Fachosphère ou réinfosphère? le cas Emile Duport

Temps de lecture : 2 minutes

Cet article a été lu 3035 fois

Faut-il parler de fachosphère ou de réinfosphère? Le débat est périodiquement évoqué, notamment contre les commentateurs de la gauchosphère (qui mériterait d’être appelé “sinistrosphère” par respect pour l’étymologie) qui aiment à classer dans la “fachosphère” un  ensemble indéterminé de sites ou de publications très hétéroclites.

La fachosphère et l’entrave numérique

La fachosphère irrite. Récemment, la ministre Laurence Rossignol, jamais avare d’une proposition liberticide, a proposé d’instaurer un délit d’entrave numérique contre l’un de ses prétendus membres: Emile Duport, qui anime le site Afterbaiz.com. Selon la ministre, ce site mentirait pour dissuader les femmes d’avorter.

On vient bien, dans l’esprit du pouvoir, la tentation d’interdire et de sévir contre tous ces sites qui colportent une parole à rebours de la doxa dominante. Et, comme, quand on veut tuer son chien, on dit qu’il a la rage, rien de plus tentant que de disqualifier ces dissidents en les rangeant dans la “fachosphère”.

Le cas Emile Duport

Par souci d’objectivité, et comme je l’avais fait pour la communauté des Béatitudes, j’ai voulu rencontrer le principal incriminé dans l’affaire Afterbaiz pour lui donner la parole. Voici ses réponses à mes questions:

Je laisse ici chacun juge du caractère “facho” de l’intéressé. Personnellement, il ne m’a pas sauté aux yeux. Certes, Duport n’est pas un militant du planning familial, mais son point de vue sur la question de l’avortement me semble globalement équilibré. Rien, en écoutant ces réponses, ne justifie le classement de l’intéressé dans la sphère d’extrême droite.

Alors, fachosphère ou réinfosphère?

Au cas par cas, il serait intéressant de reprendre les sites classés dans la “fachosphère” pour montrer la malveillance globale de cette appellation. Elle regroupe en effet des contenus ou des lignes éditoriales extrêmement différentes, et qui sont souvent loin de mériter l’étiquette d’extrémisme.

En revanche, l’accusation de fachosphère illustre assez bien le malaise que la liberté d’expression, fortement augmentée par Internet, suscite dans les milieux bien-pensants.

print

A propos Éric Verhaeghe 148 Articles
Fondateur de Tripalio, auteur.
Contact: Twitter

2 commentaires sur Fachosphère ou réinfosphère? le cas Emile Duport

  1. « Deux ans de prison et 30.000 euros d’amende » a réclamé Laurence Rossignol pour celles et ceux qui ont le malheur de ne pas penser comme elle. Fichtre ! Elle n’y va pas de main morte.

    De quoi ruiner Pasolini (entre autres) et de le mettre derrière les barreaux quelques années (à défaut d’y mettre Cahuzac) si on lit les quatres textes consacrés à l’avortement dans le recueil « Ecrits corsaires ».
    Dans le premier texte, « Le coit, l’avortement, la fausse tolérance du pouvoir, le conformisme des progressistes » (janvier 1975, Corriere della sera ») Pasolini écrit :
    « Je suis pourtant traumatisé par la législation de l’avortement, parce que je la considère, comme beaucoup, comme une légalisation de l’homicide »

    Mais bon, si Fleur Pellerin n’a jamais lu une ligne de Modiano, j’imagine que Rossignol n’a pas la moindre idée de qui était Pasolini.
    D’ailleurs Pasolini a écrit qques textes très éclairants sur « le fascisme des antifascistes ».

    Il faut dire, de la part d’une une ancienne de la LCR comme Laurence Rossignol, on peut s’attendre à tout. « Trotsky, le retour de la schlague » écrivait Albert Londres dans « Dans la Russie des Soviets » en 1920.

    Bien à vous et au plaisir de vous lire,
    Lou

  2. La Fachosphère concerne au premier chef le monde socialo-fasciste, l’abus de langage commis par certains pour tenter de disqualifier leurs opposants du centre et de la droite modérée est pitoyable.
    Que la cause soit entendue : la marxisme porte trop de germes délétères pour qu’il n’y soit pas mis fin définitivement*
    * sauf entre les mains de chercheurs qui cherchent et ne trouvent rien.

1 Trackbacks & Pingbacks

  1. Ubérisation: les journalistes subventionnés, ces chauffeurs de taxi qui s'ignorent - Décider et Entreprendre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
CETA: ce Wallon défie le monde entier

Paul Magnette, le ministre-président wallon (si, si, ça existe!), est en train de donner une drôle de leçon de démocratie...

Fermer