Donald Trump a-t-il été remis au pas par le gouvernement profond? Une chronologie troublante…

Temps de lecture : 4 minutes

Cet article a été lu 3943 fois

Dans l’étrange affaire du bombardement de la base syrienne de Khan Cheikhoun, il est étrange de noter que même les médias américains se posent plus de questions qu’ils n’ont de réponse. Fin mars, l’administration américaine annonçait son ralliement au maintien du dictateur syrien en place. Désormais, la même administration propose l’inverse, en n’excluant pas d’autres frappes en Syrie.

C’est donc à n’y rien comprendre.

Il faut quand même lire le communiqué halluciné de Trump après les bombardements

On lira quand même avec intérêt le communiqué de Trump après le bombardement de la base aérienne syrienne par des missiles Tomahawk.

Using a deadly nerve agent, Assad choked out the lives of helpless men, women, and children. It was a slow and brutal death for so many. Even beautiful babies were cruelly murdered in this very barbaric attack. No child of God should ever suffer such horror. (…)

Tonight, I call on all civilized nations to join us in seeking to end the slaughter and bloodshed in Syria, and also to end terrorism of all kinds and all types. We ask for God’s wisdom as we face the challenge of our very troubled world.  We pray for the lives of the wounded and for the souls of those who have passed.  And we hope that as long as America stands for justice, then peace and harmony will, in the end, prevail.

[ En utilisant un agent nerveux mortel, Assad a gazé des vies d’hommes, de femmes, d’enfants sans défense. Ce fut pour beaucoup une mort lente et brutale. Même de beaux bébés ont été cruellement assassiné dans cette attaque absolument barbare. Aucun enfant de Dieu ne devrait pouvoir subir une telle horreur. (…)

Cette nuit, j’en appelle à toutes les nations civilisées à nous rejoindre dans cette recherche d’un terme au massacre et au bain de sang en Syrie., et aussi d’un terme au terrorisme de toutes sortes et de tous types. Nous en appelons à la sagesse divine pour affronter le défi de notre monde si troublé. Nous prions pour la survie des blessés et pour le salut de ceux qui sont morts. Et nous espérons qu’aussi longtemps que l’Amérique se battra pour la justice, alors la paix et l’harmonie finira par triompher ]

Non, mais il a fumé la moquette, Trump, avant de signer ce papier ou quoi?

Il n’est pas sûr que Benoît Hamon, grand bouffeur de curé devant l’éternel, et qu’Emmanuel Macron, grand défenseur de la laïcité, aient bien lu l’inquiétant communiqué millénariste de la Maison Blanche avant de prendre position sur le sujet. Tous les grands défenseurs de l’Europe, garante de la paix, feraient bien de s’interroger aujourd’hui sur le sens de leur engagement… Parce qu’à lire Trump, il n’est pas bien sûr que notre continent reste en paix très longtemps.

Quelles hypothèses pour comprendre la conversion de Trump au millénarisme?

Reste que nous sommes globalement passés d’un Trump isolationniste, qui trouvait que l’OTAN coûtait trop cher et que la Russie n’était pas si diabolique, à un Trump millénariste et manifestement convaincu du rôle divin que l’Amérique doit endosser dans l’avenir du monde.

On se demande bien pourquoi et plusieurs hypothèses peuvent être émises ici.

L’hypothèse de la sincérité

Une première hypothèse pour expliquer ce renversement est celle de la sincérité de Trump. Le président américain est un isolationniste. Il a laissé son équipe annoncer son accord à un maintien d’Assad en place pour avoir la paix, convaincu que ce geste était “l’huile de coude” qui manquait pour régler le conflit.

Mais, entre les essais balistiques nord-coréens et le bombardement chimique décidé par Assad, Trump a brutalement compris que, loin de garantir la paix et la sécurité des Etats-Unis, l’isolationnisme américain était interprété par tous les dictateurs du monde comme le début de la grande récréation internationale. Il a décidé de siffler la fin de la récréation en répliquant vertement à l’attaque syrienne contre des civils.

Dans cet esprit, Trump n’exclut rien, partant du principe que toute action décidée au cas par cas pour protéger les intérêts américains est bonne.

L’hypothèse de la manipulation de Trump par la CIA

Une autre hypothèse, que nous qualifierons d’intermédiaire, consiste à soutenir que le bombardement au gaz sarin est en fait une manipulation organisée par “l’opposition syrienne” pour justifier un revirement de doctrine de Trump.

Selon cette hypothèse, la CIA n’aurait pas du tout apprécié que l’administration Trump accepte le maintien de Bachar Al-Assad au pouvoir. Elle aurait donc monté un bombardement de civils par agent neuro-toxique en accusant le régime syrien d’en être à l’origine. Le fort potentiel émotionnel des images diffusées à cette occasion aurait sincèrement troublé Trump et l’aurait convaincu de changer de doctrine.

L’hypothèse de Trump remis au pas par le gouvernement profond et sa chronologie troublante

Une autre hypothèse est celle d’une remise au pas consciente de Trump par le gouvernement profond américain, le fameux complexe militaro-industriel qui sait son existence économique menacée par une stratégie de paix avec la Russie et un désamorçage des conflits au Proche-Orient. Sur ce point, la chronologie peut permettre de comprendre ce qui s’est passé.

Le 30 mars, l’administration Trump se rallie officiellement au maintien en place du régime syrien.

Dès le 31 mars, trois anciens conseillers de Trump annoncent leur décision “spontanée” de témoigner devant le Congrès sur l’implication de la Russie dans l’élection de Trump.

Le 6 avril, le New York Times révèle (ce qui ressemble à une fuite organisée par la CIA pour achever de convaincre Trump) que la CIA était informée de l’ingérence russe en faveur de Trump dans la campagne électorale américaine. Cette révélation tombe le lendemain du bombardement chimique. Face au refus de Trump de frapper Assad, la CIA entame un bras de fer avec lui et commence à le menacer de révéler ses secrets.

Le même jour, Trump comprend que la CIA a décidé de le torpiller. Pour éviter la crise, il se range à la décision de bombarder la Syrie.

Le bombardement chimique peut-il être une manipulation?

Cette question fait partie des topics complotistes. Il est avéré qu’une attaque chimique a eu lieu à Idlib en Syrie. La question porte sur son origine. Est-elle forcément le fait du gouvernement syrien?

La réponse est évidemment difficile à fournir. On notera que les médias russes (suspects de subjectivité) commencent toutefois à apporter des arguments à cette théorie.

Dans tous les cas, il est désormais avéré que le réchauffement des relations entre la Russie et les Etats-Unis, que Trump pouvait laisser espérer, a vécu.

print

2 commentaires sur Donald Trump a-t-il été remis au pas par le gouvernement profond? Une chronologie troublante…

  1. Option 4 : Trump saisit une occasion de redorer son étoile qui commence à souffrir de ses échecs politiques. Le deep state et les parlementaires républicains ont bloqué ses promesses. Il tente un coup. Comme en son temps Sarkozy bombarde la lybie en créant le chaos que l’on sait. Juste pour détourner l’attention de ses échecs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Mais alors, Macron, il propose quoi? vraiment!

Article écrit pour Atlantico Après l'Émission Politique de France 2, beaucoup de téléspectateurs ont profité du spectacle Macron, de son...

Fermer