Gilets Jaunes : le « boxeur de CRS » Christophe Dettinger évoque les raisons de son acte et appelle à continuer la lutte

Christophe Dettinger s’est rendu, ce lundi 7 janvier, aux forces de l’ordre alors qu’il était activement recherché pour avoir frappé plusieurs CRS lors de l’acte 8 du mouvement des Gilets Jaunes à Paris. Dans une vidéo enregistrée avec son frère, l’ex-boxeur et champion de France de sa catégorie donne les explications de son geste tout en appelant les Gilets Jaunes à continuer la lutte.

Les images ont fait le tour des plateaux de télévision et du net. Lors du dernier rassemblement des Gilets Jaunes ce samedi 5 janvier à Paris, un homme vêtu d’un long manteau et d’un bonnet repousse, à mains nues, un groupe de gendarmes. 

Rapidement, la personne est identifiée : Christophe Dettinger, 37 ans, ex-boxeur professionnel et plusieurs fois champion de France de la catégorie poids lourds-légers. Soutenu par les Gilets Jaunes, celui qui est devenu un héros était activement recherché par les forces de l’ordre.

Il a fini par se rendre lui-même, ce lundi 7, aux forces de l’ordre. Christophe Castaner, dans un tweet, indiquait « qu’il a été immédiatement placé en garde à vue et devra répondre de ses actes devant la Justice. » 

Peu avant son interpellation, Christophe Dettinger a enregistré, avec son frère, une vidéo où il explique son geste. Ainsi, celui qui est aussi agent municipal dans l’Essone explique être un gilet jaune de la première heure et avoir notamment participé à des « blocages » sur des routes.

Concernant les violences de ce samedi, Christophe Dettinger explique qu’elles sont une réponse aux actions des forces de l’ordre.

J’ai vu la répression qu’il y a eu, la police nous gazer, la police faire mal à des gens avec des flashballs, des retraités blessés. […] Je vois tous ces présidents, ces ministres se gaver, se faire de l’argent sur notre dos. Je suis un gilet jaune.

Je me suis fait gazer avec mon ami, ma femme. Et à un moment, la colère est montée en moi et j’ai mal réagit. Mais je me suis défendu.

Christophe Dettinger

Dans les dernières secondes, Christophe Dettinger en appelle aux Gilets Jaunes. Il espère que le mouvement perdurera, « pacifiquement. Continuez le combat, s’il vous plaît » concluait l’ex-boxeur.

Interpellé, il risque jusqu’à 5 ans d’emprisonnement.

3 commentaires sur Gilets Jaunes : le « boxeur de CRS » Christophe Dettinger évoque les raisons de son acte et appelle à continuer la lutte

  1. Si nos ministres et politiciens avaient le courage de cet homme pour les dossiers qui les concernent, nous concernent et permettraient à la France et à ses habitants d’etre mieux défendus dans la compétition mondiale, nous n’en serions pas là …..!
    Je ne parle pas de protectionnisme et de fermeture, je parle de défendre nos intérêts à armes égales, d’obtenir la réciprocité chaque fois que la démagogie, l’aveuglement, l’incompétence, la lâcheté de nos élus et nos énarques pondeurs de boulets amènent ceux ci à inventer des lois qui écrasent la création de richesse par ceux qui pourraient la créer et ruinent tout espoir de repartIt un surplus de richesse qui ne se fait pas.
    France et État francais non compétitifs…..
    Trump, les chinois et Poutine s’embarrassent ils pour défendre leurs intérêts devant nous et en plus nous narguer en plaçant leur business devant Macron qui en plus leur dit merci les amis……!
    Macronisme = anachronisme dans l’action proposée. Les remèdes ont été établis depuis 30 ans ( OCDE, Attali….) et découvre maintenant que Macron a les bons objectifs….naïveté et manque de pédagogie pour expliquer aux français comment on fait pour ne pas régresser, disparaître, se faire plomber de tous les cotés, en croyant qu’il faut aggraver le déficit public pour s’en sortir….. assez. Tout faux! Assez de débat public dont on sait qu’il n’en sortira qu’un nième rapport de plus dans 6 mois. Des actes de consultation modernes basés sur des outils internet, sur des mairies utilisées comme telle pour relayer, de l’imagination pour des décisions immédiates pour réduire les dépense publique maintenue par les bureaucrates planqués qui sont hélas majoritaires en France, un RIP sur des questions bien choisies…. aaah vous avez peur d’être bousculés ceux croient gérer l’intérêt général et ne gèrent que le leur!!!!!

  2. Dans cette affaire, il est notable que le site de cagnottage leetchi a fermé la cagnotte destinée au boxeur sans préavis apparent, vraisemblablement sous la pression d’une éventuelle inculpation pour complicité, et que l’une des la truffe molle du gouvernement a encore loupé une excellente occasion de la fermer tout en dévoilant, pour ceux qui ont la comprenette difficile, la vraie nature de ces aimables esthètes : https://francais.rt.com/france/57664-gilets-jaunes-leetchi-cloture-cagnotte-ex-boxeur-christophe-dettinger

    Il est également notable que le préfet du Var a saisi l’IGPN au sujet de D.Andrieux (qui n’en était pas à son premier coup d’éclat : https://francais.rt.com/france/57623-gilets-jaunes-policier-boxeur-toulon-avait-deja-sanctionne-par-passe et https://francais.rt.com/france/57630-affaire-didier-andrieux-gilets-jaunes-toulon-manifestante-depose-plainte-recu-coup-de-tete), alors que le procureur de la ripoublik lui, ne voyait absolument rien de répréhensible à son attitude : https://francais.rt.com/france/57613-gilets-jaunes-toulon-pas-enquete-commandant-didier-andrieux-agi-proportionnellement-procureur

    Donc, trois admirables leçons de liberté, d’égalité de traitement et d’impartialité en provenance de l’appareil d’état. Cependant, nul doute que gilet jaune ou pas, la plupart des gens se rappelleront cela en plus du reste le temps venu…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
Ordonnances Code du Travail
Barémisation des prud’hommes : après Troyes, le conseil d’Amiens juge l’ordonnance contraire au droit international

Quelques semaines après la décision rendue par les prud'hommes de Troyes, voici que le conseil d'Amiens rend une décision similaire...

Fermer