Quand la FGTA-FO régale le patronat à l’Hôtel Napoléon

La FGTA-FO est une fédération importante pour Force Ouvrière et pour le paritarisme français. Il faut dire qu'elle est notamment chargée du suivi des branches HCR, agroalimentaires, grande distribution, coiffure-esthétique et, enfin, des salariés du particulier employeur. Ces implantations stratégiques semblent se traduire par des rapprochements paritaires inattendus. 

Un débat apparemment très syndical

Jean – son prénom a évidemment été modifié par nos soins – est un important représentant FO des salariés de l'un des principaux groupes français de la grande distribution. 

Lorsqu'il y a quelques jours, Jean a pris connaissance d'un courriel récemment envoyé au DRH de son entreprise par Dejan Terglav, le secrétaire général de sa fédération, la FGTA-FO, il a d'abord cru que c'était par erreur que le message était parvenu à son DRH. « Il était indiqué que Dejan Terglav, le dirigeant de notre fédé, invitait les destinataires du mail à un débat sur le sujet de la santé au travail. J'ai aussitôt pensé qu'il s'agissait d'une mauvaise manipulation, que le message nous était destiné à nous, représentants des salariés, et non au DRH de la boîte » explique en effet notre interlocuteur. 

La candeur de Jean ne manque, certes, pas de cohérence : on imagine mal le dirigeant d'une fédération syndicale Force Ouvrière, centrale réputée plutôt exigeante vis-à-vis du patronat, inviter un DRH – et non des représentants syndicaux – afin de causer santé au travail. Et pourtant... 

Le patronat à l'honneur

Jean en venant à découvrir la suite du message du secrétaire général de la FGTA-FO, il est vite contraint de remettre en question sa première impression. « Le débat est organisé le mardi 21 novembre à l'Hôtel Napoléon, dans un beau quartier de Paris. J'ai un peu cherché sur internet et j'ai vu les tarifs... Ce ne sont pas des lieux pour les salariés, ce sont des lieux pour les patrons ! » s'agace vivement notre interlocuteur. Reconnaissons que l'hôtel Napoléon n'est pas, typiquement, un repaire de prolétaires. 

Pire encore : Jean découvre que les deux intervenants qui doivent venir échanger autour du thème de la santé au travail ne sont pas tout à fait issus du monde salarial. Il s'agit d'une part de Bernard Cottet, directeur général de Didacthem, entreprise présentée dans le message de M. Terglav comme une « PME pionnière dans le domaine de la santé ». D'autre part, il s'agit de Nicolas Telle, co-fondateur de Padoa, décrite comme une « start-up qui veut révolutionner la santé ». Notre interlocuteur résume la situation en ces termes : « Sur un sujet comme la santé au travail, le chef de notre fédération a fait venir des patrons ! Des patrons ! Pas un salarié ni un syndicaliste mais uniquement des patrons ! Je suis révolté ». 

Dans la mesure où nous avons eu le message d'invitation de la FGTA-FO entre les mains, nous ne pouvons que confirmer les propos factuels de Jean. 

Un grand raout régulier ?

Très irrité par sa découverte, notre interlocuteur a voulu en savoir plus auprès de son DRH. « J'ai dit à mon DRH que j'étais très heureux de savoir qu'il était lui aussi adhérent FO. C'était ironique ! » précise Jean, qui poursuit : « Comme il ne comprenait évidemment pas de quoi je parlais, je lui ai demandé de me donner les raisons de l'invitation de Dejan Terglav. Il n'a pas voulu me répondre mais m'a tout de même dit que ça n'était pas la première fois qu'une telle réunion avait lieu entre certains dirigeants de la fédé, je dis bien certains, et de nombreux représentants du patronat ». Inutile de préciser que ceci n'a fait qu'accroître la colère du syndicaliste FO. 

Au cas où il était nécessaire de le rappeler, notre interlocuteur s'arrête quelque peu sur les attendus financiers de cette fameuse réception à l'Hôtel Napoléon : « Si c'est Terglav qui invite, c'est la FGTA qui paie la note ». Nous nous en assurerons tout de même demain, à l'issue de la réunion – à compter qu'elle ne soit pas annulée in extremis, sait-on jamais... Quoi qu'il en soit, les adhérents FO affiliés à la FGTA s'intéresseront sans doute de près aux usages qui sont faits de leurs cotisations. 

Etonné – mais, il est vrai, pas tout à fait non plus, le paritarisme français n'étant pas toujours réputé uniquement pour ses bonnes pratiques – Tripalio s'est promis de suivre en détail cette affaire. Et, plus généralement, la riche actualité des dirigeants de la FGTA-FO. 

"Sur un sujet comme la santé au travail, le chef de notre fédération a fait venir des patrons ! Des patrons ! Pas un salarié ni un syndicaliste mais uniquement des patrons ! Je suis révolté."

Un responsable syndical FO de la grande distribution.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Agnès Buzyn taclée par un sénateur LR sur les déserts médicaux

Vendredi, lors d'une séance de débats sur le budget de la sécurité sociale pour 2018, un sénateur Les Républicains s'en...

Fermer