L’Etat français préfère rembourser le Doliprane plutôt que les médicaments vitaux !..

Après les hémophiles sévères, l’Etat français prive les hypercholestérolémiques familiaux d’un médicament vital. Le gouvernement met fin au protocole de mise sur le marché en ne jugeant pas bon de négocier la prise en charge du médicament alors qu’il réduit de 20% les risques d’AVC. 

La médecine fait une nouvelle avancée fantastique. Le praluent, mis sur le marché en 2017, permet aux hypercholestérolémiques familiaux (une maladie génétique pouvant être mortelle) de ne plus avoir les artères qui se bouchent tout en évitant les opérations chirurgicales. Seulement, l’Etat français vient de démontrer toute sa compétence dans la prise en charge des patients

Faute de négociations, le praluent sera retiré en mai

Ce médicament arrivait comme une bénédiction dans la vie des patients alors que l’hypercholestérolémie familiale touche 1 personne sur 250. Ce traitement permettait de réduire de 20% les risques d’AVC. 

Mais le coût restait élevé pour les patients, environ 500€/mois. Un coût que n’a pas voulu assumer l’Etat, même en partie, mettant ainsi fin au protocole de distribution à partir de mai 2018. 

Les experts mettent en garde contre l’apparition d’un marché noir de la santé. Mais pour ceux qui n’auraient pas les moyens de s’approvisionner, rassurez-vous: la Sécurité Sociale rembourse 65% du prix du Doliprane.  

1 Trackbacks & Pingbacks

  1. Évaluation des technologies de santé : l'UE remet discrètement en cause la puissance nationale - Décider et Entreprendre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
Héritage : la Cour des comptes veut appliquer un statut de beau-parent égal à celui de parent biologique

Le Conseil des prélèvement obligatoires (CPO) dresse un bilan peu glorieux du système de transmissions du patrimoine actuel. Outre les...

Fermer