La Fédération hospitalière de France alerte des dangers qui pèsent sur le secteur

Cet article a été lu 7090 fois

Vendredi 8 décembre avait lieu la convention régionale de la Fédération hospitalière de France (FHF) dans les Hauts-de-France. L’occasion pour cette dernière de lancer un cri d’alerte sur la situation plus que difficile des établissements publics de santé de la région. 

La Fédération hospitalière organisait une convention sur le thème « l’hôpital public à la croisée des chemins ». Rémi Pauvros, président de la FHF des Hauts-de-France en a profité pour faire part de sa colère et de son inquiétude concernant les 175 établissements publics de santé dans la région. Entre déficit des établissements, souffrance du personnel ou encore le problème de la tarification à l’activité, les difficultés s’accumulent.

120 à 130 millions d’euros de déficit

Face à Monique Ricomes, directrice de l’Agence régionale de santé des Hauts-de-France, le président de la FHF Rémi Pauvros n’a pas caché son mécontentement et son inquiétude quant à l’état des établissements de santé. Le déficit grandissant des hôpitaux public atteint des sommes record.

« Actuellement, il est de 120 à 130 millions d’euros pour le fonctionnement, un niveau jamais atteint », explique-t-il.

En cause, la baisse d’activité de certains établissements qui s’expliquerait, toujours selon les président de la FHF, par un « recours moindre aux soins ». Et ce n’est pas une surprise puisque plus de la moitié des français ont déjà renoncé à des soins faute de moyens. Pourtant, comme nous vous le révélions il y a quelques semaines, la France réalise la meilleure performance de l’OCDE en matière d’accessibilité aux soins. 

Le déficit des établissements publics de santé dans les Hauts-de-France provoque un mal-être pour le personnel. Le secteur santé est d’ailleurs le plus touché par les problèmes de stress au travail. Les arrêts maladies dans le secteur hospitalier explose la moyenne nationale, en raison de conditions de travail dégradées. Dans les Hauts-de-France, les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes EHPAD alertaient quelques jours avant la convention régionale de dysfonctionnements importants, notamment dû à un manque de personnel.

Le problème de la tarification à l’activité

La tarification à l’activité, ce mode de financement des établissements de santé issu de la réforme hospitalière du plan Hôpital 2007, est un point noir dans la mauvaise santé des hôpitaux publics. Cette mesure a pour objectif de mettre en place un cadre unique de facturation et de paiement des activités hospitalières des établissements de santé (publics ou privés) quel que soit leur statut. Le président de la FHF en dénonce les « effets pervers » avec le nombre d’actes de soins qui augmente, et entraîne leur valorisation à la baisse.

Cette réforme, qui devait débloquer la situation financière figée dans les établissements de santé, ne ferait qu’enfoncer le déficit des hôpitaux. Et le déblocage du FIR (Fonds d’intervention régional) ne permettra de combler qu’une petite partie du déficit. C’est le cas pour l’hôpital de Bastia qui a reçu 10 millions d’euros d’aides régionales, une somme minime face au déficit majeur de l’établissement.

C’est un message d’alerte que nous voulons lancer.

Rémi Pauvros, président de la FHF des Hauts-de-France.

1 Trackbacks & Pingbacks

  1. Le directeur de cabinet du ministère de la Santé sur le point de quitter le navire - Décider et Entreprendre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Protection sociale : le système de santé français n’est pas le plus cher d’Europe

Vendredi 8 décembre, l'agence Eurostat publiait son rapport sur la protection sociale en Europe. Les pays européens consacrent près d'un...

Fermer