Google frappé d’une amende record de 4,3 milliards d’euros…

Accusé de concurrence déloyale par la Commission européenne, Google écope d’une amende record de 4,3 milliards d’euros. Une annonce qui a fait bondir la firme, mais aussi « TweetMan Donald ». Google menace de facturer Android aux constructeurs de smartphones… 

4,3 milliards d’euros d’amende, une bonne affaire ?

L’amende de Google est une bonne nouvelle pour les finances publiques… Jugez plutôt ! Les textes européens prévoient de reverser les amendes concurrentielles aux États membres à hauteur de leur contribution dans le budget de l’Union. Ce qui représente environ 650 millions d’euros pour l’État français. Il faudrait y ajouter 15% d’une autre amende de 2,4 milliards d’euros.

Réaction de son PDG :

La décision va perturber le fragile équilibre mis en œuvre par la firme dans le secteur des smartphones. Pour utiliser Android avec les applications de la suite GMS, nous allons devoir faire payer les fabricants de smartphones (c’est précisément de fournir le système, ses applications et le moteur de recherche aux constructeurs, gratuitement, que la Commission lui reproche). Nous ne pourrons plus investir autant dans Android.

Sundar Pichai

TweetMan Donald dégaine les sanctions économiques contre l’UE

Ivre de colère – s’étouffant avec ses œufs brouillés, Donald a dégainé son smartphone et tiré un Tweet sonore :

l’Union européenne profite indument des États-Unis d’Amérique.

Donald Trump

On peut l’imaginer reprenant le rôle des Tontons (d’Amérique) flingueurs :

Mais y connaissent pas Raoul !!! Moi qui ait imposé une sanction d’1,7 Mds$ au chinois ZTE, infiniment, infiniment, (infiniment) moins costaud que Google. J’vais leur en coller moi des sanctions économiques aux drapeaux bleus et pas plus tard que dans pas longtemps !!!

Quelques explications

La Commission européenne attaque la firme sur trois « restrictions » imposées aux constructeurs via le système d’exploitation mobile Android, comme le précise la Tribune :

·         Google impose son moteur de recherche au détriment de la concurrence.

·         Google impose ses applications aux constructeurs.

·         Google subventionne les constructeurs en leur proposant Android et ses applications gratuitement.

1. Vente liée des applications de recherche et de navigation de Google

Par ce procédé, Google s’assure que tous ses services sont préinstallés sur les appareils mobiles fonctionnant sous Android (système d’exploitation maison). C’est également une condition à l’octroi d’une licence Android.

La Commission rappelle que 95 % des recherches effectuées sous Android le sont via Google… Microsoft s’était jadis vu infliger une amende pour des pratiques similaires… Les mauvaises habitudes ont la vie dure !

2. Paiements subordonnés à l’installation exclusive de Google search

Google a subventionné l’installation exclusive de son moteur de recherche sur un grand nombre de terminaux mobiles. Un effet dissuasif et destructeur pour la concurrence !

3. Entrave au développement de systèmes d’exploitation Android tiers

Google a largement entravé le développement de systèmes d’exploitation dérivés d’Android, s’assurant qu’aucun fabricant majeur n’opte pour une version alternative d’Android, tuant dans l’œuf toute incitation à les développer.

Une goutte d’eau dans l’amer

Disons-le tout net : l’amende infligée à Google n’a rien de contraignant pour une entreprise pesant plus de 800 milliards de dollars de capitalisation, 100 milliards de dollars de CA annuel, et autant en trésorerie, qui a les moyens de faire durer la procédure (Google a déjà annoncé faire appel), de provisionner les amendes, et qui dispose d’un pouvoir de marché de moins en moins contestable.

Réalité ou virtualité ?

Tout cela reste tout de même virtuel. Google a fait appel de cette décision comme elle l’avait fait dans un précédant contentieux. Ce qui bloque les fonds pendant toute la durée de la procédure et limite les possibilités de recours des entreprises. Une procédure en appel devant les instances européennes peut en effet durer… Longtemps !

Patience donc ! Grosse, grosse (grosse) patience !!!

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
forfait
L’Élysée lance une procédure de licenciement contre l’impulsif Alexandre Benalla, mis en examen !

Alexandre Benalla devait se sentir pousser des ailes depuis la campagne présidentielle d’Emmanuel Macron, lui qui assurait son service d’ordre....

Fermer