Facebook s’ouvre à nouveau aux publicités sur les cryptomonnaies mais pas sur les ICO

Facebook annonçait ce mardi lever son interdiction totale de publicité liées aux cryptomonnaies. Par ailleurs, la publicité sur les ICO reste interdite.

Rétropédalage, retournement de veste, appelez ça comme vous voulez. Mais l’annonce aura de quoi faire réagir. Le réseaux social Facebook a annoncé lever son interdiction totale des publicités liées aux cryptomonnaies. 

Les entreprises devront montrer patte blanche 

Mardi, le groupe Facebook annonçait sur son blog qu’il allait permettre « la diffusion d’annonces faisant la promotion de cryptomonnaies (…) par des annonceurs pré-approuvés. »

Au cours des derniers mois, nous avons examiné la meilleure façon de peaufiner notre politique – autoriser certaines publicités tout en veillant à leur légitimité. Ainsi, à compter du 26 juin, nous mettrons à jour notre politique afin de permettre la diffusion d’annonces faisant la promotion de la crypto-monnaie et de contenu connexe auprès d’annonceurs pré-approuvés. Nous continuerons d’interdire les publicités promotionnant les options binaires et les Initial Coin Offering (ICO).

Pour obtenir le précieux sésame, les entreprises choisies par Facebook devront respecter un certain nombre de règles. Et leur légitimité sera régulièrement remise en question. Avec la clé, la rétention ou non de leur approbation sur le réseau social.

Pour obtenir une autorisation, les entreprises devront remplir un questionnaire assez précis dont cryptojournal.fr s’est procuré un exemplaire.

Pour autant, comme le précise le communiqué de Facebook, la publicité pour les ICO reste encore interdite. Mais le réseau social assure que sa politique en la matière pourra évoluer. « Nous écouterons les commentaires, examinerons si cette politique fonctionne et continuerons à étudier cette technologie et, si nécessaire, nous pourrons réviser notre politique au fil du temps ».

Si la décision est importante, elle n’a pas su émouvoir le marché des cryptomonnaies qui reste encore assez morose. Pour autant, la nouvelle revêt une importance particulière puisque Facebook est la première entreprise à faire ouvertement volte-face sur la publicité liées aux cryptomonnaies. A contrario, Google, Twitter ou encore Snapchat restent vertement opposés à toute ouverture.

Mais pour combien de temps encore ? Rappelons juste qu’il n’est pas impossible de voir rapidement émerger des cryptomonnaies liées à ces plateformes. En mai dernier, Google avait noué quelques contacts avec le fondateur de l’Ethereum. Officiellement, il s’agissait de questions-réponses autour de la sécurisation de projets futurs. 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
Malgré les polémiques, Uber revient à Londres et continue son implantation en France

La régie des transports londonien est revenue en appel sur sa décision d'interdire Uber. Elle lui a délivré une licence...

Fermer