Pas de sortie partielle en capital pour les Madelin et les Articles 83, par Emmanuelle SALLÉ

Cet article provient du site Buisson-Assurances.

Dans le cadre du budget 2018, les parlementaires ont voté un amendement créant une faculté de sortie partielle en capital,  pour les contrats de retraite supplémentaire dits « Madelin » et  « Article 83 ».

Rappelons que le contrat Madelin est un  contrat individuel au profit d’un Indépendant et l’« Article 83 », un contrat collectif au profit de salariés d’entreprise.

Ces contrats offrent des avantages fiscaux à l’entrée.

Leurs cotisations sont en effet déductibles du revenu ou du bénéfice professionnel imposable, dans le respect de certaines conditions et limites.

En contrepartie, ils sont bloqués jusqu’à l’âge de la retraite et leur liquidation se faisait jusqu’alors exclusivement sous forme de rente viagère.

L’amendement en question visait à permettre aux titulaires de ces contrats de récupérer, lors de la cessation de leur activité, une partie des sommes en capital –  à hauteur de 20% – ce qui apportait une plus grande souplesse.

Hélas !

Le 28 décembre, le Conseil constitutionnel a validé la loi de finances pour 2018 dans les grandes lignes.

Il a toutefois estimé que plusieurs mesures n’avaient « pas leur place dans une loi de finances », puisqu’elles ne concernaient pas les ressources ou charges de l’Etat.

La mesure créant une sortie partielle en capital pour les contrats Madelin et Articles 83 a ainsi été jugée non conforme à la Constitution.

Censurée pour une question de forme, il va falloir attendre plusieurs mois afin que cette possibilité soit insérée dans une autre loi.

Il reste toujours possible de transférer les avoirs du Madelin et/ou de l’article 83 sur un Perp qui, lui, autorise une sortie partielle en capital.

Article rédigé par Emmanuelle SALLÉ, Responsable juridique et Coach retraite au Cabinet L.S.I., Bilans de retraite et optimisation de fin de carrière.

Pour plus d’informations, contact :

Mme Emmanuelle SALLÉ

es@liaison-sociale.fr

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
Pôle Emploi, toujours un peu plus dépassé, n’arrive plus à rattraper ses erreurs

Une note de l'Unédic affirme que Pôle Emploi a de plus en plus de mal à récupérer les allocations chômage...

Fermer