le système monétaire et financier qui régit actuellement les sociétés. »

Autrement dit, la question n’est donc pas clairement tranchée les instances religieuses. Seulement, il semblerait que ces dernières vont devoir rapidement plancher sur le sujet tant le monde musulman semble être sensible aux cryptomonnaies et aux possibilités qu’elles offrent.

D’après l’étude ING-IPSOS, l’intérêt européen pour les cryptomonnaie est destiner à augmenter. Le taux d’investisseurs en Europe pourrait rapidement passer de 9 à 25%. Et la Turquie serait évidemment concernée.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
Fake News : le début de la fin avec le vote à l’Assemblée Nationale de deux textes controversés ?

Dans la nuit du 3 au 4 juillet, l'Assemblé Nationale a voté deux premiers textes de loi sur les fausses...

Fermer