Comment la France aurait réduit sa consommation de pesticides en 7 ans

En pleine polémique sur le glyphosate, le gouvernement a mis en ligne une carte interactive sur l'utilisation des pesticides en France depuis 2007 jusqu'à 2014. Si on ne peut que se féliciter de la réduction de la pollution des cours d'eaux, il est possible que les données ne montrent pas toute la vérité.

La France occuperait donc le deuxième rang européen de consommation de pesticides avec environ 66 600 tonnes par an, principalement pour les cultures agricoles et horticoles. Sur la première marche, on retrouve l'Espagne avec 69 587 tonnes par an. L'Italie clôture le podium avec 49 011 tonnes en 2014. 

Et alors qu'une réflexion de grande envergure a démarré en France et plus globalement en Europe, sur l'utilisation du glyphosate dans les cultures, le gouvernement tricolore a mis en ligne une carte interactive qui recense les usages de pesticides sur le territoire depuis 2007.

La consommation de pesticides diminue depuis 2007

Enfin une bonne nouvelle ! Lorsque l'on observe la carte de l'hexagone en 2007, c'est une multitude de points rouges qui nous sautent aux yeux. En fait, chaque point représente une station de mesure de la pollution où les échantillons d'eau prélevés sont saturés en pesticides (plus de 1,804 µg/L). Deuxième constat, c'est qu'il est possible d'identifier trois zones où les pesticides sont largement présents. On parle de la Normandie, l'Île de France et la région Rhône-Alpes. 

7 ans après, la carte est beaucoup plus clairsemée. La Normandie arbore plutôt une couleur blanche ou rose (qui signifient des concentrations assez faibles). Même observation pour l'Île-de-France. Seule la région Rhône-Alpes semble résister bien que la zone concernée se soit réduite autour du Rhône. 

Mais le nombre de stations de mesure a aussi drastiquement diminué

Cette bonne nouvelle ne pouvait pas seulement s'expliquer par une prise de conscience majeure du gouvernement et des agriculteurs. Pour s'en rendre compte, il faut se rendre dans l'onglet "France", puis au bas du rapport sur l'état du parc des stations de mesures. De 2009 à 2010, le nombre de stations de mesures présentant au moins un échantillon annuel a été divisé par 4 !

Le ministère de la Transition écologique et solidaire affirme que c'est en partie grâce à une conjoncture économique défavorable qui a poussé les agriculteurs à revenir à des méthodes plus traditionnelles, que ces changements ont été rendus possibles. De leur côté, les médias ont préféré mettre l'accent sur la météo favorable par exemple. Malheureusement, la réalité est bien différente...

En 2007, 985 stations ne respectaient pas les normes de concentration.

En 2014, ce nombre a réduit de moitié puisqu'elles n'étaient plus que 478. 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Le revenu réel des ménages par habitant en hausse dans la zone euro

Un document Eurostat dévoile la hausse du revenu réel des ménages par habitant au deuxième trimestre de cette année dans...

Fermer