Des Retraites Hakuna Matata

Temps de lecture : 3 minutes

Cet article a été lu 13634 fois

Le Conseil d’Orientation des Retraites a publié son rapport annuel*. Comme d’habitude, c’est une mine d’informations techniques privilégiées, sous un couvert politique d’un optimisme imperturbablement déconnecté des réalités (par exemple, le chômage y est fixé à 7% au lieu des 10% officiels). En swahili, on dirait Hakuna Matata (tout va bien) ou Carpe diem pour les latinistes.

La réalité de la situation des retraites en France est toute autre :

–          Les éléments démographiques donnent 1,93 enfant(s) par femme (en baisse régulière) mais le COR a décidé de rester à 1,95. Le solde migratoire est d’environ 60 000, mais le rapport retient 100 000 migrants nets par an (en cas de migrants politiques, ils ne devraient pas être pris en compte, puisque n’ayant pas en France le droit de travailler). Point favorable aux régimes de retraite, mais non pris en considération pour des raisons d’affichage politique, l’espérance de vie a baissé par 2 fois pendant ce quinquennat (du jamais vu). Surtout, le ratio des 20-59 ans/plus de 60 ans va passer de 2,5 (en 2006) à 1,5 dans 20 ans.

–          La croissance économique est estimée autour de 1,5%, que l’on atteindra peut-être cette année (grâce à l’alignement des planètes : taux bas, liquidités de la BCE, pétrole bas), mais qui n’est pas pérenne (il faudra notamment rembourser les prêts consentis par la BCE).

–          Le rapport parle d’équité et de solidarité. Les pensions sont versées pendant 5 ans de plus aux femmes qu’aux hommes, du fait de l’écart d’espérance de vie. Les taux de cotisations sont très hétérogènes (104% pour les militaires, les fonctionnaires partant 2 ans plus tôt que dans le privé). La compensation n’est que partielle et on maintient des dizaines de régimes hétéroclites pour des raisons corporatistes (CNAV, Arrco-Agirc, MSA, Ircantec, CNRACL, FPE, CNAVPL, RSI, régimes spéciaux,…).

–          Le rapport met en exergue la répartition. Mais cela supposerait un simple équilibre cotisations=prestations. Or les cotisations ne représentent que 76% du financement des régimes de retraite et doivent être complétées par des Impôts et Taxes Affectées, des subventions d’équilibre (surtout aux régimes spéciaux : Mines, RATP, SNCF,…sans compter les intermittents), des transferts d’autres organismes (branche famille,…), des dettes reportées (Cades), de maigres produits financiers sur les réserves et des soldes déficitaires reportés sur les générations futures. Surtout, la solidarité jeunes/vieux est à sens unique.

–          La retraite obligatoire est supposée être en répartition, mais la réalité est plus complexe. L’Erafp (retraite sur les primes des fonctionnaires) ou la Caisse des Pharmaciens sont en capitalisation (avec 17,5 et 5,4Md€ de réserves respectivement à fin 2014). A cette date, d’autres disposent de quelques réserves –quoique fondantes- comme Arrco Agirc (79Md€), la CNAVPL (19,1Md€) ou la BdF (7,2Md€). On peut y rajouter les 37Md€ du FRR. Malheureusement, les régimes en capitalisation n’offrent plus de perspectives de secours, avec des taux bas et donc des rendements à peine positifs.

Les perspectives du COR apparaissent comestibles en comptant sur une croissance des taux de prélèvements (alors que le niveau pose déjà un problème de compétitivité), une hausse de l’âge de départ en retraite (en oubliant que seuls 30% des 60 ans sont salariés à temps complets) et une baisse des pensions (qui supposerait un courage politique). Le maintien dans le système actuel suppose aussi d’omettre les déficits abyssaux du Fonds de Solidarité Vieillesse.

Plus préoccupant, le rapport raisonne à système inchangé. Plus réalistement, il faudrait prendre en compte les mutations économiques (robotisation, digital), sociétales (ubérisation), politiques (risques de crise de l’Union Européenne), financières (problème sur les taux) qui vont peser sur l’économie et vont réduire le salariat.

Le prochain Gouvernement aura donc une Nième réforme** à mener de ces systèmes de « protection sociale », auxquels nous sommes supposés être attachés et pourtant si éloignés de nos valeurs de liberté (ils sont obligatoires), d’égalité (les systèmes sont hétéroclites) et de fraternité (les jeunes sont sacrifiés au profit des actuels retraités).

*http://www.cor-retraites.fr/IMG/pdf/doc-3406.pdf

**Réforme soit homéopathique en bricolant quelques paramètres (comme dans certains programmes) ou divers tuyaux de financement, qui creuseront des dettes ailleurs, soit allopathique en réformant la structure des retraites (transformation d’une partie des régimes de base en régimes en points, changements de la gouvernance,…), mais cela supposerait du courage politique…

print

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Chômage: le Gattaz se rebiffe

Article écrit pour Atlantico. Pierre Gattaz a décidé de planter, dans le dos du dialogue social, une assez peu encourageante...

Fermer