Guerre de lobbying gramscien autour de la sécurité sociale et des complémentaires santé

Temps de lecture : 3 minutes

Cet article a été lu 2627 fois

S’il est bien un sujet où, contrairement aux apparences, l’acquiescement des Français et le travail de conviction ne vont pas de soi, c’est celui de la sécurité sociale et des complémentaires santé. Contrairement au mythe répandu par ses promoteurs, la sécurité sociale continue à faire, en France, l’objet d’une résistance dont quelques exemples sont fournis par l’actualité.

L’Etat jette toutes ses forces dans le lobbying pour défendre son monopole

L’IRDES, largement dépendant des pouvoirs publics mais très discret sur son financement (encore le goût de la transparence propre aux organismes publics et para-publics…), vient de publier une étude sur les complémentaires santé, dont la trame est cousue de fil blanc. C’est ce qu’on appelle le lobbying gramscien: au lieu d’avancer à visage découvert, on fait la promotion d’une idéologie en l’habillant sous couvert d’une étude scientifique produite par un organisme indépendant.

L’étude en question produit notamment ce diagramme, qui ne veut rien dire ou presque:

On comprend bien le propos de l’IRDES: les complémentaires santé coûtent plus cher aux pauvres que la sécurité sociale. Donc, il faut les supprimer et demander aux plus riches de payer encore plus cher leur santé pour que la sécurité sociale coûte moins cher aux plus pauvres. Bien entendu, l’étude s’abstient d’exprimer les données en valeur absolue, et de montrer que quand un pauvre consacre environ 10% de son revenu disponible de 1.000 euros à la santé (soit 100 euros), les classes moyennes en consacrent pratiquement le double, sur une somme bien supérieure (soit près de 20% sur d’un revenu disponible de 3.000 euros, soit 500 euros).

Mais le propos n’est pas de rappeler que si les pauvres peuvent bénéficier d’une santé pas cher, c’est grâce aux efforts importants consentis par les autres. Le propos gramscien est d’expliquer que le monopole complet de la sécurité sociale doit se réaliser, et donc qu’il faut supprimer les complémentaires santé parce qu’elles coûtent trop cher aux pauvres.

Décidément, on ne lésine pas avec les impôts payés par les plus riches pour justifier des positions absurdes puisque, rien ne prouve, redisons-le, qu’une santé sans remboursement complémentaire fait vivre les assurés sociaux plus vieux. Redisons-le, ce qui soigne, ce n’est pas la sécurité sociale, ce sont les médicaments et les traitements médicaux.

Si cher hôpital public

On saura gré au Figaro d’avoir pointé du doigt le coût des audits diligentés auprès de cabinets extérieurs par les hôpitaux parisiens, toujours à tendre la sébille pour obtenir une rallonge budgétaire. L’AP-HP dispose pourtant d’une cellule de consultants internes supposée rendre inutile ce type de missions. N’empêche, les assurés sociaux, y compris ceux du premier décile de revenus identifiés par l’IRDES, ont tous participé à hauteur de 1,2 million d’euros l’an dernier pour enrichir CapGemini et autres grands acteurs du domaine.

C’est bien connu, les frais de gestion du secteur public sont parfaitement maîtrisés!

Les employeurs investissent dans la santé de leurs salariés

On comprend pourquoi, au vu de ces dérapages, l’Etat ait besoin de mobiliser les grosses ficelles du lobbying gramscien. Le monopole de la sécurité sociale et l’absorption des complémentaires santé ne coule absolument pas de source pour les Français. On notera au passage qu’une étude commandée par la FFA et la FNMF auprès du cabinet Audirep montre que les employeurs investissent massivement dans la santé de leurs salariés.

Principale conclusion : la majorité des entreprises vont plus loin que le minimum légal dans la couverture santé de leurs salariés. Et ce, à plusieurs titres.

Sur la cotisation, d’abord. Alors que la loi prévoit une prise en charge minimale par l’employeur de la complémentaire santé de 50%, celle-ci est de 57% pour les PME-ETI-GE [petites et moyennes entreprises-entreprises de taille intermédiaire-grandes entreprises]. Dans les très petites entreprises (TPE), les employeurs sont encore plus généreux, avec 59% de la cotisation.

Concernant la couverture, plus de la moitié des entreprises ont opté pour un niveau supérieur au panier de soins minimum prévu par l’Ani ou à celui négocié par les branches, note Audirep.

Ceci montre que les éléments de liberté laissés dans la politique de santé joue en faveur des Français, et non le contraire. Ce constat est évidemment gênant pour tous ceux qui rêvent d’une nationalisation en bonne et due forme.

print

4 commentaires sur Guerre de lobbying gramscien autour de la sécurité sociale et des complémentaires santé

  1. Au risque de revenir sur mes propos maintes fois tenus, nous sommes tous des utilisateurs de “santé”, depuis la naissance jusqu’au décès. Soyons-en les financeurs, et pas uniquement le monde du travail. En pénalisant les entreprises et les travailleurs par un surcoût important de prix de revient à la base avec les “charges” sociales, nous pénalisons bien notre commerce extérieur puisque les produits français ne sont plus concurrentiels. Pour être concurrentiel, il faut remplacer le travail humain par des machines (robot, ordinateurs, etc…), et ainsi redevenir compétitif. Et là, retour à l’employeur, il faut taxer les robots, dixit notre bonne et archéo-marxiste gauche, qui ne veut toujours pas voir le côté pervers de cette option.
    Je reviens donc vers une des solutions que je préconise depuis 20 ans:
    en contre-partie de la restitution de la part “employé” des charges sociales, à l’employé (augmentation du pouvoir d’achat du travailleur et création d’une différence de revenu d’avec les “assistés”), et de la part “patronale” à l’entreprise (qui doit soit baisser son prix de vente, soit investir) faisons une “flat tax” sur toute facture (de ~3% d’après mon estimation, je n’ai aucune compétence), et pas de TVA pour une simplification et une adaptabilité de cette taxe.
    Pour montrer rapidement les nombreux avantages de cette proposition:
    – Remise en compétition de l’industrie française.
    – Taxation des importations (dont l’achat participera au financement de la “sécu”).
    – Facilitation d’entreprise et pour la création d’emplois, puisque pas d’obligation de sortie d’argent en fin de mois.
    – Augmentation du pouvoir d’achat.
    – Réajustement par un vote annuel à l’assemblée du pourcentage, ce qui amène à ne plus faire de dettes.
    – Moralisation des utilisateurs de la “sécu”, avec une meilleure maîtrise de la gestion (qui ne doit plus être paritaire).
    – Etc…

    Désolé de m’être répété pour ceux qui mon déjà lu, mais heureux de participer au débat de ce sujet qui nous touche tous.

  2. Franchement, cette “démonstration” me laisse perplexe. Malgré tout ce que vous pouvez écrire, il m’apparaît que la Sécurité sociale revient moins cher aux malades que les mutuelles et autres assurances complémentaires. Pourquoi pas une étude “transparente” sur les coûts de gestion des uns et des autres ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Entrepreneurs, faites-vous conseiller pour mieux gérer votre quotidien, par Yann Vasseur

Yann Vasseur est conseiller fiscal. Gérer son quotidien pour mieux prévoir l'avenir, c'est chercher à baisser ses charges sociales. Mais...

Fermer