Le déficit commercial français s’accroît de 3 milliards en un an

Temps de lecture : 2 minutes

Cet article a été lu 2016 fois

D’après les chiffres d’Eurostat, le déficit commercial de la France se creuse de janvier à juillet 2016 par rapport à l’année dernière, passant de -33,5 milliards d’euros à -36,6 milliards d’euros. En conclure une mauvaise santé économique constitue peut-être un a priori, mais force est de constater que les indicateurs de l’économie française vont tous dans ce sens.

Des résultats opposés pour les mêmes contraintes

Eurostat a détaillé les éléments de la balance commerciale des pays de l’UE :

balance commerciale par pays

D’après ce tableau, la balance commerciale de la France est déjà déficitaire depuis plus d’une décennie, et l’est encore plus de janvier à juillet 2016 par rapport à la même période en 2015.

Hop, un petit calcul : de -33,5 milliards d’euros à -36,6 milliards d’euros, le déficit a donc progressé de 3,1 milliards d’euros. S’il ne représente pas en soi un véritable problème économique, tout semble l’entériner, car avec les mêmes contraintes (même monnaie et quasi mêmes marchés internationaux), l’Allemagne enregistre le meilleur excédent commercial de 152,4 milliards d’euros (2 milliards de plus qu’en 2015).

On est certes loin de la mauvaise performance de la Grande-Bretagne avec son déficit de -121,5 milliards d’euros (31,6 milliards de plus qu’en 2015), mais devrait-on se contenter de ce « moindre mal » ?

Un déficit de la politique économique ?

Pour la France, la Douane a enregistré un déficit de -4,5 milliards d’euros en juillet contre -3,5 milliards d’euros en juin (2015 par rapport à 2016). Globalement, elle pointe du doigt la hausse de la facture énergétique (essentiellement due à la manifestation contre la loi travail), la stabilité des exportations par rapport à la hausse des importations, et « tout le monde le sait déjà » la vacuité commerciale dans les produits manufacturés.

Il apparait que tous les secteurs (jadis) porteurs, dont l’industrie, enfoncent de plus en plus la balance commerciale. La désindustrialisation se fait également sentir sur le marché international alors que le gouvernement se targue d’être « l’ami » des entreprises et de l’emploi. Et on ne parle plus de la pression fiscale et du mépris des PME, qui pourraient pourtant évoluer à l’exportation, mais qui pénalisent ostensiblement la compétitivité.

Pas étonnant que la France réalise aujourd’hui la deuxième pire performance après la Grande-Bretagne. Elle est même largement devancée par l’outre-Rhin, son premier concurrent international et pourtant son principal partenaire.

print

1 commentaire sur Le déficit commercial français s’accroît de 3 milliards en un an

  1. Depuis plusieurs années, nous perdons une usine par jour, soit par faillite, soit par délocalisation, il est facile de comprendre que fabricant de moins en moins, nous sommes obligés d’acheter à l’extérieur ce que nous ne produisons plus.
    Depuis le traité de Maastricht, et à l’entrée de l’Angleterre, nous avons abandonné ce qui existait précédemment dans la ”Communauté Européenne” et qu’il n’est pas inutile de rappeler succinctement ici.
    Au sein de la ‘’Communauté Européenne’’, les traités prévoyaient une frontière commune aux états créateurs de l”’Europe” permettant une protection contre une importation de marchandises issues de pays à dumping social. Par ailleurs, il existait une recherche d’harmonisation social, fiscale, etc…. Chaque pays avait sa monnaie et pouvait éventuellement pratiquer une dévaluation, afin de rétablir sa compétitivité. Avant la mise en place de cette économie ultra-libérale actuelle nous créions 50 000 emplois industriels par an.
    Pour permettre l’entrée des anglais dans l’Europe, les politiciens de l’époque, par lâcheté, incompétence ou autre ont accepté les conditions imposées par l’Angleterre, à savoir : l’introduction d’une concurrence dite ”Libre et non faussée” entre les états et en particulier l’abandon de la recherche d’harmonisation des lois fiscales, sociales etc…, ce qui explique, par exemple, les taux différents de TVA ou d’imposition sur les entreprises variant de 15% à plus de 30% suivant les pays. Ce système permet à l’Allemagne d’utiliser ses ”esclaves” des pays de l’est en les payant dans ses usines à 300 ou 400 €/mois, ou même de faire fabriquer dans ces pays à des coûts encore plus avantageux. A cela s’ajoute la directive des ”Travailleurs Détachés” qui n’est rien d’autre que de l’esclavage moderne sévissant dans l’ensemble de l’UE. L”’Union Européenne” est ouverte à tous vents. Tout ce système de concurrence ”libre et non faussée” a été concrétisé par la mise en place du traité de Maastricht qui officialise cette économie ultra libérale. Depuis, ne pouvant lutter contre la concurrence due à la mondialisation, qui non seulement nous met en concurrence avec nos partenaires européens mais aussi avec toutes les économies des pays à dumping social tel que les pays du tiers-monde, aux salaire de 50€/mois (Taïhlande, Vietnam, Maroc etc…), notre industrie périclite et à moins d’adopter le mode de vie de ces pays, je ne vois pas comment nous pourrions résister à ce système qui exploite femmes et enfants à l’autre bout de la planète, sans la moindre pitié, et qui à terme nous détruira.
    Sortir de l’UE et de l’Euro, retrouver notre indépendance et nos pouvoirs régaliens, retrouver notre monnaie et réguler nos importations en fermant nos frontières à l’importation de produits manufacturés détruisant notre industrie, nous permettrait de cesser de détruire notre outil industriel et reconstruire notre production nationale. C’est d’ailleurs de cette façon que fonctionnait l’économie de notre pays avant l’UE et qui nous a permis les 30 glorieuses et une élévation du niveau de vie après-guerre, comme jamais vu dans les décénnies précédentes. Si vous voulez vous renseigner sur le fonctionnement machiavélique de l’’’Union Européenne’’, vous pouvez consulter le site upr.fr et vous aurez toutes les informations souhaitées.

1 Trackbacks & Pingbacks

  1. La moitié du commerce européen se fait par la mer - Décider et Entreprendre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Paritarisme: les petits arrangements entre amis menacés par l’ACPR?

Nous avons évoqué hier les pratiques en vigueur à l'AGIRC, symboliques du paritarisme et de ses dérives, consistant à confier...

Fermer