Grande première : un médecin sanctionné pour ne pas avoir déclaré ses liens d’intérêts avec des laboratoires

Pour être intervenu dans les médias sans avoir déclaré au préalable ses liens d’intérêts avec plusieurs laboratoires pharmaceutiques et des fabricants de vaccins, un pédiatre a été retoqué par l’Ordre des médecins. Grande première d’une sanction rarement appliquée.

via GIPHY

Comme l’annonce bastamag.net, la chambre disciplinaire du Conseil de l’ordre des médecins a émis un avertissement à l’encontre d’un expert pour ne pas avoir mentionné ses liens d’intérêts avec les fabricants de vaccins lors de ses interventions dans les médias.

57 730€ perçus depuis 2012

Début février 2017, le pédiâtre Robert cohen fait le tour des plateaux télévision et des radios françaises. Invité à s’exprimer sur l’élargissement de l’obligation vaccinale pour les bébés, le docteur s’exprime sur la décision du Conseil d’Etat sur laquelle le gouvernement s’appuie pour promulguer cette nouvelle obligation.

Seulement, le praticien a omis de parler, en amont, de ses liens avec plusieurs laboratoires pharmaceutiques parmi lesquels Pfizer, MSD, GSK ou encore Sanofi. D’après les données compilée d’EurosForDocs, qui s’appuie sur les informations contenues dans la base Transparence Santé, le pédiatre aurait perçu, depuis 2012, 57 730€. Et ce, sans compter les avantages en nature comme des voyages ou des repas.

Ces avantages peuvent constituer plusieurs conflits d’intérêts. L’association E3M a donc saisi la chambre disciplinaire du Conseil de l’Ordre pour dénoncer cette omission. Et comme prévu par le Code de santé publique, l’Ordre National des médecins a émis une sanction minime certes, mais ô combien symbolique. 

L’avertissement est la plus légère des sanctions. En cas de récidive, un médecin peut ensuite recevoir un blâme voire une sanction disciplinaire qui relève de l’interdiction d’exercice avec ou sans sursis. Dans les cas les plus extrêmes, cela peut aller jusqu’à la radiation.

3 commentaires sur Grande première : un médecin sanctionné pour ne pas avoir déclaré ses liens d’intérêts avec des laboratoires

  1. Être juge et partie est une pratique malhonnête et même déloyale assez répandue, la première entité qui se devrait d’être irréprochable c’est l’état avec ses serviteurs y compris élus de tout poils, mais les sanctions sont tellement rares . . .

  2. « la démocratie » (de marché) se montre moins regardante, lorsque ce sont des ministres de la santé qui ne déclarent pas leurs liens d’intérêt avec des laboratoires…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
Annoncés, les nouveaux crédits accordés à l’armée pourraient être utilisés pour payer le mouvement Gilets Jaunes

Alors que l'armée saluait la décision du gouvernement de lui accorder de nouveaux crédits, cet argent ne pourrait ne jamais...

Fermer