La blockchain du Bitcoin abrite du contenu pédopornographique !

Des chercheurs allemands ont découverts que des individus inconnus avaient utilisé la blockchain de la cryptomonnaie pour stocker et échanger du contenu à caractère pédopornographique

Les contenus ne sont pas à la portée de tout le monde mais ils sont bien là. Des chercheurs allemands de l’Université RWTH Aachen ont découvert qu’environ 1 600 fichiers étaient emmagasinés sur la blockchain de la célèbre cryptomonnaie. Seulement, cette dernière présente aussi du contenu renvoyant vers le « dark-web » ou vers de la pornographie juvénile. 

274 liens vers du contenu pornographique juvénile !

Voilà qui ne devrait pas arranger la réputation du Bitcoin qui avait déjà été mis en cause par les hommes et femmes politiques de tout bord pour son anonymat qui permettrait tous les vices.

Ainsi, les chercheurs ont mis en évidence que sur ces 1 600 fichiers, au moins 8 étaient de nature sexuelle, 274 contiendraient des liens vers du contenu pédopornographique et 142 renverraient vers des services situés sur le « dark-web ». 

A l’origine, le Bitcoin n’est qu’un registre de transactions financières. Le site crypto-actu explique que « le seul moyen d’y inscrire des données arbitraires est de détourner la fonction OP_RETURN, qui sert habituellement à marquer des transactions comme non valides. En plus d’être extrêmement décriée, cette méthode ne permet de stocker qu’au maximum 83 octets, soit une taille dérisoire quand on voit qu’une musique sur notre ordinateur se compte déjà en mégaoctets. Bien trop peu pour téléverser une image sur la blockchain Bitcoin, donc.« 

Les fichiers restent donc très difficiles d’accès. Pour cela, plusieurs critères doivent être remplis : télécharger l’intégralité de la chaîne de blocs bitcoin et parcourir 251 millions de transactions pour trouver les 1,4 % qui contiennent des données arbitraires, extraire tous les liens Web qui pourraient être cachés dans les données en convertissant les données qui sont stockés sous forme hexadécimal puis taper les liens dans un navigateur jusqu’à tomber sur un site Web toujours accessible et pour cela, utiliser Tor. 

L’avenir des cryptomonnaies remis en question ?

Au final, même si ces données sont difficilement accessibles, elles sont présentes. Surtout, il se pourrait aussi que ces dysfonctionnements n’affectent pas seulement le Bitcoin mais aussi les autres cryptomonnaies actuellement en circulation. Avec les Etats qui se montrent de plus en plus au fait de ces questions technologiques dans le but de les réguler, ces dernières recherches pourraient faire tâche.

Très clairement, les cryptomonnaies qui posséderaient ce genre de contenu seraient tout bonnement illégales dans 112 pays, ceux qui ont ratifié un protocole facultatif à la Convention relative aux droits de l’enfant, qui rend illégal la possession de pornographie juvénile. On parle de l’Allemagne, du Royaume-Uni et des Etats-Unis.

Cela menace les marchés évalués à plusieurs milliards de dollars qui alimentent des cryptomonnaies telles que le bitcoin. Puisque l’ensemble des données de la chaîne de bloc sont téléchargées et stockées en permanence par les utilisateurs, ceux-ci sont liés à tout contenu controversé qui y est ajouté par d’autres utilisateurs. Conséquemment, il serait illégal de participer à un système s’appuyant sur une chaîne de blocs dès que celle-ci contient du contenu interdit. Nous nous attendons à ce que le contenu illégal se trouvant dans la chaîne de blocs mette en péril les systèmes s’appuyant sur ce processus. 

Reste donc à savoir de quoi l’avenir du Bitcoin et plus globalement des cryptomonnaies sera fait. Logiquement, les détracteurs des cryptomonnaies et des blockchains disposent d’un argument imparable pour défendre une réglementation stricte.

Il faudra aussi passer par un sérieux micmac juridique pour savoir si oui ou non un mineur qui utilise la blockchain pour miner ses cryptomonnaies sera passible d’emprisonnement pour possible détention de contenu pédopornographique. 

1 commentaire sur La blockchain du Bitcoin abrite du contenu pédopornographique !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
Données de santé dans la loi « RGPD » : ce que le Sénat à changé

Les sénateurs ont achevé leurs discussions relatives au projet de loi adaptant le droit français au RGPD. Nous avons déjà...

Fermer