Les farmers américains soutiennent Trump

Cet article sur les farmers est initialement paru sur Paysan Breton.
Selon les agriculteurs américains, l’évolution de leur secteur et de leur revenu nécessite un changement. En premier lieu l’allégement des réglementations auxquelles ils sont soumis.

Quelque 55 % des 662 000 agriculteurs américains propriétaires d’au moins 200 acres de terres (81 ha) étaient favorables à Donald Trump, 18 % seulement à Hillary Clinton, selon un sondage qui avait été réalisé par l’hebdomadaire Agri-Pulse avant l’élection du 8 novembre qui a fait du candidat républicain le 45e président des États-Unis – et affolé les places financières. 86 % des exploitants interrogés n’étaient pas satisfaits de la situation globale de leur pays – contre environ 70 % de mécontents dans la population en général –, et plus de 60 % déploraient l’état général de leur secteur. Ces 662 000 citoyens n’ont pas, bien entendu, fait le résultat de l’élection. Toutefois, le vote de certains États clés et ruraux pouvait faire la différence, ce qui a été le cas de l’Ohio.

donald-trumpTrop de réglementations

Les agriculteurs américains subissent depuis 2013 un déclin constant de leur revenu agricole net et veulent donc du changement, même si, selon le média canadien La Terre, « certaines politiques de Trump, comme l’expulsion des travailleurs illégaux, pourraient nuire à plusieurs exploitations ». L’American farm bureau juge en particulier que les producteurs sont soumis à trop de réglementations, une critique partagée par le futur locataire de la Maison blanche qui s’était engagé, entre autres, à supprimer l’Agence de protection de l’environnement (EPA). Les républicains ont par ailleurs remporté le Sénat et conservé le pouvoir à la Chambre des représentants, fournissant une majorité parlementaire sur laquelle le président élu pourra s’appuyer.

L’élection américaine rebat les cartes

Les accords commerciaux bilatéraux et multilatéraux – notamment celui en cours de négociations avec l’Union européenne – n’auront plus le soutien des États-Unis, si l’on en croit les affirmations de Donald Trump. Le nouveau président américain pourrait aussi ne pas appliquer la Cop 21, pourtant déjà ratifiée par les États-Unis.

Un lobbyiste à l’agriculture

Le lobbyiste Michael Torrey a été recruté dans l’équipe de « transition » du nouveau président des États-Unis, pour préparer la future composition du ministère de l’Agriculture américain (USDA), a révélé le New-York Times dans un article paru le 12 novembre. Selon le journal, Michael Torrey est « un lobbyiste qui dirige une société qui a gagné des millions de dollars en aidant des géants de l’agroalimentaire comme l’association américaine des boissons, ou le géant de l’industrie laitière Dean Foods ».

Le journal pointe le nombre élevé de lobbyistes dans l’équipe de transition de D. Trump, alors que celui-ci dénonçait leur forte présence à Washington pendant la campagne. Dans son édition du 14 novembre, la lettre agricole Hagstrom Report a mis en évidence les liens entre Michael Torrey et le directeur du ministère de l’Agriculture de l’Indiana, Ted McKinney, qui a soutenu D. Trump durant la campagne ce dernier fait partie des candidats pressentis pour prendre la tête de l’USDA.

print

1 Trackbacks & Pingbacks

  1. Les farmers américains soutiennent Trump...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
La France peut-elle imposer la republication numérique d’œuvres oubliées ?

La CJUE a rendu un arrêt relatif au droit de propriété intellectuelle et industrielle sur les livres indisponibles, autrement dit...

Fermer