La France a deux fois plus de managers femmes que l’Allemagne

Temps de lecture : 2 minutes

Cet article a été lu 2734 fois

Eurostat a publié une intéressante statistique sur les managers femmes. Sa lecture est riche d’enseignements.

Seulement 1 manager sur 3 dans l’UE est une femme…

… gagnant en moyenne quasiment un quart de moins qu’un homme

Environ 7,3 millions de personnes occupent une position managériale dans les entreprises de 10 salariés ou plus situées dans l’Union européenne (UE): 4,7 millions d’hommes (soit 65% de l’ensemble des managers) et 2,6 millions de femmes (35%). En d’autres termes, bien que représentant pratiquement la moitié des personnes travaillant dans l’UE, les femmes demeurent sous-représentées parmi les managers.

En outre, ces femmes qui occupent des positions managériales dans l’UE gagnent en moyenne 23,4% de moins que les hommes. Autrement dit, pour chaque euro gagné dans l’heure par un homme manager, une femme manager gagne en moyenne 77 centimes.

Ce schéma au niveau de l’UE masque des différences importantes entre États membres, s’agissant à la fois des postes occupés et de la rémunération perçue.

Ces informations, extraites de l’enquête quadriennale sur la structure des salaires pour l’année de référence 2014, sont publiées par Eurostat, l’office statistique de l’Union européenne, à l’occasion de la Journée internationale de la Femme. Ce communiqué de presse ne présente qu’une petite partie des nombreuses données comparatives entre hommes et femmes dont dispose Eurostat.

Les managers sont majoritairement des femmes en Lettonie uniquement

La proportion la plus élevée de femmes dans les positions managériales est enregistrée en Lettonie, seul État membre où les femmes constituent la majorité (53%) des managers. Suivent la Bulgarie et la Pologne (44% chacune), l’Irlande (43%), l’Estonie (42%), la Lituanie, la Hongrie et la Roumanie (41% chacune) ainsi que la France et la Suède (40% chacune).

À l’autre extrémité de l’échelle, les femmes représentent moins d’un quart des managers en Allemagne, en Italie et à Chypre (22% chacun), en Belgique et en Autriche (23% chacune) ainsi qu’au Luxembourg (24%). Au niveau de l’UE, environ un tiers (35%) des managers sont des femmes.

Rémunération des managers: écart entre hommes et femmes le plus faible en Roumanie, le plus grand en Hongrie et en Italie

Les différences hommes/femmes dans les positions managériales concernent également la rémunération. Dans chacun des États membres de l’UE, les hommes managers gagnent plus que les femmes managers, dans des proportions différentes toutefois.

L’écart de rémunération entre hommes et femmes occupant des positions managériales est le plus faible en Roumanie (5,0%), devant la Slovénie (12,4%), la Belgique (13,6%) et la Bulgarie (15,0%). En revanche, une femme manager gagne environ un tiers de moins que son homologue masculin en Hongrie (33,7%), en Italie (33,5%) ainsi qu’en République tchèque (29,7%), et environ un quart de moins en Slovaquie (28,3%), en Pologne (27,7%), en Autriche (26,9%), en Allemagne (26,8%), au Portugal (25,9%), en Estonie (25,6%) ainsi qu’au Royaume-Uni (25,1%).

Il convient de noter que l’écart salarial entre hommes et femmes, tel que défini dans ce communiqué de presse, est lié à un certain nombre de facteurs juridiques, sociaux et économiques qui vont bien au-delà du seul principe «à travail égal, salaire égal».

print

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Comment les Républicains trumpisent l’élection présidentielle

Temps de lecture : 4 minutesC'est probablement à leur insu que les dirigeants républicains trumpisent l'élection présidentielle et font le...

Fermer