Cryptomonnaies : contre le ban national en Inde, des hackers pirates les sites gouvernementaux

Récemment, l’Inde a rendu publique sa décision d’interdire le minage et l’utilisation des cryptomonnaies sur son sol. Seulement, le gouvernement fait maintenant face à la réponse des hackers. Ces derniers auraient infecté plusieurs sites gouvernementaux pour miner.

via GIPHY

En Inde, les mineurs en cryptomonnaie ont le sens de l’humour. Alors que le pays fait face à un ban gouvernemental des plus sévères, les mineurs ont décidé de contre-attaquer en utilisant les sites web du gouvernement pour procéder à l’extraction de cryptomonnaies. 

Plus de 119 sites touchés

La technique est bien connue. Les pirates utilisent le « cryptojacking » pour infecter les sites gouvernementaux. Ils y implantent un logiciel malveillant qui va utiliser l’ordinateur de la personne qui visite le site pour miner discrètement des cryptomonnaies. 

D’après les conclusions d’experts en cybersécurité missionnés par le gouvernement, plusieurs centaines de sites indiens seraient infectés. Parmi eux, le site de l’administration municipale de l’Andhra Pradesh, de la municipalité de Macherla ou encore celui de la Tirupati Municipal Corporation.

Les experts ont aussi découvert que les sites du gouvernement étaient touchés. Les raisons sont simples : les hackers cherchent d’abord à symboliquement contester la décision du gouvernement de s’opposer aux cryptomonnaies. Aussi, ces sites disposent d’une sécurité défaillante alors même qu’ils ramènent près de « 1 600 000 visiteurs par mois ».

Les pirates informatiques ciblent les sites Web du gouvernement pour l’exploitation de la cryptocriminalité parce que ces sites Web attirent un grand nombre de visiteurs et que la plupart des gens leur font confiance. Plus tôt, nous avons vu beaucoup de sites Web gouvernementaux se faire pirater. Maintenant, injecter des cryptojackers est plus à la mode car le hacker peut gagner de l’argent.

Indrajeet Bhuyan, chercheur en sécurité

Pour l’instant, plusieurs rapports montrent que le gouvernement n’a pas encore pu endiguer le phénomène. Outre les sites du gouvernement, les sites de plusieurs entreprises ont aussi été infectés. Certains experts expliquent que les cryptohacking continuent d’agir.

Reste que ce phénomène se développe un peu partout dans le monde et ne reste pas cloîtré à l’Inde. Si un utilisateur constate de sérieux ralentissements sur son ordinateur alors qu’il est en train de naviguer, il n’est pas impossible que son outil soit discrètement utilisé pour miner des cryptomonnaies.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
Berger
Assurance chômage : Laurent Berger (CFDT) en plein doute

A l'approche de la publication de la lettre de cadrage gouvernemental de la négociation sur l'avenir de l'assurance chômage, les...

Fermer