Droit de réponse de la vice-présidente de l’Assemblée Nationale

À la suite de notre article sur la vice-présidente de l'Assemblée Nationale, Cendra Motin, et sa méconnaissance du droit applicable au forfait en jours, l'intéressée nous demande de publier le droit de réponse suivant... Auquel nous répondons par ailleurs. 

Suite à l’article que nous avons publié le 27 Juillet 2017 intitulé « Cendra Motin, la députée En Marche qui se vante dans l’hémicycle de violer le Code du Travail », Cendra Motin, Députée de l’Isère, Vice-présidente de l’Assemblée nationale a fait valoir son droit de réponse.
 
Les députés lorsqu'ils sont adhérents à l'association des députés-employeurs, peuvent faire bénéficier à leur collaborateur d'une convention individuelle de forfait en jours. L’association des députés-employeurs et les syndicats représentatifs des attachés parlementaires de l’assemblée nationale ont signé le 24 novembre 2016 un accord collectif dont le chapitre II définit le régime du forfait annuel en jours en vertu de l'article L.3121-53 et suivants du code du travail.
 
En tant que Députée-employeur, j’ai donc le droit de proposer ce type de gestion du temps de travail aux collaborateurs parlementaires que j'emploie et qui répondent aux critères définis dans cet accord.
 
Dès lors, tout l'argumentaire de votre article est faux. 

Cela m'amène à constater que vous n’avez pas vérifié vos informations, prouvant ainsi la légèreté de votre ligne éditoriale. 

De surcroit, ces fausses informations tendent à porter atteinte à ma probité et à mes compétences professionnelles, alors même que mon entreprise « Mon service RH », dont vous faite expressément mention, avait justement pour vocation à accompagner les entrepreneurs, commerçants et dirigeant de TPE / PME et ETI dans la sécurisation de leurs pratiques en matière de ressources humaines. De la sorte, votre article jette le trouble sur ma réputation professionnelle passée, ce que je ne peux tolérer.
 
Vous en conclurez ainsi que je n’ai pas « violé » le code du travail comme vous l’indiquez dans votre titre. Je vous engage donc à bien vérifier vos informations afin de ne plus diffuser de fausses informations ni sur moi ni sur mes collègues députés-employeurs

Nous contestons, bien entendu, l'analyse juridique de l'intéressée, frappée de notre point de vue d'un étonnant amateurisme, et nous y consacrons un article spécifique.

Au passage, la vice-présidente Motin n'a pas accédé, à ce stade, à notre demande d'envoi des preuves de son adhésion à l'association qu'elle évoque.  

4 commentaires sur Droit de réponse de la vice-présidente de l’Assemblée Nationale

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Cendra Motin, la députée En Marche qui détaille dans l’hémicycle comment un député peut contourner le Code du Travail

Cendra Motin, députée En Marche (vice-présidente de l'Assemblée, d'ailleurs) a cru bien faire en expliquant à ses collègues le fonctionnement...

Fermer