La fin du RSI, une bonne nouvelle ? par Emmanuelle SALLÉ

Cet article provient du site Buisson-Assurances.

Depuis le 1er janvier 2018, une nouvelle organisation est mise en place pour les travailleurs indépendants.

Leur  protection sociale – auparavant gérée par le Régime Social des Indépendants (RSI) – est désormais confiée au régime général de la Sécurité sociale.

Cette décision de supprimer le RSI figurait dans les promesses de campagne d’Emmanuel Macron. Elle a été votée dans le cadre de la loi de financement de la Sécurité sociale en décembre dernier. 

Cette réforme sera mise en œuvre de façon progressive avec une période transitoire de 2 ans, l’objectif étant que l’intégration au régime général soit effective au plus tard le 31 décembre 2019.

Les indépendants auront alors comme interlocuteurs :

  • pour l’assurance-maladie, les CPAM 
  • pour la retraite de base, les CARSAT 
  • pour le recouvrement des cotisations, les URSSAF

Avec la disparition du RSI, est-ce la fin de la galère pour les indépendants ?

Le RSI, avec ses dysfonctionnements à répétition, était devenu synonyme de cauchemar pour de nombreux travailleurs indépendants.

Qu’en était-il vraiment ?

Le principal problème : en 2008, la décision avait été prise de confier le recouvrement des cotisations des indépendants à l’Urssaf, pour le compte du RSI, ce dernier devenant l’interlocuteur social unique des assurés.

Or le logiciel utilisé par l’Urssaf était inadapté aux spécificités des indépendants.

D’où de nombreuses erreurs dans les appels de cotisations, des pertes de dossiers,  des interventions d’huissiers à partir de fausses données et autres situations ubuesques  … tandis que les plateformes téléphoniques ne répondaient plus.

D’où la colère des assurés, relayée par les medias, et l’image complètement dégradée du RSI.

La Cour des comptes elle-même a déclaré qu’il s’agissait d’une « catastrophe industrielle ».    

Depuis quelques temps, cela semblait aller mieux … alors, cette décision n’arrive-t-elle pas à contretemps, n’est-elle pas purement politique ?

S’il était nécessaire de mettre fin à une situation de crise, les agents du RSI, eux, doutent que les choses fonctionneront mieux demain pour les indépendants.

 « Les appels à cotisations demeureront, et ils seront toujours gérés par le même logiciel de l’Urssaf », soulignent-ils.

Ils craignent aussi que les problématiques spécifiques des indépendants soient moins bien prises en compte, « noyées dans la masse des salariés ». 

« Leur protection sociale sera morcelée entre les différentes caisses, là où ils avaient un guichet unique et un suivi global »,  pointe M. Alain  Clicq,
directeur régional du RSI de Haute et Basse-Normandie.

Par ailleurs, certains redoutent que ce rapprochement avec le régime général conduise à terme à une harmonisation des cotisations.

On nous assure que la réforme devrait être  financièrement neutre pour les indépendants avec un niveau de cotisation inchangé.  « Il n’est pas question d’aligner les cotisations [des indépendants] sur celles des salariés, ce qui aurait pour conséquence une augmentation de l’ordre de 30 % de leur niveau de contribution » affirme le dossier de presse diffusé par le gouvernement.

Mais s’il y a une véritable fusion avec le régime général, on peut logiquement se demander si les cotisations ne vont pas augmenter, afin qu’elles soient alignées sur celles du régime général.

Même si la couverture sociale est améliorée et aussi alignée sur celle du régime général, les indépendants ne gagneront pas au change.

Ce sont peut-être les autoentrepreneurs qui réussiront le mieux à résister en cas de bond des cotisations, car ils n’ont pas les mêmes charges que les autres.

De plus, la hausse du plafond de leur chiffre d’affaires va probablement entraîner une augmentation de leur nombre.

Certains indépendants auront tout intérêt à passer à ce régime.     

Lire notre article : Le « Plan Indépendants » – Les mesures qui vont doper les entrepreneurs

Article rédigé par Emmanuelle SALLÉ, Responsable juridique et Coach retraite au Cabinet L.S.I., Bilans de retraite et optimisation de fin de carrière.

Pour plus d’informations, contact :

Mme Emmanuelle SALLÉ

es@liaison-sociale.fr

2 commentaires sur La fin du RSI, une bonne nouvelle ? par Emmanuelle SALLÉ

  1. 22 JANVIER 2018. Nous avons cessé l’activité AU 30 septembre (artisans mon mari et moi). Les régularisations qui interviendront pour les entreprises en mars, nous les avons demandées pour le 31 décembre 2017. RESULTAT : LA SéCURITE SOCIALE DES INDEPENDANTS SE TROMPE DE TAUX, les calcule selon 2018 et ne tient pas compte des spécificité (retraité actif) ; de plus applique la cotisation formation professionnelle( pour 2016 et 2017) alors qu’elle est payée jusqu’en 2018 aux IMPOTS (textes de 2016)

    ALERTE AUX MEDIAS ET AUX ARTISANS : vraisemblablement notre problème (anticipé vu notre situation) va être généralisée ce premier trimestre.

    Si rien n’est fait avant, la situation du gouvernement va subir de vive critique et Monsieur Macron ne sera plus du tout crédible!

1 Trackbacks & Pingbacks

  1. Le "Plan Indépendants" : les mesures qui vont doper les entrepreneurs, par Emmanuelle SALLÉ - Décider et Entreprendre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
forfait
Avant NDDL, l’Etat se voit refuser la construction d’un nouveau port en Île-de-France

Alors que la décision officielle sur l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes doit être rendue avant fin janvier, l'Etat français vient de subir...

Fermer