Pas de changement en 2017, les plus pauvres ont toujours moins de diplômes

Dans les ménages médians, un quart des personnes ne possèdent pas de diplôme. Et pour les autres, la priorité est aux diplômes courts qui permettent d’entrer rapidement sur le marché du travail. L'apprentissage est-il une issue ?

Le graphique ci-dessus permet de faire un état des lieux de la part de diplômés selon les niveaux de vie. Pour les ménages médians, qui regroupent 11,6 millions de personnes soit près de 19% de la population métropolitaine, un quart des adultes n’a pas de diplôme. La catégorie des ménages médians est celle où la part de couples avec au moins un enfant est la plus forte, 37,7%,  les familles monoparentales ne représentent que 4% des ménages médians.

Un niveau de diplôme plus faible que la moyenne

La part de majeurs dans les ménages médians représente 9 millions de personnes. Lorsque l'on s'intéresse à la proportion de personnes majeures diplômées dans ces ménages, on remarque que le niveau de diplôme est plus faible que la moyenne. 25,6%, soit un quart d’entre elles, n’ont pas de diplôme, une part bien plus élevée que dans les catégories aisées.

À l’inverse, seules 10 % des personnes majeures dans les ménages médians ont obtenu un diplôme supérieur à bac + 2, un niveau proche de celui observé dans les ménages modestes ou pauvres. 

La priorité est d’entrer sur le marché du travail

On observe que 19,3% des adultes de la catégorie médiane ont pour plus haut diplôme le baccalauréat, le plus souvent technologique ou professionnel. Et 28% d'adultes des ménages médians sont titulaires d'un CAP ou BEP. La majorité privilégie l'entrée rapide sur le marché du travail plutôt que les études à bac+2 ou plus.

Et si la catégorie des ménages médians faisait partie de la cible des contrats d'apprentissage ? Ce diplôme qui tente tant bien que mal de redorer son blason, est un bon compromis entre études et travail. Si Macron réussit ce pari, que d'autres avant lui ont perdu, cela poussera peut-être les jeunes de cette catégorie à se diriger vers ce diplôme et ainsi réduire la part de non-diplômés. Mais la marge de manoeuvre est si grande !

Les ménages médians, dont le niveau de vie est compris entre 90 % et 110 % du niveau de vie médian (soit entre 18 140 et 22 170 euros en 2014 par personne), représentent 18,6 % des ménages en 2014. Cela donne une fourchette de revenus comprise entre 1 512 et 1 848 euros net par mois.

Depuis  20 ans, le nombre de ménages médians a augmenté. En 1996, la part des personnes vivant en ménage médian était de 17,2% en métropole. En 2014, elle est passée à 18,7%, soit 11,6 millions de personnes.

1 commentaire sur Pas de changement en 2017, les plus pauvres ont toujours moins de diplômes

  1. Je m’aperçois que la situation des Français n’a pas changé en 45 ans ! pendant mon service militaire en 1971, dans ma compagnie d’intendance dont le dirigeais le service des effectifs, le quart des effectifs avait un niveau général de 2 sur vingt. Il n’y a donc eu aucune évolution pour cette proportion de la population, même si le niveau des 75% restants a augmenté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Le salaire moyen est plus élevé dans le public que dans le privé

Les salariés du secteur public sont mieux payés en moyenne que ceux du privé. C'est ce que révèle l'étude de...

Fermer