Le discret spoil system de Bruno Le Maire

Bruno Le Maire a déjà promu deux nouveaux directeurs d’administration centrale. Dont l’un de ses conseillers qui devient directeur de la législation fiscale: un poste sensible à l’approche des discussions budgétaires. 

Bruno Le Maire vient de nommer son conseiller fiscalité, Christophe Pourreau, 44 ans, à la tête de la direction de la législation fiscale. Ce poste est sensible puisqu’il consiste notamment à rédiger le volet recettes du projet de loi de finances, et tout spécialement à suivre les modifications fiscales prévues par le budget. 

Il y remplace Véronique Bied-Charreton, nommée en 2012.

Fin août, Bruno Le Maire avait procédé à une autre nomination: celle de la directrice des affaires juridiques de Bercy, Laure Bédier. Cette conseillère d’État a remplacé Jean Maïa, promu secrétaire général du Conseil Constitutionnel. 

Bruno Le Maire et la politisation de la haute administration

S’agissant de Christophe Pourreau, l’opération est emblématique de la tendance désormais bien ancrée à la politisation de l’administration. Ce haut fonctionnaire de 44 ans accède à une direction après un passage de quelques semaines en cabinet ministériel. 

Cette technique de nomination rappelle que le statut ne garantit plus du tout l’apolitisme de la haute fonction publique…

1 commentaire sur Le discret spoil system de Bruno Le Maire

  1. Les postes à haute responsabilités ne peuvent pas être apolitiques. Je suis pour le spoil system. Pour être efficace, il faut pouvoir choisir ses équipes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
Prestations sociales : oublier n’est pas frauder

La lutte contre la fraude aux prestations sociales vient de recevoir un coup sur la tête. Les agents chargés de...

Fermer